Monaco sans trembler
Pour ce premier match de l'année 2004, l'ASM rendait visite au FC Metz, sans Squillaci, grippé, mais avec un splendide maillot bleu (couleur bien connue de l'ASM...), signé Adidas, sponsor de la Coupe de France....



Sur un terrain déneigé, et par une température avoisinant les -3,-5 °C, les monégasques ont tout de même réussi à développer un bon football.
Comme quoi, leur stage en altitude à Isola 2000, a porté ses fruits, les messins paraissant moins à l'aise avec ces conditions de jeu.

Ce sont pourtant ces mêmes messins qui se montrent d'entrée les plus dangereux par Maoulida, mais celui-ci glisse devant Roma et ne peut tirer (2e)
Réaction immédiate par Plasil, mais sa frappe des 20 mètres passe au dessus (3e)
Sur un nouveau long ballon pour Maoulida, Roma sort de sa surface, puis se ravise, et recule pour prendre dans ses mains le ballon qui arrive. Il trébuche, et assis, réalise un contrôle de la tête, puis se jette pour pousser du pied le ballon devant Maoulida, en corner. Belle figure de Flavio, mais il a eu chaud.... (11e)

Le jeu se stabilise en milieu de terrain, les deux équipes réalisant une bonne partie.

Monaco commence à prendre le jeu en mains, et se montre pressant sur des coups-francs de Rothen (20e et 26e)
Maoulida se remet en évidence. Sur une reprise de volée des 25 mètres, mais à côté (28e), puis parti une nouvelle fois à la limite du hors-jeu, sur le côté gauche, il évite la sortie de Roma, s'excentre. Sa frappe sur la ligne de sortie de but, est renvoyée en corner par El-Fakiri (31e).

Peu avant la pause, c'est Monaco qui se créé la plus belle occasion de la mi-temps : côté gauche, Evra adresse un centre que ne peut reprendre Morientes de la tête. Derrière lui, Bernardi, lancé, reprend de volée, mais Butelle repousse (37e).

Il aura fallu quasiment une période pour que les monégasques retrouvent leur jeu, et privent Metz de ballons.
Sur un nouveau coup-franc, dans l'axe, des 25 mètres, Rothen décale intelligement Zikos d'une talonnade. La frappe à ras de terre du grec passe sous Borbiconi, qui a sauté, et va se loger dans le but messin (0-1, 59e).
Dans la foulée, Giuly est proche de doubler la mise, mais Butelle dévie en corner (61e).

Monaco menant au score, fait tourner le ballon, et frappe des 20 mètres par Giuly (80e) et Rothen (82e).
Zikos se met de nouveau en évidence, en tirant le maillot d'Obraniak parti devant lui, à 20 mètres des buts. Il récolte d'un avertissement plus que mérité (qui le privera du déplacement à Bastia), et permet à Metz de se procurer sa première bonne situation depuis le retour des vestiaires. Le coup-franc ne donne rien (84e).

Sur un long ballon de Plasil, Giuly parti à la limite du hors-jeu à 45 mètres des buts lorrains, s'en va éliminer Butelle d'un grand-pont avant de marquer dans le but vide (0-2, 86e).

Monaco se qualifie pour les Seizièmes de finale (tirage au sort, mardi 06 janvier à 12h00) et se met en jambe pour la venue de Lyon, en championnat, qui va constituer le choc de la 20ème journée.
Véro & Xav.