Pour la troisième année consécutive, l'AS Monaco a organisé une petite soirée questions-réponses entre le staff, les joueurs et les abonnés, invités à une réception à la salle d'Or de l'Hotel Fairmont Monte-Carlo, à Monaco.



Cette année, un invité de marque à cette réunion, le trophée de Champion de France remporté par les monégasques la saison dernière.


La salle ouvre à 18h30, et se remplie pendant 30 minutes.




Cette année encore, la soirée est animée par Christophe Josse, journaliste à beIN Sports.


«Bonsoir à toutes et à tous, vous êtes désormais des habitués, c'est la 3ème édition de votre soirée, la soirée des abonnés, qui est particulière car vous pourrez échanger avec vos dirigeants, quelques joueurs qui sont présents et que nous allons accueillir dans quelques instants.
Vous connaissez le principe, vous allez pouvoir leur poser directement des questions, et ils s'adresseront directement à vous.
C'est une soirée riche en émotion, qui compte beaucoup pour vous, et qui est à l'initiative de celui qui est le Vice-Président de votre club, l'AS Monaco, Monsieur Vadim Vasilyev, qui a souhaité créer cette soirée et que je vous demande d'accueillir, ainsi que Leonardo Jardim, Radamel Falcao, Andrea Raggi, Diego Benaglio, Guido Carrillo, Almamy Touré et Kévin N'Doram, ainsi que le nouvel ambassadeur de l'AS Monaco, Ludovic Giuly.


Merci de nous honorez de votre présence ce soir, vous êtes 550. Vous aussi, vous pouvez vous applaudir, vous avez vécu une belle et grande saison. C'était un travail collectif, eux sur le terrain et vous en tribune. C'était vraiment magique, on a eu des moments magiques en suivant l'AS Monaco.

Quelle soirée particulière quand même ! C'est la soirée des abonnés du champion en titre.

Vous connaissez le principe, il y a de petites évolutions, vous le savez. Capitaine, vice-capitaine, vice-président et coach sont présents sur la tribune, mais vous aurez aussi l'occasion de poser des questions, si vous le souhaitez, aux jeunes joueurs issus du Centre de Formation, Almamy Touré et Kévin N'Doram, au gardien d'expérience qui a signé cette année, Diego Benaglio, à Guido Carrillo, l'un des buteurs du club, tout cela animé en salle par le désormais ambassadeur de l'ASM, Ludovic Giuly.


Comme c'est la tradition, je vais demander au Vice-Président, Vadim Vasilyev, de vous accueillir par ces mots.»


Vadim Vasilyev : «Bonsoir à toutes et à tous, je suis très heureux de passer cette soirée en votre compagnie.
C'est une soirée que nous avons envisagée il y a 3 ans, et pour moi c'est un évênement essentiel.
Avant de répondre à vos questions, je voulais juste vous assurer que nous tous faisons partie de la famille de l'AS Monaco.
Je voudrais vous voir aussi nombreux pendant toute l'année et même lors des affiches moins prestigieuses. Merci et posez vos questions, s'il vous plait.
»

Christophe Josse : «Donc c'est parti, inutile de se perdre dans des propos divers et variés. Vous pouvez poser vos questions.
Il faut toujours un premier, Monsieur, vous êtes l'heureux élu.
»

Mais la première question n'a rien à voir avec l'ASM et met dans l'embarras toute la salle...
«Je vous remercie d'être là et de nous avoir évité le National.
Ma question concerne aussi Christophe Josse. Est-ce que le club a une position définie pour un championnat à 18 clubs ?
»
Christophe Josse : «Pardon, je n'ai pas bien entendu...»
La question est reposée, suivie de : «Car la fin de saison dernière a été très difficile.»
Christophe Josse : «Pardon, c'est à moi que vous posez la question ?»
La personne : «Elle vous concerne aussi.»

(Rires dans la salle et sur le podium. Josse, Vasilyev et Jardim se regardent et rigolent).
Christophe Josse : «Celle-là, c'est une première ! Comme le veut la formule consacrée... je vous remercie de me l'avoir posée...»
La personne : «Je sais qu'elle est très embêtante»
Christophe Josse : «Euh oui, on peut dire ça comme ça...
Je ne vais pas vous faire une réponse de normand, mais une de journaliste et c'est parfois la même chose : je ne suis pas là pour répondre aux questions. Les dirigeants, les joueurs sont là pour ça. C'est une question délicate...
»
La personne : «Je sais, je vais en poser une autre. Si par malheur on va en Ligue Europa, on la joue à fond ?»
(Un "Ahhhh" de soulagement se fait entendre dans la salle).

Vadim Vasilyev : «Pour les 18 clubs, ce n'est pas à l'ordre du jour, même si c'est vrai que jouer autant de matches c'est difficile. Mais on joue toujours toutes les compétitions à fond.
Des fois on réussit, d'autres pas, mais notre ambition est de jouer toutes les compétitions à fond. Si c'est la Ligue Europa, on jouera la Ligue Europa avec l'objectif d'aller le plus loin possible.
»


Christophe Josse : «On va demander à Radamel Falcao son sentiment, car il l'a gagné la Ligue Europa.
Il y a 2 compétitions européennes aujourd'hui. Quand tu as gagné la Ligue Europa, tu étais comme un fou Radamel, c'était une joie énorme.
Si tu dois la jouer cette année avec l'AS Monaco, est-ce que tu auras toujours cette motivation là ?
»
Radamel Falcao : «Bonsoir à tous. Oui, gagner une compétition européenne, c'est magnifique. Maintenant, je ne pense qu'à la Ligue des Champions, on a encore une possibilité avec un match très important à la maison, et on espère que vous nous accompagnerez contre Leipzig. Je ne pense pas plus loin que Leipzig. Pour nous joueurs, on peut encore se qualifier mathématiquement en Ligue des Champions.»

Christophe Josse : «Monaco aura besoin de tout le monde, d'une grosse ambiance européenne pour ce match là, qui arrive très très vite.»

Question d'un enfant à Leonardo Jardim : «Coach, pensez-vous qu'avec l'effectif que vous avez, joueurs expérimentés et jeunes, vous pourrez jouer les 4 compétitions à la fois.»

Leonardo Jardim : «Bonsoir tout le monde, merci pour votre soutien et d'être venu ici.
C'est notre idée au club. C'est la 4ème année du projet, et on joue toujours les compétitions à fond.
Bien sûr, c'est souvent difficile avec des matches tous les 3 jours, peu de temps de récupération. On a plus que 11 joueurs dans l'effectif, on essaye de faire tourner un peu pour garder l'équilibre de l'équipe et et aussi garder la même force collective.
On veut bien jouer en championnat, en Europe et dans les 2 coupes.
L'année dernière on a laissé la demi-finale de Coupe de France, mais les deux autres objectifs du Championnat et de la Ligue des Champions étaient très forts pour nous.
»

Question pour Radamel Falcao : «Comment te sent-tu ? On sais que tu es encore incertain contre Amiens. Qu'espères-tu de la fin de la saison avec Monaco et avec la Colombie pour la Coupe du Monde en Russie ?»
Radamel Falcao : «Je me sens bien. J'ai fait un bon travail de récupération ces deux dernières semaines. Avec les joueurs, on espère atteindre nos objectifs et célébrer un nouveau titre en fin de saison, ensemble, comme l'année dernière.
Avec l'équipe nationale, c'est un rêve de jouer la Coupe du Monde, mais j'ai le temps. Je ne pense qu'à mon club pour le moment.
»


Christophe Josse pour Andrea Raggi, le vice-capitaine de l'ASM : «Andrea, tu traverses les générations de l'ère moderne de l'AS Monaco, tu es un homme fort de cette histoire là, comment vois-tu l'évolution sportive du vestiaire du club ? Quelles sont tes sensations sur les performances à venir, et le potentiel actuel ?»
Andrea Raggi : «Bonsoir à tous.
Depuis que je suis ici, il y a eu de très grandes choses. Le club, le président, le coach ont fait un travail énorme. Quand on voit les joueurs qui sont passés par l'AS Monaco, ils sont tous partis pour des grands clubs, ça veut dire qu'ils ont fait un travail magnifique.
Cette année, on a une équipe costaude, un mix entre les vieux et les petits (rires), mais pour le moment ça marche très bien car on est deuxième.
Je crois qu'en championnat on peut faire de grandes choses.
»

Christophe Josse à Andrea Raggi : «Tu rends beaucoup de service à l'équipe, quel est ton poste ? Car on ne sait plus, est-ce que toi tu t'en souviens ?»

Andrea Raggi : «C'est à droite, à gauche, dans l'axe...» (applaudissements de la salle)


Christophe Josse : «C'est grâce à des joueurs comme Andrea que l'on bâtit de grands effectifs et que l'on arrive à créer de belles histoires. C'est le liant dans un vestiaire, un des joueurs très importants. C'est bien que Monaco ait recruté des joueurs comme ça ces dernières saisons.»

Question d'une supportrice à Leonardo Jardim : «Est-ce que l'on aura l'occasion de voir Diego Benaglio plus souvent titulaire, en Coupe de France, Coupe de la Ligue, car c'est un très bon gardien ? Même si on pris 0-3 contre Porto, il a fait une performance magnifique. On aime beaucoup Subasic, mais Benaglio est vraiment très fort...»
Christophe Josse à Diego Benaglio : «Diego, je te présente ton nouvel agent.»
Ludovic Giuly à Diego Benaglio : «Elle est de ta famille ? C'est ta soeur ?»
Leonardo Jardim : «Cette année, on a deux grands gardiens. Je connais Diego depuis longtemps, quand il jouait à Madeire et qu'il avait 20 ans. C'est un super gardien, un excellent professionnel. Bien sûr que je compte sur Diego cette saison, il a déjà joué en championnat et en Ligue des Champions. Peut-être, comme d'habitude je vais faire tourner en coupes aussi.
Une chose est sûre, je dors très bien, je n'ai aucun souci avec les gardiens.
»


Christophe Josse à Diego Benaglio : «Bravo Diego, d'avoir signé à Monaco et pour cette performance contre Porto, où malgré la défaite, tu as fait une performance de tout premier ordre. Comment te sens-tu dans cet effectif ?»
Diego Benaglio : «Bonsoir à tous et merci beaucoup madame...
Je me sens super bien ici à Monaco, grâce à mes coéquipiers qui m'ont beaucoup aidé quand je suis arrivé ici, mais aussi grâce à l'entraîneur, au président et aussi à vous. Je me suis tout de suite senti chez moi, et c'est super important pour un joueur.
Je suis ici pour aider, on a de grands objectifs avec l'équipe, et comme Falcao l'a dit, on veut fêter quelque chose en fin de saison et on travaille pour ça.
Merci d'être venus ce soir.
»

Question à Vadim Vasilyev : «Est-ce que, pour le mercato d'hiver (qui est pour moi une aberration totale car une équipe devrait débuter et finir un championnat avec le même effectif), il y aura encore des changements ? Est-ce que Leonardo Jardim pourra continuer avec les mêmes joueurs et les faire progresser ?»
Vadim Vasilyev : «Je crois maintenant que tout le monde connait notre projet : le club doit vendre à chaque mercato. C'est essentiel pour notre succès.
Mais oui, vous pouvez avoir un espoir.
»


Question pour Andrea Raggi : «Certains des joueurs iront à la Coupe du Monde. Andrea, que ressens-tu et comment expliques-tu l'élimination de l'Italie ?»
Andrea Raggi : «Ce soir, tu parles avec un monégasque, un joueur français !» (applaudissements dans la salle)
«Je ne peux pas répondre à ta question, car il ne m'a jamais convoqué une fois (rires).»
Christophe Josse : «Il aurait peut-être dû. Il y a des oublis qui coûtent chers.»
Andrea Raggi : «C'est pas mon problème»

Question pour Guido Carrillo : «J'ai deux questions pour Guido Carrillo, pour ne pas qu'il s'endorme.
- Comment gères-tu la motivation avec aussi peu de temps de jeu ?
- As-tu enfin résilié ton abonnement avec les poteaux de Ligue 1 ?
» (rires)


Guido Carrillo : «J'ai compris, je comprends maintenant le français, mais je vais répondre en espagnol.
Après traduction : J'essaye toujours de donner mon maximum, d'être disponible pour aider l'équipe et répondre présent quand le coach fait appel à moi.
(Gêné) Oui, pour ma première année ici, je n'ai pas très bien compris pourquoi les ballons allaient aussi souvent sur les poteaux. Je n'ai eu beaucoup de réussite, mais je travaille pour que les choses changent. J'espère que cette année j'arriverai à marquer plus de buts.
»


Question sèche pour les joueurs : «Je parle au nom des ultras qui font tous les déplacements. Qu'est-ce que cela vous coûte de venir nous saluer à la fin des matches ?»
Andrea Raggi : «Personnellement et même pour toute l'équipe, on fait le tour du terrain après chaque match. On pense aux supporters, comme toute l'équipe.»
Radamel Falcao : «Toute l'équipe vient saluer à la fin des matches, et à tous les matches.»

Christophe Josse : «Je pense que le relationnel entre supporters ultras et joueurs n'est pas le plus mauvais à Monaco. La preuve ce soir, les joueurs sont là pour venir au contact. C'est plutôt sain comme relation. Ce n'est pas forcément le cas partout.»

Question : «J'habite dans les Boûches-du-Rhône, je fais 428 km pour vennir au stade à chaque match avec mon père et mon fils, c'est pas toujours évident. Être supporter de Monaco à Marseille, c'est pas facile.
J'ai eu la chance d'assister à l'épopée 2004, merci Ludovic Giuly et toute l'équipe de l'époque.
Vadim, maintenant qu'on a débloqué le compteur avec un premier titre de Champion de France en dominant le PSG, vous n'avez pas envie d'aller la chercher cette Ligue des Champions, ce dernier titre qu'il manque au palmarès de l'AS Monaco ? C'est le rêve de tous ici. J'ai 46 ans, mons fils 5 ans, mon père 73. Le plus en danger c'est mon père (rires).
Si vous la ramener cette coupe, c'est pas 500 personnes comme ce soir que vous aurez, mais 50.000 dans le port de Monaco !
»
Christophe Josse : «C'est bien un marseillais le monsieur... 50.000...»
Vadim Vasilyev : «Ce rêve, je peux vous l'assurer, c'est le mien, celui du coach, de Radamel et de nous tous, mais ce n'est pas simple.»
Ludovic Giuly : «Je peux te répondre, c'est très compliqué. Je vais me lever car vous me voyez pas (rires et applaudissements).
J'ai eu la chance de la gagner avec Barcelone, c'est très com-pli-qué à gagner. Ils ont fait le maximum l'année dernière, ils vont faire pareil cette année et l'an prochain.
Il va y avoir de belles épopées, et un jour ou l'autre, on la gagnera, j'en suis sûr et certain. On sera, après Marseille, le deuxième club français à la gagner.
»

Question à Leonardo Jardim : «Serait-il possible d'éviter de faire rentrer les joueurs à 5 minutes de la fin ? Car s'échauffer pendant 40 minutes, ça fait mal au coeur.»
Christophe Josse, ne voyant pas le coach prendre le micro : «Vous n'aurez pas de réponse. Et puis c'est 5 plus le temps additionnel...» (rires)
Leonardo Jardim : «On attend toujours les 5 dernières minutes pour le dernier changement, car il peut toujours se passer quelque chose pour le gardien et il restera un changement.
Normalement les matches sont équilibrés, il n'y a pas toujours 6-0 comme lors du dernier match.
»
Christophe Josse : «Des fois c'est 6-1...»
Leonardo Jardim : «Tous les entraîneurs gardent leur dernier changement pour les 10 dernières minutes. S'il se passe quelque chose, on peut toujours changer.
A Monaco, j'ai été critiqué pour faire des changements tôt...
»
Christophe Josse : «Un entraîneur est toujours critiqué, toujours. Ça fait parti du métier.
Vous avez compris que Leonardo Jardim protègeait ses gardiens car ils le font bien dormir... et c'est important.
»


Question à Vadim Vasilyev : «On a rencontré 4 fois en 2 ans la Juventus, et on a été volé lors des 4 matches. Cette saison, l'arbitrage a encore été contre nous lors des 2 premiers matches de Ligue des Champions. En France, le niveau de l'arbitrage est zéro. Qu'attend-t-on en France pour mettre le vidéo arbitrage comme en Italie ?»
Vadim Vasilyev : «A Monaco, il est vrai que nous faisons beaucoup de jaloux. Mais je peux vous assurer que nous montons en puissance, nous partipons au conseil d'administration de la LFP, à des comités de travail à l'UEFA. Il n'y aura pas des changements tout de suite, mais l'influence de Monaco prend de l'importance au niveau français et européen.
Le vidéo-arbitrage est un sujet chaud à la LFP, et je me bats pour l'introduire le plus vite possible. Il y a déjà un programme concret et ça devrait être fait prochainement.
»
Christophe Josse : «Vous pouvez compter sur la sincérité et l'influence de Vadim auprès des instances françaises et européennes. Vous savez que votre Vice-Président a été élu meilleur dirigeant européen.» (applaudissements)

Une supportrice : «Merci de nous accueillir, et merci à Monsieur Jardim qui fait un boulot magnifique en faisant du "Rubik's Cube" avec ses joueurs.
Merci aussi à Andrea Raggi qui a un comportement exemplaire sur et en dehors du terrain.
Avec lui, il ne reste plus que Danijel Subasic comme ancien joueur, quand d'autres sont attirés par les sirènes de l'argent, eux deux restent ici et honorent le maillot.
Monsieur Vasilyev, vous nous aviez promis en fin de saison dernière que l'équipe ne serait pas trop chamboulée, on donne un bon de sortie à Fabinho et après on perd Mbappé. Vous aviez précisé que vous ne renforceriez pas une équipe concurrente. J'ai pas compris, je fais de la comptabilité donc je peux comprendre à moitié, mais en tant que supportrice je ne comprends pas. Pouvez-vous dire clairement oui il peut partir, non il ne peut pas, et arrêter de renforcer le PSG ?
»

Vadim Vasilyev : «Ce n'était pas dans notre projet de renforcer le PSG. A un moment donné, Kylian Mbappé a fait son choix, le PSG a fait une offre. On a échangé sur d'autres possibilités mais il ne lui restait que 2 ans de contrat et il fallait prendre une décision.
C'était dur pour moi aussi, vraiment. Je n'ai pas dormi pendant quelques nuits mais c'est le football. Même Barcelone n'a rien pu faire avec Neymar, et c'est encore plus difficile pour nous de garder nos joueurs à Monaco.
Quand le stade sera plein à tous les matches, peut-être que ce sera plus facile pour nous de garder nos joueurs.
»

Question d'un enfant à Leonardo Jardim : «Est-ce que vous pensez pouvoir gagner le championnat cette année.»
Leonardo Jardim : «On travaille toujours pour gagner, c'est la mentalité du club et des joueurs.
On va faire notre possible à chaque match. Mais il y a aussi de forts adversaires. L'année dernière nous a réussie, cette année est une autre saison, mais on continue de travailler pour gagner, on ne lâche rien avec le staff, les joueurs.
Mêmes les joueurs les moins utilisés, le Centre de Formation ont une importance. C'est tout l'effectif et tout le club qui travaille pour ça.
C'est aussi pour ça que ce soir il y a Almamy Touré et Kévin N'Doram ici, car le projet monégasque c'est aussi ces joueurs qui sortent du Centre de Formation.
»
Christophe Josse : «Pour information, l'AS Monaco a deux points d'avance sur son parcours de la saison passée, mais est derrière le PSG à 4 points. L'adversité est bien supérieure cette année.»


Question à Almamy Touré : «Félicitation pour ton match contre Guingamp, avec 3 passes décisives, car ce n'est pas évident avec la concurrence à ton poste.»
Almamy Touré : «Bonsoir à tout le monde. Merci pour le compliment.
Ça me tenait à coeur de faire un bon match. J'avais été critiqué auparavant et je me suis remis en question, j'ai travaillé et je suis très heureux d'avoir fait 3 passes décisives dans un match, c'est quelque chose d'énorme.
»
Christophe Josse : «C'était quoi cette remise en question Almamy ?»
Almamy Touré : «J'étais moins concentré, on a beaucoup échangé avec le coach, on a mis en place une stratégie qui a marché. Je tiens à remercier le coach pour sa confiance.»

Christophe Josse à Kévin N'Doram : «Almamy vient de parler des échanges avec le coach. Quand on est souvent sur le banc, comme c'est ton cas Kévin, qu'est-ce qui est important sportivement et psychologiquement, car il faut être solide psychologiquement pour attendre son tour ? Tu est au club depuis 17 ans !»
Kévin N'Doram : «Bonsoir à tous.
Quand on est un compétiteur, c'est pas facile d'être sur le banc. On aimerait jouer, être titulaire. Le plus important c'est le mental, être fort dans sa tête, de donner le maximum à l'entraînement en se disant que ça va arriver, d'attendre.
A Monaco, je cotoie de grands joueurs qui ont beaucoup d'expérience, j'observe et j'espère qu'on m'appellera.
»


Christophe Josse à Kévin N'Doram : «Est-ce que pour toi, il est mieux d'être remplaçant à Monaco que titulaire dans un club moyen de L1.»
Kévin N'Doram : «D'un côté oui, car à Monaco il y a de grand joueurs, un grand entraîneur, de grands moyens pour progresser. C'est sûr que quand on est jeune, on veut tout tout de suite, on n'a pas forcément la patience.
C'est un choix de carrière? J'ai fait le choix de rester ici, de continuer à travailler pour m'imposer. On verra par la suite.
»
Christophe Josse : «C'est déjà un grand sage.»

Question pour Leonardo Jardim et Radamel Falcao : «Dans la continuité de la saison dernière, vous avez commencé la saison en 4-4-2 et l'équipe semblait manquer d'impact physique au milieu. Vous avez décidé de densifier en changeant de système en 4-2-3-1. L'effectif a-t-il les spécificités pour évoluer dans ce système ? Radamel, te sens-tu fort pour jouer dans ce système ?»
Leonardo Jardim : «Le plus important, c'est la dynamique de l'équipe, pas les numéros 4-4-2, 4-2-3-1, ...
J'ai cherché à équilibrer l'équipe car on a changé pas mal de joueurs. Le système n'est pas très différent de la saison dernière, où Bernardo Silva avait joué derrière les attaquants.
On joue toujours à 2 attaquants, ou avec un milieu plus offensif. Cette année on utilisera les 2 systèmes en fonction des adversaires et des joueurs disponibles et de la gestion des joueurs.
»
Radamel Falcao : «La tactique est une décision du coach, qui prend la meilleure pour chaque match.
Nous les joueurs, nous devons être prêts pour jouer comme le souhaite le coach dans la position et la tactique qu'il choisit pour nous.
»

Question pour Vadim Vasilyev : «Comme on a arrangé le PSG dans le Fair-Play Financier avec le prêt, est-ce que Kylian Mbappé jouera contre nous ?»
Christophe Josse : «Il va marquer contre son camp.» (rires)
Vadim Vasilyev : «Malheureusement, le joueur appartient au PSG, même si c'est un prêt Mbappé sera un adversaire et on fera tout pour remporter ce match.»

Petite pause dans les questions, avec deux abonnés récompensés : un de 1 an et un de 90 ans qui reçoivent un maillot.



Question pour Vadim Vasilyev : «Je suis handicapé, est-ce qu'il serait possible de rénover le Louis-II avec des escalators à tous les accès ?»
Vadim Vasilyev : «Le gouvernement monégasque a pris la décision de rénover le stade. On ne connait pas encore tous les détails car nous ne sommes pas décisionnaires.
Nous allons transmettre votre demande au gouvernement.
»


Un abonné à Vadim Vasilyev : «Tout d'abord merci au président d'avoir repris le club et merci aux dirigeants de l'AS Monaco. J'étais présent lors de défaite contre Lyon qui a envoyé le club en Ligue 2. Je me rappelle d'où on vient et voir ce trophée de champion de France devant nous, ça fait quelque chose. Merci pour ce que vous nous faites vivre.
Si pendant le mercato, vous pouviez ne pas dire au début que vous ne vendrez personne, mais dire qu'on vendra à un prix ... exhorbitant comme pour Mbappé. On comprend que vous l'ayez vendu, mais ne décevez pas les supporters en disant qu'il n'y aura pas de vente.
»
Vadim Vasilyev : «Je n'ai jamais dit que personne ne partirait, mais pas beaucoup de départ oui.
Je répète encore une fois que le club ne peut pas vivre sans ces transferts. Cela fait parti de notre succès, on prend des paris, des risques mais si on veut toujours avancer, il faut prendre ses risques pour être compétitifs. Sinon on va jouer le milieu de tableau, entre la 5e et 10e place.
Il faut comprendre qu'il n'y a pas que vous, chers supporters, il y a aussi des concurrents qui entendent les messages. Je dois penser à toutes les conséquences de ma communication envers vous mais aussi envers les concurrents et les clubs acheteurs potentiels. C'est compliqué, mais oui, nous avons l'ambition de jouer le podium, les compétitions européennes. L'année dernière a été juste exceptionnelle. On n'en vivra pas chaque année, mais on a promis une équipe compétitive et nous l'avons. Oui on a beaucoup de jeunes qui doivent d'adapter, ça prend du temps, les derniers matches ont montré qu'on progresse.
Il faut être conscient que finir sur le podium est déjà un grand succès car les concurrents se sont aussi renforcés.
Dans ma communication, je ne peux pas toujours dire toute la vérité, mais aujourd'hui je vous dis la vérité.
»

Mot du Président du Club des Supporters, Jean-Paul Chaude.
«Moi aussi j'ai été déçu du départ des joueurs comme Mbappé. Il faut comprendre qu'on est trop peu nombreux au stade, ce qui donne peu de ressources pour garder nos joueurs.
Il faut aussi comprendre que des joueurs ont l'amour du maillot comme Andrea Raggi, Radamel Falcao qui est parti et revenu et fait honneur au maillot.
Il y a une chose qui m'a choqué la saison passée, en demi-finale de Coupe de la Ligue, que les joueurs ait joué devant à peine 2000 spectateurs. Ils étaient presques déçus d'avoir gagné devant le peu de monde dans les tribunes.
Il fait remercier les joueurs qui sont restés, ceux qui sont arrivés pétris de talent.
Je fais appel à vous pour dimanche prochain contre Paris, pour les battre, revenir dans la course au titre, avec un gros tifo qui partira des pesages jusqu'en première.
»

Question pour Leonardo Jardim : «Qu'est-ce que ça vous fait de voir Bernardo Silva sur le banc de Manchester City ?»
Leonardo Jardim : «Le club vend, mais il faut dire aussi que les joueurs veulent partir.
Le club n'a pas obligé les joueurs à partir, chacun prend sa décision et pas seulement pour Bernardo Silva. Il est dans un club compétitif et il va gagner sa place. Quand il est arrivé de l'équipe B du Benfica, il n'a pas joué au départ, mais en 4 ans il a gagné sa place. Il va faire la même chose là-bas.
»

Question pour Vadim Vasilyev : «Je suis une ancienne joueuse de l'ASM feminin, championne dans division 2. Pourquoi il n'y a pas d'investissement dans une équipe féminine pour évoluer comme les autres clubs ? On peut aussi remporter une Ligue des Champions.»
Vadim Vasilyev : «C'est un sujet à réfléchir»

Question pour Vadim Vasilyev : «Je ne comprend pas pourquoi vous avez arrangez Paris avec un prêt pour Mbappé, qui avait déjà dépense 220M pour Neymar, s'il peut jouer contre nous dimanche prochain ?»
Vadim Vasilyev : «C'est pas un vrai prêt, c'est un achat. L'option est obligatoire à la fin de la saison, c'est une vente.»
L'abonnée : «Pourquoi ne pas les laisser couler avec le F.P.F. ?»
Vadim Vasilyev : «C'est pas notre problème, mais après si vous suivez cette problèmatique, ils ont potentiellement de plus grands problèmes maintenant qu'avant.»


C'est la fin des questions, la mascotte de l'AS Monaco arrive, les joueurs remontent sur scène.
Christophe Josse à Ludovic Giuly : «Pourquoi être revenu comme ambassadeur de l'AS Monaco, et qu'est ce que ça te fait ?»

Ludovic Giuly : «J'ai passé 8 ans ici, je suis revenu aider le club en Ligue 2, j'ai vécu des moments fantastiques ici, j'ai gagné le championnat, on a malheureusement perdu la finale de Ligue des Champions. Monaco est un club à part, et je suis très fier d'avoir pu porter ses couleurs.
Je suis revenu car le président m'a appelé et m'a demandé de tenir ce rôle, c'est une fierté d'être revenu.
Ce que vous vivez ici, ça ne se passe dans aucun autre club où j'ai joué, je tiens à vous le dire.
Si je peux me permettre, quand vous avez des joueurs qui sont à côté de vous, posez les bonnes questions, et posez-les aux joueurs.
Vous êtes supporters, ils sont là pour vous. Tout ce qui se passe avec le président, il gère une société, c'est compliqué, il y a beaucoup de choses dans un club, mais les acteurs ce sont eux. Vous êtes le 12ème homme, mais les 11 joueurs ce sont eux.
»


Christophe Josse : «C'est une manière de conclure et de vous dire, et c'est sincère, vous avez une chance inouïe d'être supporters d'un club comme ça, de voir évoluer des joueurs de cette qualité.
Dites à vos proches, à vos potes et aux potes de vos potes de venir au stade, car elles sont rares les pelouses où on voit un football de cette qualité là.
Vous savez de quelle équipe je suis supporter (NDLR Saint-Etienne), mais je prends un plaisir dingue à suivre cette équipe de l'AS Monaco depuis 4 ans.
Bravo.

Vous êtes tous conviés à un cocktail de l'amitié.
»



Les joueurs restent disponibles pour des photos et autographes pendant le cocktail dans le Fairmont Monte-Carlo.



Véro & Xav, à l'Hotel Fairmont Monte-Carlo de Monaco.

Fly Away Monaco, la passion du voyage...