PRÉSENTATION MONACO - BREST (J27)
(27/02/2021)


Pour la 27ème journée du championnat de Ligue 1 2020-21, l'AS Monaco FC (4e) reçoit le Stade Brestois 29 (12e).

Après sa victoire au Parc-des-Princes, qui suivait un nul à domicile contre Lorient, l'AS Monaco devra à nouveau l'emporter contre Brest, qui l'avait emporter 1-0 à l'aller en Bretagne.

Loin du stade Francis-Le-Blé, en 13 rencontres, les finistériens n'ont gagné que 2 fois, pour 3 nuls et 8 défaites successivement face à Nîmes (4-0, J01), Dijon (0-2, J03), Angers (3-2, J05), Nantes (3-1, J07), Rennes (2-1, J09), Metz (0-2, J12), Bordeaux (1-0, J13), Lyon (2-2, J15), Lens (2-1, J17), Paris S.G. (3-0, J19), Reims (1-0, J21), Strasbourg (2-2, J23), Lille (0-0, J25).
Dans le peu de points pris (9), il y en a 2 chez les deux premiers de la L1, de quoi rendre les monégasques plus que méfiants, même si au Louis-II, ils ont gagné 8 fois, partagé 4 fois les points et perdu une fois.

Autres points positifs, les asémistes sont sur 11 rencontres sans défaite (9 victoires, 2 nuls).
Historiquement, les confrontations entre Monaco et Brest sont en faveur de l'ASM avec 8 victoires, 2 nuls et 2 défaites (27 buts marqués et 4 encaissés).
Sur les 5 dernières face-à-face, Monaco en a remporté 4 et perdu 1, et Niko Kovac veut amélriorer les statistiques avec une nouvelle victoire.
«Chaque match après une grande victoire comme celle de Paris est difficile. Je répète que 13h est un horaire compliqué pour jouer au football. Mais c’est le même pour les deux équipes, donc nous allons essayer de faire le maximum pour préparer les joueurs à cela et montrer le meilleur visage possible. On a changé légèrement les horaires des entraînements par rapport à l’horaire du match, car on a vu contre Lorient que cela avait été difficile pour nous.
J’ai reçu beaucoup de messages de félicitations et c’était difficile de répondre à tout le monde le lendemain du match. Je pense qu’on a fait une très grosse performance au niveau défensif. Un peu moins offensif forcément, car Paris a eu le ballon, et c’était un match où il fallait gérer leurs attaques. Je voudrais donc remercier tout le monde pour ces messages d’encouragement.
On a reçu les félicitations de la part du Président Dmitry Rybolovlev et de la part de S.A.S. le Prince Albert II via Oleg Petrov. J’ai déjà eu l’occasion de rencontrer le Président, mais ce sont surtout Paul Mitchell et Oleg Petrov qui nous transmettent des messages de sa part.
L’élimination de Lille en Ligue Europa ? Cette élimination est une bonne nouvelle pour Paris, mais pas pour nous. Ils ont fait du très bon boulot en championnat ainsi qu’en Ligue Europa. Ils développent un football vraiment très efficace et sont seulement tombés face à cette belle équipe de l’Ajax, qui a un historique en coupes d’Europe. C’est un très gros candidat pour le titre avec Lyon et le PSG, et il faudra compter sur eux jusqu’au bout.
Quel bilan depuis mon arrivée ? Depuis le premier jour, je suis content de travailler dans ces conditions. C’est la raison pour laquelle j’ai accepté de rejoindre l’AS Monaco. Avec Paul Mitchell et Oleg Petrov, nous avons eu un très bon contact dès le premier meeting. Je savais qu’on allait travailler dans la même direction. Ils voient ce que nous faisons, ils sont conscients qu’on ne peut pas gagner tous les matches. Mais ils savent que nous mettons les ingrédients pour retrouver les résultats et le haut de tableau.
$ Un schéma moins défensif face à Brest ? Oui, c’est notre ambition. On voulait jouer plus offensif contre Paris, mais l’adversaire était très solide. Brest l'est aussi, c’est une équipe qui joue très bien au ballon. On l’a vu au match aller contre nous, contre Lyon également, c’était un match très serré. Donc effectivement nous voulons essayer de jouer de manière plus offensive contre Brest. Mais cela dépend aussi de notre adversaire, donc je vous donnerai une réponse plus claire après le match.
Axel Disasi ? Je suis très content de sa performance contre Paris. D’autant plus qu’il n’avait pas beaucoup joué dernièrement, avec les bonnes performances de Guillermo. C’est un défenseur central, mais on a vu qu’en 4-4-2, je suis tout à fait à l’aise pour l’aligner dans le couloir droit au poste de latéral, dans un schéma hybride.
Des changements avec l’enchaînement des prochains matches ? Le turn over dépendra de ce qu’on verra pendant les matches. Je suis très content des joueurs qui sortent du banc et qui apportent leur soutien à l’équipe. Ils sont concernés depuis le début de saison. Mais nous sommes dans une bonne forme actuellement. Si je considère qu’il faut faire des changements avec l’enchaînement des matches, je le ferai.
Guillermo Maripán ? Il est un joueur d’expérience en défense, qui aide beaucoup les jeunes joueurs, à stabiliser la défense. Et puis vous l’avez vu, c’est aussi un très bon buteur (sourire). Il n’y a donc pas de raison de changer. Il ne s’est jamais plaint encore une fois lorsqu’il jouait moins, il a toujours travaillé pour revenir et obtenir sa chance. Je suis très content de son implication.
Trop d'engagement ? Non je ne pense pas. Je suis très content de la situation. Nous connaissons le succès, et ce n’est pas seulement grâce à onze joueurs, mais grâce au travail de tout le groupe. Cela donne une bonne alchimie. Avec l’engagement qu’il y a à l’entraînement, c’est aussi pour cela que nous obtenons des résultats. Ils veulent tous tirer profit de la situation, et c’est une bonne chose. J’espère que ce sera le cas jusqu’à la fin de la saison en Ligue 1.»
(Site officiel ASM)

Buteur au Parc, Guillermo Maripán devrait une nouvelle fois débuter contre Brest.
«Le but face à Paris ? Je vois que le ballon reste dans la surface sans que les parisiens ne le dégage. Je reste aux avants postes et je le récupère comme un défenseur. Je tire et ça fait but. C’est une réalisation très importante pour moi et pour l’équipe au final.
C’était important car cela nous permet de rester confiants durant ce match, car on savait que cette rencontre allait être difficile. Nous sommes sur la bonne voie. C’est d’autant plus satisfaisant car l’équipe ramène la victoire et poursuit cette bonne série.
Cette saison, je me concentre davantage pour aider l’équipe, et pas seulement sur l’aspect défensif. J’ai de grands joueurs à mes côtés. Je me concentre sur tout ce que je réalise afin d’être le plus performant possible.
Nous croyons en nos qualités, nous avons une bonne équipe. Nous savons que nous pouvions jouer un mauvais tour à Paris. Notre objectif reste le même, nous voulons décrocher une place européenne. Nous prenons les matches les uns après les autres. On verra en fin de saison.
Si le club a changé ? Oui, vraiment. Les choses ont changé dans le bon sens. L’environnement actuel est propice au travail, nous progressons au quotidien. Cela nous aide, l’équipe est plus tranquille et nous sommes conscients de nos capacités.
Tout joueur professionnel connaît des hauts et des bas dans sa carrière. Je suis plus tranquille qu’auparavant. Il y a eu des moments meilleurs que d’autres, mais il faut rester concentré pour avoir la capacité de rebondir. Tout passe par le travail. Il faut maintenir la dynamique actuelle. Je veux aider l’équipe et l’entraîneur dans les objectifs du groupe.
Les entraînements se déroulent à haute intensité. C’est très plaisant de voir cette envie de la part de l’intégralité des joueurs. Nous voulons tous donner le meilleur de nous-mêmes. Tout le monde veut gagner, les jeunes joueurs comme les plus anciens apportent beaucoup, il y a un bon mix.»
(Site officiel ASM)

Pour affronter Brest, Niko Kovac a convoqué le groupe de 20 joueurs victorieux du PSG, avec pour seul changement Majecki pour Mannone.
Martins, Geubbels et Pellegri sont forfaits.

Le coach des bretons, Olivier Dall'Oglio peut compter sur l'ensemble de son effectif.
«Face aux grosses formations, on sait qu'on doit être solides défensivement et mieux tenir le ballon. On a eu plus de temps cette semaine pour affiner et ajuster notre jeu. On a fait une bonne semaine de travail.
Elle nous a servi à observer les gardiens de but, juger leurs performances et leur état mental. On sait que c'est un moment difficile pour Sébastien Cibois. Il faut se servir de ses échecs pour rebondir. On n'a pas décidé qui jouera à Monaco.
» (Site officiel SR).

Bain reprend avec la réserve, Hérelle est finalement absent, touché à un genou.
Hassen et Le Douaron sont écartés. Ronaël Pierre-Gabriel, Romain Faivre et Irvin Cardona sont eux bien dans le groupe de 20 joueurs retenus.

Retrouvez tous les faces à faces entre Monaco et Brest.

Voici les groupes retenus

Pour Monaco : Lecomte, Majecki, Aguilar, Badiashile, Ballo-Touré, Caio, Disasi, Maripán, Matsima, Sidibé, Diatta, Diop, Fabregas, Fofana, Golovin, Matazo, Tchouaméni, Ben Yedder, Jovetic, Volland.

Pour Brest : Larsonneur, Cibois, Duverne, Chardonnet, Baal, Perraud, Brassier, Pierre-Gabriel, Faussurier, Belkebla, Lasne, Lucas, Mbock, Faivre, Fadiga, Cardona, Philippoteaux, Honorat, Charbonnier, Mounié.

Pour plus d'info sur la présentation des équipes, cliquez ici...

LES EX-MONÉGASQUES EN LIGUE EUROPA
(25/02/2021)








Leurs performances lors de 16èmes de finale retour

Ils étaient 12 dans les effectifs des clubs engagés en 16èmes de finale de Ligue Europa, ils seront 7 au prochain tour.
Retrouvons leurs performances.

  • Déjà vainqueur 4-1 à l'aller en Autriche, Tottenham a de nouveau inscrit 4 buts à Wolfsberger.
    Alli (1-0, 11e), Vinícius (2-0, 50e), Bale (3-0, 73e) et encore Vinícius (4-0, 83e).
    Titulaire à la pointe de l'attaque, Carlos Vinícius a joué toute la rencontre.

  • Aux Pays-Bas, l'Ajax Amsterdam ne devait pas encaisser 2 buts pour se faire éliminer par Lille.
    Si les "Dogues" ont dominé, Maarten Stekelenburg et son équipe ont ouvert le score, contre le cours du jeu, sur un coup-franc repris par Klaassen (1-0, 15e).
    Les lillois ont repris espoir sur un pénalty de Yazici (1-1, 78e), mais il s'est évaporé avec le but de Neres (2-1, 88e).

  • Défaits 0-2 en Espagne, Naples a rapidement fait la moitié de son retard sur Grenade avec le but de Zielinski (1-0, 3e).
    L'égalisation de Montoro (1-1, 25e) obligeait Tiémoué Bakayoko (averti à la 88e) et ses partenaires à scorer 3 autres fois, mais ils n'ont trouvé le chemin des filets qu'à une seule reprise, par Ruiz (2-1, 59e).
    Les napolitains sont donc éliminés.

  • Déjà spectaculaire avec 7 buts à l'aller, le retour entre les Glasgow Rangers et le Royal Antwerp a encore fait trembler les filets à 7 reprises.
    Les écossais, vainqueurs 4-3 en Belgique, ouvrent le score par Morelos (1-0, 9e), Rafaelov égalise ensuite (1-1, 32e).
    15 secondes après la reprise, les locaux reprennent l'avantage par Patterson (2-1, 46e), puis le large par Kent (3-1, 55e).
    Le but de Lamkel Ze qui passe entre un défenseur et le gardien pour marquer dans le but vide (3-2, 57e) remettent Anvers à 2 buts de la qualification, mais comme à l'aller, les belges vont encaisser deux pénalties, transformés par Barisic (4-2, 79e) et Itten (5-2, 90e+2).
    Le parcours européen d'Anvers et Dieumerci Mbokani, absent de la feuille de match, s'arrête là.

  • Après le match aller (1-1) joué à Rome, le retour entre Arsenal et Benfica Lisbonne s'est joué à Athènes.
    Le capitaine des "Gunners", Aubameyang ouvre le score (1-0, 21e), et les portugais égalisent sur l'ensemble des deux matches avant la pause, par Gonçalves (1-1, 43e).
    À l'heure de jeu, les benfiquistes sont qualifiés avec le but de Silva (1-2, 61e), et Arsenal doit scorer deux fois pour gagner le billet pour les 16èmes.
    Le premier des deux buts attendus arrive rapidement par Tierney (2-2, 67e) et le but de la dlivrance est signé par l'inévitable Pierre-Emerick Aubameyang, dans les dernière minutes (3-2, 87e).

  • Le PSV Eindhoven recevait l'Olympiakos Le Pirée avec deux buts de retard, après le 2-4 de l'aller.
    Grâce au doublé de Zahavi (1-0, 23e et 2-0, 44e), les néerlandais étaient qualifiés, jusqu'au but de Hassan, en toute fin de match (2-1, 88e).
    L'équipe de Ruben Vinagre, absent de la feuille de match, sera au prochain tour.

  • Déjà vainqueur à l'aller, l'AS Rome a de nouveau battu le Sporting Braga, 3-1.
    Dzeko a ouvert le score (1-0, 24e), Pellegrini a raté un pénalty (72e), mais les romains ont tout de même doublé la mise par Perez (2-0, 75e).
    En toute fin de match, Braga a sauvé l'honneur sur un csc de Cristante (2-1, 88e) mais Rome a gardé ses deux buts d'avance par Mayoral (3-1, 90e+1).
    Titulaire, Stephan El Shaarawy a été remplacé à la 59e.

  • En Angleterre, Leicester City s'est fait surprendre 0-2 par le Slavia Prague, après le 0-0 de l'aller.
    Avec Youri Tielemans titulaire et sans Nampalys Mendy resté sur le banc, les "Foxies" ont encaissé deux buts par Provod (0-1, 49e) et Sima (0-2, 79e).

  • En Italie, le Milan AC a été tenu en échec 1-1 par l'Etoile Rouge Belgrade, buts de Kessié sur pénalty (1-0, 9e) et Ben Nabouhane (1-1, 24e).
    Avec le 2-2 de l'aller, les milanais et Soualiho Meïté (90 minutes jouées) sont qualifiés au nombre de buts marqués à l'extérieur.

  • Après le 4-0 de l'aller en Espagne, Manchester United n'a pas forcé face à la Real Sociedad.
    Avec Anthony Martial à la pointe de l'attaque, les mancunéens ont fait 0-0, mais auraient pu perdre si Oyarzaba avait cadré son pénalty (13e).

  • En Belgique, le FC Bruges était en ballotage favorable après le 1-1 de l'aller chez le Dynamo Kiev.
    Nabil Dirar et ses coéquipiers ont craqué en fin de partie, sur un but de Buyalskiy (0-1, 83e).
    L'ancien monégasque a été remplacé juste après (84e).

  • Les autres matches :
      Shakhtar Donetsk - Maccabi Tel-Aviv : 1-0
      Hoffenheim - Molde : 0-2
      Villarreal - RB Salzbourg : 2-1
      Bayer Leverkusen - Young Boys Berne : 0-2
      Dinamo Zagreb - FC Krasnodar : 1-0

  • Les résutats et classements des groupes de la Ligue Europa.

    LES EX-MONÉGASQUES EN LIGUE DES CHAMPIONS (4/4)
    (24/02/2021)


    Leurs performances lors de la quatrième journée des huitièmes de finale aller

    Ils sont encore 11 anciens joueurs de l'ASM en lice pour remporter la Ligue des Champions en fin de saison.
    Retrouvons le résultat des 3 derniers engagés.

  • En Italie, l'Atalanta Bergame a été battue par le Real Madrid, 0-1.
    Celui qui a fait mal aux bergamasques est l'ancien lyonnais Mendy, qui a provoqué l'expulsion de Freuler (17e), et inscrit l'unique but du match en toute fin de rencontre sur une frappe enroulée des 25m (0-1, 86e).
    Le quart de finaliste de la dernière édition, Mario Pasalic, est entré à la 30e.

  • À Budapest, le Borussia Mönchengladbach a été vaincu par Manchester City et Bernardo Silva.
    Le portugais a été doublement décisif, et de la tête à chaque fois, en marquant (0-1, 29e) et remisant pour Jesus (0-2, 65e).
    Si Benjamin Mendy est resté sur le banc des remplaçants, Bernardo Silva a joué toute la partie.

  • Les autres résultats :
      FC Barcelone - Paris Saint-Germain : 1-4
      RB Leipzig - Liverpool FC : 0-2
      FC Porto - Juventus Turin : 2-1
      FC Séville - Borussia Dortmund : 2-3
      Atlético Madrid - Chelsea FC : 0-1
      Lazio Rome - Bayern Munich : 1-4

  • Les résutats et classements des groupes de la Ligue des Champions.

    LIGUE 1, MATCH EN RETARD DE LA 21ÈME JOURNÉE
    (24/02/2021)
    Le résultat du match en retard de la 21ème journée de Ligue 1

     1-0 

    À 19h00, se jouait le match en retard de la 21ème journée, entre Nîmes (19e) et Lorient (18e), reporté pour cause de nombreux cas de Covid-19 dans les rangs bretons.
    Match très important dans la lutte pour le maintien, où les "Merlus" ont dominé la seconde période, et aurait pu prendre l'avantage, mais ils ont touché deux fois les montants (31e et 57e).
    En fin de match, sur un corner qui arrive au second poteau, Gravillon touche le ballon de la main, et après intervention de la V.A.R., un pénalty est sifflé pour les "Crocos".
    Ripart le transforme (1-0, 87e) et sort le NO de la zone rouge.
    Chez le FCL, Paul Nardi est resté sur le banc, Yoann Etienne était écarté.

    Retrouvez les classements du Championnat de Ligue 1

    LES EX-MONÉGASQUES EN LIGUE DES CHAMPIONS (3/4)
    (23/02/2021)



    Leurs performances lors de la 3ème journée des huitièmes de finale aller

    Ils sont encore 11 anciens joueurs de l'ASM en lice pour remporter la Ligue des Champions en fin de saison.
    Retrouvons les résultats des 3 engagés de la soirée.

  • À Bucarest, l'Atletico Madrid y recevait les anglais de Chelsea, qui ne pouvaient se rendre en Espagne.
    Sans Geoffrey Kondogbia (resté sur le banc) ni Yannick Ferreira-Carrasco (absent de la feuille de match), mais avec Thomas Lemar, titulaire et averti à la 90e+3), les madrilènes ont perdu face aux "Blues", sur une bicyclette de Giroud (0-1, 68e).
    Avec cette victoire, le club londonien a fait une très bonne opération pour la qualification en quart de finale.

  • En Italie, la Lazio Rome a été très généreuse face au Bayern Munich, offrant rapidement un but à Lewandowski (0-1, 9e) sur une passe en retrait.
    Les bavarois ont profité des espaces pour prendre 4 buts d'avance par Musiala (0-2, 24e), Sané (0-3, 42e) et Acerbi contre-son-camp (0-4, 47e).
    Les romains ont sauvé l'honneur par Correa (1-4, 49e).

  • Les résultats de la semaine passée :
      FC Barcelone - Paris Saint-Germain : 1-4
      RB Leipzig - Liverpool FC : 0-2
      FC Porto - Juventus Turin : 2-1
      FC Séville - Borussia Dortmund : 2-3
    Demain, les deux derniers matches :
      Atalanta Bergame - Real Madrid
      Borussia Mönchengladbach - Manchester City

  • Les résutats et classements des groupes de la Ligue des Champions.

    LES RÉACTIONS DE PARIS S.G. - MONACO (0-2)
    (21/02/2021)

    Niko Kovac
    «J'ai vu le match face au Barça. Sans faire la comparaison, on a très bien défendu. Le PSG a eu beaucoup de mal à nous traverser. On était disposés dans notre 4-5-1. Le plan a plutôt bien fonctionné.
    Le titre de Champion de France ? Non, ce n'est pas différent. La question est légitime mais je reste sur ma position. Nous progressons. Je suis très satisfait de la manière dont on progresse. Mais nous ne sommes pas au même niveau que Paris, Lille et Lyon. L'objectif, c'est de creuser l'écart sur nos poursuivants. Si à la fin du Championnat, il reste quelques matches à jouer, et qu'on est qualifiés pour les places européennes, on tentera notre chance mais il est trop tôt pour se projeter là-dessus.
    Pourquoi Axel Disasi à la place de Djibril Sidibé ?
    C'était très simple, on a choisi Axel, c'est un formidable joueur, il avait moins joué car Guillermo Maripán enchaînait les formidables performances. On sait que Mbappé est un joueur de classe mondiale, Axel a montré de réelles capacités pour contrer la vitesse de Mbappé. Il a vraiment livré une grosse prestation.»
    (lequipe.fr & AFP)

    Mauricio Pochettino
    «La différence entre le PSG du Barça et celui de ce soir ? Je crois que les parties sont différentes, les compétitions aussi. On a avait bien démarré le match mais on concède le premier but. Monaco a joué une bonne partie défensivement. On a eu 75 % de possession. Il nous a manqué des idées dans le dernier tiers.
    Nous avions parlé de maintenir le niveau de concentration. Les parties sont différentes, nous pouvons répliquer d'une soirée à l'autre. Nous n'avons pas fait un bon match ce soir. Monaco a pris l'avantage sur des occasions. On n'a pas produit la même chose.
    Marco Verratti sur le banc ? Ce fut une décision pour le protéger, il n'était pas en mesure de jouer 90 minutes. Il a joué ce qu'on pensait possible.
    Herrera ? Quand tu ne gagnes pas un match, le premier responsable c'est moi. S'il y a un coupable, c'est moi. J'assume la responsabilité.
    6e défaite cette saison. Inquiétant pour le titre de Champion ? C'est la réalité, on ne peut pas la changer. On va continuer à se battre, à essayer. Tant que ce sera possible, on se battra.
    Mbappé ce soir ? Le foot, il y a plein de situations, de moments différents, des compétitions. Le foot, ce n'est pas mathématique. Il y a des circonstances. On n'a pas été au niveau pour gagner ce match collectivement pas seulement Kylian.»
    (lequipe.fr & AFP)

    Wissam Ben Yedder
    «C'est un très bon match. On a été costaud physiquement. On savait qu'ils avaient fait un gros match contre Barcelone qu'ils allaient avoir un pépin physique on va dire. On essaie de construire ce qu'on peut habituellement. Le Championnat est tellement serré. On verra ce qui se passera avec les 4 équipes en haut. On prend les matches les uns après les autres. Le plus important c'est de faire le maximum et on verra en fin de saison.» (Micro Canal +)

    CHAMPIONNAT 26ÈME JOURNÉE, PARIS S.G. - MONACO : 0-2
    (21/02/2021)

    Monaco Prince du Parc

    L'AS Monaco a remporté une très importante victoire au Parc-des-Princes, grâce à des buts inscrits d'entrée de chaque période par Sofiane Diop (0-1, 6e) et Guillermo Maripán (0-2, 51e).
    Les monégasques n'auront pas eu beaucoup le ballon, mais la tactique mise en place par Niko Kovac a muselé les parisiens qui n'ont guère été dangereux.

    Pour cette rencontre, le PSG aligne son équipe de départ de ce mercredi contre le FC Barcelone, à une exception Verratti remplacé par Herrera.
    On retrouve Navas, Kurzawa, Kimpembé, Marquinhos, Florenzi, Gueye, Paredes, Herrera, Mbappé, Kean, Icardi.
    Sur le banc, il y a Rico, Bakker, Diallo, Kehrer, Draxler, Danilo, Rafinha, Simons, Verratti. Sans surprise, Letellier et Michut sont en tribune.

    Pour l'AS Monaco, Niko Kovac renforce sa défense, avec 3 axiaux en phase défensive, puisque Axel Disasi jouera latéral droit quand l'ASM aura le ballon.
    Il fait confiance à Lecomte, Caio, Badiashile, Maripán, Disasi, Aguilar, Fofana, Tchouaméni, Diop, Ben Yedder, Volland.

    Sur le banc, les autres joueurs convoqués : Mannone, Ballo-Touré, Matsima, Sidibé, Diatta, Fabregas, Golovin, Matazo, Jovetic.

    Le PSG prend la possession du ballon, et l'ASM défend en bloc, mettant beaucoup d'énergie dans le pressing, sans oublier de jouer vite vers l'avant.
    Et la première sortie de balle monégasque est gagnante.
    Côté gauche au milieu du terrain, Caio donne pour Ben Yedder dans l'axe qui a décroché, et qui décale sur la gauche pour Kevin Volland, qui centre pour le second poteau et la remise de la tête d'Aguilar pour celle, aux 6m de Sofiane Diop qui ajuste Navas (0-1, 6e).

    Le PSG tente de réagir rapidement sur une longue transversale pour le second poteau et Icardi, qui reprend de volée et du bout du pied. La ballon part en cloche et passe au-dessus de la lucarne opposée (7e).
    Centre raté de Kurzawa qui file au premier poteau. Benjamin Lecomte attentif se jette à la base de son montant et met en corner (8e).

    L'ASM tient son but d'avance, mais concède un bon coup-franc, plein axe un peu sur la droite à 23m. Layvin Kurzawa le tire et ne trouve pas le cadre (16e).

    Monaco joue pour d'abord garder son but inviolé, mais profite de chaque occasion pour tenter d'accroître son avantage.
    Corner de la gauche, repris par la tête de Disasi, qui met le ballon dans les gants de Navas (22e).

    Les parisiens font tourner le ballon, sans arriver à rentrer dans la surface avec le ballon.
    Gueye tente sa chance des 30m. C'est puissant, au ras du montant droit de Lecomte qui accompagne en sortie de but (35e).

    À la pause, l'AS Monaco mène au score, et va devoir encore museler 45 minutes, le Paris Saint-Germain, qui n'a pas cadré une frappe.

    On reprend les mêmes pour cette seconde période, et l'ASM profite encore des moindres espaces.
    - Interception au milieu et Tchouaméni remonte le terrain jusqu'aux 20m, et vient buter sur Kimpembé, oubliant Ben Yedder à droite et surtout Kevin Volland seul à gauche (47e).
    - Coup-franc pour l'ASM côté droit, botté par Aguilar. Le ballon est repoussé sur Caio, qui retrouve Aguilar d'une belle transversale, qui met en retrait pour la frappe de Youssouf Fofana. Sur la trajectoire, Kimpembé dévie dans l'axe de la surface où Herrera court derrière la balle sans la prendre. Guillermo Maripán met le pied en opposition pour stopper le ballon et enchaîne avec une frappe enroulé du droit à ras de terre, qui ne laisse aucune chance à Navas (0-2, 51e).

    L'AS Monaco a fait le trou, et Pochettino effectue ses premiers remplacements avec les sorties de Gueye et Herrera pour Rafinha et Verratti (55e).

    Le PSG est peut-être plus précis dans ses passes, mais l'ASM tient toujours.
    - Contre favorable de Kurzawa sur Disasi côté gauche de la surface, centre pour la tête de Kean dans les 6m qui la pique. Lecomte repousse et capte (60e).
    - Transversale de Tchouaméni pour Caio au seocnd poteau qui remise pour la tête de Kevin Volland, qui rate le cadre en décroisant trop. C'était la balle du 0-3 (62e).
    - Retour de Guillermo Maripán qui tacle le ballon dans la surface, que convoitait Mbappé, après un nouveau contre favorable de Kurzawa (67e).

    Les changements se poursuivent, avec Stevan Jovetic pour Ben Yedder (71e), Draxler et Danilo pour Icardi et Paredes (73e).

    L'AS Monaco fait toujours bloc, mais le PSG est proche de marquer sur une des premières mauvaises relances. Le ballon revient sur Kean dans la surface qui frappe et est contré, alors que sur sa droite Kylian Mbappé était seul face au but (77e).

    Pour la fin de match, Aleksandr Golovin et Djibril Sidibé entrent aux places de Diop et Aguilar (80e) puis Fodé Ballo-Touré pour Volland (90e).
    Les monégasques tiennent, et ne trembleront plus, même avec la frappe de Danilo des 25m dans l'axe, qui est dévissée (84e).

    Douzième rencontre sans défaite pour l'AS Monaco, qui a engrangé 25 points sur les 27 derniers mis en jeu en 2021, et qui confirme que le Parc-des-Princes est son jardin.
    En 45 matches de championnat, Monaco a partagé 13 fois les points, perdu 14 fois et gagné 18 fois.

    Série à continuer dimanche prochain, face à Brest, qui avait dominé l'ASM à l'aller.

    Pour plus d'info sur la vingt-sixième journée, rendez-vous dans la rubrique Championnat...

    Pour les stats de l'ASM, rendez-vous dans la rubrique Stats Championnat...

    COUPE DE FRANCE : TIRAGE DES 16ÈMES DE FINALE
    (21/02/2021)


    Monaco ira à Nice

    Le tirage au sort des seizièmes de finale de la Coupe de France 2020-21, qui auront lieu les 6 et 7 mars 2021, a eu lieu ce soir en direct sur Eurosport 2.

    En raison de la situation sanitaire actuelle, et pour limiter les déplacements, le tirage n'était pas national, mais constitué de quatre groupes géographiques.
    Le tirage au sort a été effectué par l'escrimeuse Manon Brunet, qui a réservé le voisin de l'OGC Nice, match à l'Allianz Riviera.

    Pour arriver à ce tour, l'ASM est allé s'imposer à Grenoble, 1-0.
    Nice est aussi allé cherché sa victoire à l'extérieur, sur la pelouse de Nîmes, 1-3.


    Pour voir le tirage complet, rendez-vous dans la rubrique Coupe de France....

    LIGUE 1, 26ÈME JOURNÉE : LES RÉSULTATS
    (21/02/2021)
    Les résultats de la 26ème journée de Ligue 1

    Retrouvez les résultats de cette journée de Ligue 1 et les performances des anciens monégasques qui composent les effectifs des autres clubs.

     2-3 

    Vendredi à 21h00, le prochain adversaire de l'ASM, Brest (12e) recevait Lyon (3e).
    Malgré une bonne entame, les brestois ont concédé l'ouverture du score sur une erreur de leur gardien qui a voulu dribbler Paqueta et s'est fait chipper le ballon (0-1, 9e).
    Rajoutons une erreur de marquage qui permet à Aouar de doubler la mise (0-2, 9e) et un pénalty pour une faute du gardien sur et transformé par Depay (0-3, 44e) et les lyonnais menaient largement sans briller.
    En seconde période, le SB29 pousse, revient dans la partie avec les buts de Chardonnet (1-3, 53e) et Cardona (2-3, 74e), mais n'égaliseront pas, comme à l'aller.
    Les Irvin Cardona, Romain Faivre et Ronaël Pierre-Gabriel ont tous débuté, les deux derniers ont été remplacés à la 67e.
    Pour l'OL, Islam Slimani est entré à la 88e.

     1-1 

    Samedi à 13h, Saint-Etienne (15e) et Reims (13e) se sont neutralisés.
    Les champenois ont ouvert le score sur corner, par Touré (0-1, 72e), les joueurs de Claude Puel ont égalisé en fin de partie par Abi (1-1, 89e).

     1-1 

    Samedi à 17h00, Nantes (18e) et Marseille (6e) se sont aussi quittés sur un nul 1-1.
    Les "Canaris" ont ouvert le score sur une passe en retrait de Gonzalez, avec des rebonds et sur le pied gauche de Mandanda, qui rate le ballon en voulant dégager. Blas en profite pour ouvrir le score (1-0, 50e).
    Les phocéens ont égalisé par Payet (1-1, 69e), mais ont terminé à 10 avec le rouge de Sakai (90e+4).
    Pour le FCN, Dennis Appiah a joué toute la partie, Jean-Kévin Augustin était écarté.
    Pour l'OM, Valère Germain est entré à la pause.

     2-1 

    Dimanche à 13h00, Montpellier (9e) s'est replacé pour la 5ème place en battant Rennes (5e) avec un doublé de Mavididi (1-0, 17e et 2-0, 27e) contre un but en fin de match de Guirassy (2-1, 78e).
    Savanier aurait pu éviter à ses partenaires de souffrir en fin de rencontre, mais il a raté un pénalty en tirant au-dessus (51e).

     2-1 

    Dimanche à 15h00, Lens (7e) a pris les trois points face à la lanterne rouge Dijon (20e), qui file droit vers la Ligue 2.
    Les lensois ont ouvert le score par Fofana (1-0, 30e), se sont faits rejoindre par la frappe de Ngonda (1-1, 61e), mais le RCL a vite repris son but d'avance sur un coup-franc concédé par Panzo, et l'anglais est encore fautif sur le marquage sur Banza (2-1, 64e).
    Pour les artésiens, Corentin Jean est resté sur le banc.
    Côté bourguignon, Arthur Zagré était une fois de plus écarté du groupe. Jonathan Panzo et Aboubakar Kamara ont été titularisés, l'attaquant s'est fait expulser à la 74e.

     1-2 

    Nice (14e) a encore chuté, cette fois à domicile contre Metz (8e) qui a pris deux buts d'avance en première période par Kouyaté (0-1, 15e) et Gueye (0-2, 37e) qui ont inscrit leurs premiers buts de la saison.
    En seconde période, Gouiri transforme un pénalty d'une "Panenka" (1-2, 59e), mais les "Aiglons", sans Khéphren Thuram (banc) ni Rony Lopes (blessé à la cuisse droite) ne reviendront pas.
    Pour les lorrains, toujours pas de Kévin N'Doram (reprise) ni de Marc-Aurèle Caillard (banc).

     0-0 

    Match terne et sans but entre Strasbourg (16e) et Angers (10e).
    L'alsacien Jean-Eudes Aholou est resté aux vestiaires à la pause, touché dans un choc en première période.
    Le scoïste Thomas Mangani a été remplacé à la 84e.

     2-0 

    En bas de tableau, Nîmes (19e) a pris trois points précieux face à Bordeaux (11e) avec des buts de Meling (1-0, 14e) et Ripart (2-0, 71e), quelques secondes après l'expulsion du girondins Benito (69e).
    Pour le FCGB, Mehdi Zerkane est entré à la 78e et a été averti à la 88e.

     1-4 

    Dimanche à 17h00, Lorient (17e) a terminé sa série d'invincibilité face au leader Lille (1er).
    Le LOSC a ouvert le score sur un csc de Gravillon (0-1, 21e), mais les "Merlus" ont vite égalisé sur un centre rentrant d'Hergault qui file dans le but (1-1, 23e).
    Mais les "Dogues" ont repris l'avantage par Fonte (1-2, 38e) sur une frappe des 20m, puis pris le large par Ikoné sur coup-franc (1-3, 59e) et clos la marque par Bradaric en contre (1-4, 90e+1).
    Pour le FCL, Paul Nardi est revenu sur le banc, Yoann Etienne n'a pas été retenu sur la feuille de match.

     21h 

    Ce soir, le Paris S.G. (2e) avec Layvin Kurzawa, Abdou Diallo et Kylian Mbappé reçoit l'AS Monaco (4e).

    Au classement des buteurs, Mbappé (Paris S.G.) est seul en tête avec ses 16 buts.
    Il devance :
    - Depay (Lyon) avec 14 buts,
    - Wissam Ben Yedder (AS Monaco) avec 13 buts,
    - Dia (Reims) et Kevin Volland (AS Monaco) avec 12 buts,
    - Toko Ekambi (Lyon) avec 11 buts,
    - Ajorque (Strasbourg) et Kean (Paris S.G.) avec 10 buts,
    - Delort (Montpellier), Gouiri (Nice), Kadewere (Lyon), Kakuta (Lens), Laborde (Montpellier) et Yilmaz (Lille) avec 9 buts,
    - 1 joueur avec 8 buts,
    - 7 joueurs dont Cardona (Brest) avec 7 buts,
    - 10 joueurs avec 6 buts,
    - 9 joueurs dont Sofiane Diop (AS Monaco) et Faivre (Brest) avec 5 buts,
    - 27 joueurs dont Aleksandr Golovin & Guillermo Maripán (AS Monaco) avec 4 buts.
    - 30 joueurs Axel Disasi (AS Monaco) et Germain (Marseille) avec 3 buts,
    - 42 joueurs dont Benoît Badiashile, Stevan Jovetic & Gelson Martins (AS Monaco) et Aholou (Strasbourg), Lopes (Nice), Mangani (Angers) avec 2 buts.
    - 86 joueurs dont Ruben Aguilar, Cesc Fabregas, Willem Geubbels, Pietro Pellegri & Aurélien Tchouaméni (AS Monaco), Kurzawa (Paris S.G.), Pierre-Gabriel (Brest) et Thuram (Nice) avec 1 but.
    - 21 contre-son-camp ont été marqués par 20 joueurs. Lopes (Lyon) en compte 2.

    Retrouvez les classements du Championnat de Ligue 1

    COUPE DE FRANCE : TIRAGE DES 16ÈMES DE FINALE, LES GROUPES CONNUS
    (21/02/2021)

    Monaco connaitra ce soir son adversaire

    C'est en début de soirée, en direct sur Eurosport 2 à partir de 19h30, que Monaco connaitra son adversaire pour le compte des 16èmes de finale de la Coupe de France 2020-21.

    Quatre groupes géographiques ont été constitués et l'AS Monaco jouera contre un des clubs ci-dessous :
    Ligue 1 : Lyon, Nice.
    Ligue 2 : Sochaux.
    National : Annecy.
    National 2 : Rumilly-Vallières, Sedan.
    National 3 : Saint-Louis Neuweg.

    Pour voir les résultats des tours précédents, rendez-vous dans la rubrique Coupe de France....

    COUPE DE FRANCE : TIRAGE DES 16ÈMES DE FINALE CE SOIR À 19H30
    (21/02/2021)


    Monaco connaitra ce soir son adversaire

    Qualifiée via la "voie des clubs professionnels" pour les 16èmes de finale, l'AS Monaco attendait que la "voie des clubs amateurs" soit terminée pour connaître ses possibles futurs adversaires.

    Cette dernière s'est terminée en début d'après-midi, et on connait les 31 des 32 clubs qualifiés, la dernière rencontre entre Romorantin (N2) et Mtsapéré (Mayotte, R1) se jouera jeudi à Romorantin-Lanthenay, dans le Loir-et-Cher.

    Compte tenu de la situation sanitaire, la FFF a décidé de constituter quatre groupes géographiques, pour minimiser au maximum les déplacements.
    Les quatre groupes seront bientôt communiqués.

    Les 33 clubs encore qualifiés sont :
    - les 12 clubs de Ligue 1 qui ont passé les 32èmes : Angers, Brest, Lens, Lille, Lorient, Lyon, Marseille, Metz, AS Monaco FC, Montpellier, Nice, Paris S.G.
    - les 3 clubs de Ligue 2 encore qualifiés : Sochaux, Toulouse, Valenciennes.
    - les 3 clubs de National encore qualifiés : Annecy, Boulogne-sur-Mer, Red Star.
    - les 8 clubs de National 2 restants : GFC Ajaccio, Aubagne, Beauvais, Canet-en-Roussillon, Châteaubriant, Le Puy, Rumilly-Vallières, Sedan.
    - les 3 clubs de National 3 restants : Alès, Saint-Louis Neuweg, Saumur.
    - le dernier représentant d'Outre-Mer : Club Franciscain (Martinique).
    - le dernier représentant de Régional 1 : La Montagnarde.
    - le vainqueur du dernier 32ème entre Romorantin (N2) et Mtsapéré (R1 Mayotte).

    Pour voir les résultats des 2 tours précédents, rendez-vous dans la rubrique Coupe de France....

    PRÉSENTATION PARIS S.G. - MONACO (J26)
    (20/02/2021)


    Pour la 26ème journée de Ligue 1, l'AS Monaco FC (4e) se rend chez le Paris Saint-Germain FC (2e), pour un choc du championnat entre les deux meilleures attaques.

    Favoris du championnat, les parisiens ont performé cette semaine en Ligue des Champions, s'imposant 4-1 chez le FC Barcelone, et voudront effacer la défaite 3-2 à Monaco lors du match aller, où ils menaient 0-2 à la pause.

    Sur les 5 dernières rencontres, les deux équipes n'ont perdu des points que face à Lorient (défaite en Bretagne pour le PSG, nul à la maison pour l'ASM).
    À domicile, le Paris S.G. a remporté 10 rencontres, partagé une fois les points et perdu 2 fois, avec un total de 34 buts marqués et 6 encaissés, successivement face à Metz (1-0, J01), Marseille (0-1, J03), Angers (6-1, J06), Dijon (4-0, J08), Rennes (3-0, J10), Bordeaux (2-2, J12), Lyon (0-1, J14), Lorient (2-0, J15), Strasbourg (4-0, J17), Brest (3-0, J19), Montpellier (4-0, J21), Nîmes (3-0, J23), Nice (2-1, J25).

    Depuis le début de saison, l'ASM s'est déplacé 12 fois, pour un bilan de 7 victoires et 5 nuls, mais encaisse beaucoup de buts (20 contre 22 inscrits).

    Historiquement, le bilan est en faveur de l'ASM (7 victoires monégasques, 13 nuls, 14 défaites), mais il s'est équilibré ces dernières années où le PSG a remporté 3 des 5 dernières confrontations (avec 1 nul et 1 défaite).

    Face à l'armada parisienne, Niko Kovac s'attend à un match très compliqué, mais tentera de ramener quelque chose du Parc.
    «Le match du PSG face au FC Barcelone ce mardi ? Pour être honnête, j’ai regardé le match et j’étais très content que Paris fasse une prestation pareille. Ils ont réalisé une rencontre de qualité. Nous savons que le club est en train de monter en puissance, on s’attend à un match très difficile. On ne va pas à Paris sans jouer notre chance, on veut faire du mieux possible.
    Lors du match au Stade Louis-II, on était menés de deux buts à la pause, alors que deux autres buts ont été annulés pour hors jeu. Sans ça, c’était impossible de revenir au tableau d’affichage. Notre première mi-temps n’était pas bonne, ce n’était pas facile face à un tel adversaire. On a eu des opportunités de revenir ensuite. On devra être focus dès les premières minutes, et réduire leurs possibilités d’attaquer d’entrée de jeu. On peut ramener un point de ce déplacement, ou peut être plus.
    Le championnat plus serré ? Lille et Lyon et même l’AS Monaco performent plus que les saisons précédentes. Paris perd un peu plus de points que d’habitude. Il y a donc un mix des deux, le championnat est plus serré en tête. Nous savons que c’est la meilleure équipe du championnat, avec les meilleurs joueurs. La fin de la saison approche, leur motivation croît afin de bien terminer et obtenir ce titre de champion. On s’attend à ce qu’ils finissent la saison en boulet de canon. Le niveau de jeu face à une telle équipe va être très élevé.
    Ce résultat face au Barça synonyme de motivation ou de décompression pour les parisiens ? C’est difficile de répondre, je ne suis pas leur coach. Cette victoire peut les relaxer ou leur donner encore plus de motivation. Les meilleures équipes dans les cinq grands championnats ont tendance à très bien finir la saison. Cette victoire peut donc être un facteur positif pour la suite, en espérant que cela ne prenne pas effet dès dimanche face à nous. Il faudra performer à notre manière pour les surprendre. On peut ramener quelque chose de ce déplacement.
    Le nombre de buts encaissés par rapport aux tirs concédés ? Nous connaissons les statistiques à ce sujet, on travaille chaque jour sur le terrain et via la vidéo pour corriger nos erreurs. On avait 75% de possession face à Lorient, on doit faire mieux lorsque nous n’avons pas le ballon. Il y a eu vingt minutes où nous étions moins biens. On doit réduire cette marge d’erreurs. On doit mieux défendre, surtout au milieu de terrain. C’est la différence avec les équipes sur le podium. Il est important d’améliorer ces points-là. Nous avons trois bons gardiens. Il n’ont pas commis de grosses bévues depuis le début de la saison. Il nous manque simplement ce petit brin de réussite. Il reste encore 13 matches pour corriger le tir.
    Benjamin Lecomte ? Tout le monde a besoin d’un match référence, d’un arrêt pour gagner en confiance. Nous ne pouvons pas dire qu’un de nos gardiens ait réalisé une grave erreur lors des 25 matches précédents. Nous essayons de travailler au mieux, l’entraîneur des gardiens aussi. Il a besoin de se montrer décisif pour trouver cette confiance là. Je crois en lui, en Vito et en Radoslaw. Je leur apporte tout mon soutien.
    Un match à buts, avec deux très bonnes attaques ? Nous savons que Paris est une équipe de classe mondiale. Kylian Mbappé est très en forme, on doit essayer de l’arrêter mais pas de manière individuelle. Tout ne dépend pas d’un seul joueur, nous devons nous entraider et être à la hauteur tactiquement. Je retiens le fait que nous sommes la deuxième meilleure attaque du championnat, nous avons des arguments à faire valoir. Il faut rester unis et surperformer pour ramener quelque chose du Parc des Princes. On croit en nos qualités, on doit juste être très attentifs derrière. Nos ambitions et nos possibilités de points grandiront au fil des minutes si nous sommes concentrés dès le coup de sifflet.
    Les corners ? C’est peut être plus facile que l’on peut l’imaginer. Il faut avoir cette chance d’avoir des joueurs capables de placer le ballon au bon endroit. Nous avons de bons tireurs au sein de l’effectif. Je suis heureux de cette situation. Nous avons trois défenseurs grands par la taille, ce qui nous donne un avantage dans la surface adverse. Les plus petits comme Wissam et Kevin sont également à l’aise dans ce registre. C’est un mélange entre trouver la bonne zone et être réaliste à l’arrivée. On analyse nos adversaires, j’ai la chance de m’appuyer sur Robert qui travaille dur sur ces phases arrêtées.
    La bonne ambiance dans le groupe ? Nous avons une bonne atmosphère au sein du groupe car nous sommes performants en ce moment. En dehors du terrain, tout le monde s’entend bien, c’est très important si l’on veut obtenir de bons résultats. On ressent l’envie de travailler ensemble, et les résultats actuels ont pu être possibles car l’équipe est solidaire et unie. Ceux qui jouent moins participent à cet état d’esprit, il y a une bonne entente au sein du groupe. Cela nous permettra d’atteindre nos objectifs en fin de saison si cela se poursuit.
    On va à Paris pour montrer le meilleur de nous-même, la pression est sur leurs épaules. Ils veulent être champions, nous, nous voulons distancer le sixième. La quatrième et la cinquième place ne sont pas encore figées. Tout est clair pour nous, on a une bonne opportunité de montrer ce dont nous sommes capables. Il reste encore beaucoup de matches.
    Un match de coupe d'Europe ? Oui, c’est une belle opportunité. Je me rappelle du match aller, c’était l’un des seuls matches ce vendredi soir là. Tout le monde regardait cette rencontre. J’ai eu beaucoup de retours sur ce match, notamment d’Allemagne. C’est nécessaire de developper les jeunes joueurs, cela passe par des matches comme celui-là. Les matches de Ligue 1 ne sont pas faciles, d’autant plus face à une équipe de ce calibre. Il faudra élever notre niveau de jeu. C’est un très beau match qui arrive. On pourra mesurer nos qualités face à une équipe de ce standing. On devra montrer le meilleur de nous-même encore une fois, et être compétitifs.»
    (Site officiel ASM).

    Au milieu du terrain, Aurélien Tchouaméni aura fort à faire face au PSG.
    «C’est un match important face à une très belle équipe. On l’a vu cette semaine, ils sont très en forme. Nous concernant, le niveau de motivation est très élevé, et nous avons à coeur de faire un gros match face à Paris.
    La série d’invincibilité ? Il y a une belle alchimie dans l’équipe entre les jeunes et les joueurs plus expérimentés. Il y a forcément des affinités particulières avec certains, comme dans tout groupe. Mais comme vous avez pu le constater ce matin au centre d’entraînement, il y a une très bonne ambiance dans ce groupe et évidemment cela rejaillit sur nos prestations.
    Comment on travaille pour réduire ces erreurs défensives ? C’est vrai que c’est un point sur lequel on doit travailler. On concède beaucoup de buts alors qu’on ne concède pas beaucoup d’occasions franches au final. On doit être encore plus durs, plus concentrés pour concéder moins d’occasions. On travaille notamment à la vidéo pour cela. On revoit les erreurs qu’on a pu faire la veille et aussi ce que l’on a bien fait. Donc ce sont des choses que l’on travaille à l’entraînement, pour tenter de ne pas reproduire ces erreurs, de réduire la marge.
    Ne pas prendre de buts ? Forcément c’est beaucoup plus compliqué de gagner un match quand on commence à prendre des buts. Si on arrive à ne pas se découvrir face à Paris, ce sera forcément plus simple d’aller chercher un résultat. A nous de concéder le moins d’occasions possible, comme je l’ai déjà dit, et d’être surtout bien concentrés de la première à la dernière minute.
    Les coups de pied arrêtés ? Ça a très bien commencé cette saison dans l’exercice si je me souviens bien, avec deux buts sur corner face à Reims lors de la 1ère journée. On travaille ces phases à l’entraînement avec Robert Kovac, le frère du coach. A nous de continuer à être performants dans ce domaine. Cela va être de plus en plus dur pour nous car nos adversaires font de plus en plus attention à cela. Ils nous attendent dans cet exercice désormais. A nous de trouver d’autres techniques pour poursuivre sur notre lancée.
    Le match du PSG contre le Barça ? Je n’ai pas été choqué par leur match, car on connaît leurs qualités. C’est l’équipe qu’on va affronter, il y a trois points en jeu à la clé, pas plus. C’est une des meilleures équipes du championnat évidemment, donc on va donner le maximum pour faire un résultat et on fera les comptes à la fin du match.
    Ma saison ? Je suis plutôt content de la saison que je suis en train de faire. Je m’épanouis beaucoup dans ce collectif. Après il reste encore pas mal de points à améliorer dans mon jeu. Je pense que je dois gagner en régularité sur un match, en essayant de ne pas avoir de temps faibles. Et ensuite avoir un peu plus de statistiques aussi. Mais mon boulot c’est davantage de donner de l’équilibre à cette équipe, de la stabiliser en faisant le lien entre la défense et l’attaque.
    Le poste où je joue actuellement demande beaucoup de concentration. Parfois il vaut mieux ne pas aller trop de l’avant, pour ne pas déséquilibrer l’équipe. On peut toujours s’améliorer. Il y a toujours des phases de jeu où je me dis que je devrais faire mieux. Mais on poursuit notre chemin, notre progression. Me concernant, il faut simplement analyser à quel moment je peux accompagner les actions. Il faut faire travailler son intelligence. Au fur et à mesure des rencontres, j’arrive à gagner en expérience et à savoir quand est-ce qu’il faut sortir ou pas.
    Les cartons ? Depuis que j’ai pris le carton rouge à Strasbourg lors de la 5e journée, je crois que je n’ai pris que deux cartons jaunes. Donc je pense qu’au niveau de la discipline je me suis bien amélioré ces derniers mois. Je vais faire en sorte que cela continue.
    Le nivellement du championnat ? Je pense que le facteur Covid et cette absence de spectateurs, réduit la différence qu’il peut y avoir d’ordinaire entre les matches à domicile et à l’extérieur. Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte. Les équipes se sont-elles rapprochées de Paris grâce à cela ? Je ne sais pas en revanche. Je pense que c’est une somme de choses, c’est une saison très spéciale cette année.
    Le milieu de terrain du PSG ? La qualité première de ce milieu, c’est évidemment la qualité technique. Avec Paredes, Verratti et Herrera, ça joue très technique. Par exemple, quand je vois la passe de Paredes sur le but de Kylian Mbappé contre Barcelone, c’est forcément un aspect de son jeu que je vais regarder. Dont je vais essayer de m’inspirer, pour le reproduire. La position de son corps, de son pied au moment de la frappe etc... Et puis il y a aussi Gueye qui fait un excellent travail à la récupération. Ce sera un gros match, on le sait, nous nous préparons pour ça.
    On sait qu’ils vont nous presser, d’autant qu’ils vont évoluer à domicile. Contrairement aux blocs bas que nous sommes habitués à affronter, il va falloir enchaîner beaucoup plus vite et prendre des décisions très rapides au milieu. Nous aurons moins de temps pour construire et pour réfléchir à la bonne solution. On va s’attacher à faire un gros match et on verra bien.»
    (Site officiel ASM).

    Pour continuer la série d'invincibilité de l'AS Monaco, Niko Kovac est encore privé de Willem Geubbels et Gelson Martins (blessés) et aussi de Pietro Pellegri(gêne à un adducteur), mais récupère Aleksandr Golovin, forfait de dernière minute contre Lorient.
    Majecki, Luís et Millot ont été écartés du groupe de 20 joueurs convoqués.

    A Paris, Mauricio Pochettino attend que son équipe soit à son « meilleur niveau pour battre cette équipe de Monaco qui est très forte, les joueurs sont très concentrés, le match contre Barcelone nous a montré que de jouer en équipe et avec intensité nous permet de pouvoir battre n'importe qui. Notre défi est de mettre la même intensité dans ce match contre Monaco, et même dans tous les matches, peu importe la compétition. Le match de demain est important, ils sont à 5 points... Pour rester dans la course au titre, il faut gagner demain.
    Kylian Mbappé ? Kylian est un joueur au talent incroyable, il est difficile pour l'adversaire de l'arrêter, et Monaco imaginera sans doute une stratégie pour le stopper, c'est aussi à nous de savoir contourner cela. Je pense que la tactique sera très importante dans cette rencontre.»
    (Site officiel PSG).

    L'ancien coach des "Spurs" déplore les absences de Sarabia, Bernat, Di Maria, Neymar et Dagba.
    Abdou Diallo, Layvin Kurzawa et Kylian Mbappé, formés à l'ASM, sont bien dans les 22 parisiens convoqués.

    Retrouvez tous les faces à faces entre Monaco et Paris S.G.

    Voici les groupes retenus

    Pour Monaco : Lecomte, Mannone, Aguilar, Badiashile, Ballo-Touré, Caio, Disasi, Maripán, Matsima, Sidibé, Diatta, Diop, Fabregas, Fofana, Golovin, Matazo, Tchouaméni, Ben Yedder, Jovetic, Volland.

    Pour Paris S.G. : Letellier, Navas, Rico, Bakker, Diallo, Florenzi, Kehrer, Kimpembé, Kurzawa, Marquinhos, Draxler, Gueye, Herrera, Paredes, Danilo, Rafinha, Simons, Verratti, Icardi, Kean, Mbappé, Michut.

    Pour plus d'info sur la présentation des équipes, cliquez ici...

    LES EX-MONÉGASQUES EN LIGUE EUROPA
    (18/02/2021)








    Leurs performances lors de 16èmes de finale aller

    Ils sont 12 à être encore en lice lors de ces 16èmes de finale de Ligue Europa, dans les effectifs des 32 clubs encore qualifiés.
    Retrouvons leurs performances.

  • En Grèce, l'Olympiakos Le Pirée a dominé le PSV Eindhoven, 4-2.
    Sans Ruben Vinagre, qui n'était pas sur la feuille de match, les grecs ont été rejoints deux fois au score en première période sur des buts de Zahavi (1-1, 14e et 2-2, 40e), après les buts de Bouchalakis (1-0, 9e) et M'Vila (2-1, 37e).
    Mais les athéniens ont tout de même rejoint la pause avec un avantage d'un but, avec El-Arabi dans le temps additionnel (3-2, 45e+2), et ont augmenté leur avance en fin de rencontre par Masouras (4-2, 83e).

  • Au Portugal, le Sporting Braga a été battu par l'AS Rome, 0-2.
    Les romains ont rapidement ouvert le score par Dzeko (0-1, 5e), puis joué en supériorité numérique après le rouge d'Esgaio (54e).
    En fin de match, Mayoral augmente les chances de qualification des joueurs de la "Louve" (0-2, 86e).
    Dans les rangs de l'AS Rome, un revenant : Stephan El Shaarawy, entré à la 69e, revenu cet hiver de Chine.

  • En Ukraine, le Dynamo Kiev et le FC Bruges se sont séparés sur un nul 1-1, Mechele (1-1, 67e) répondant à Buyalskiy (1-0, 62e).
    Parti de Turquie, Nabil Dirar a retrouvé le club où il évoluait avant de venir en Principauté, et était titularisé contre Kiev.
    Il a été remplacé à la 70e.

  • En République Tchèque, le Slavia Prague et Leicester City se sont quittés sur un nul vierge.
    Titulaire, Youri Tielemans a joué tout le match et a été averti à la 81e.
    Son partenaire Nampalys Mendy est resté sur le banc.

  • En Serbie, l'Étoile Rouge Belgrade a tenu en échec le Milan AC, 2-2.
    Pankov a ouvert le score (0-1, 42e) en marquant contre-son camp, mais Kanga a égalisé sur pénalty (1-1, 52e).
    Le Milan AC a repris l'avantage sur un pénalty de Théo Hernandez (1-2, 61e), mais s'est encore fait rejoindre par un but de Pankov, cette fois du bon côté, dans le temps additionnel (2-2, 90e+3) alors que les serbent jouaient à 10 contre 11 après le rouge de Rodic (77e).
    Un petit nouveau chez les lombards, Soualiho Meïté prêté par le Torino en janvier. Soualiho Meïté a joué les 90 minutes.

  • En Espagne, la Real Sociedad a été balayée par Manchester United.
    Les mancunéens ont ouvert le score par Fernandes (0-1, 27e) et pris le large en seconde période avec les buts de Fernandes, encore (0-2, 57e), Rashford (0-3, 65e) et James (0-4, 90e).
    Anthony Martial a participé à la victoire, entrant à la 68e.
    Sergio Romero n'a pas été rajouté à la liste des joueurs et ne pourra jouer en Ligue Europa cette saison.

  • En Autriche, Wolfsberger a été lourdement défait par Tottenham, 1-4.
    Son (0-1, 13e), Bale (0-2, 28e), Moura (0-3, 34e) ont rapidement mis les "Spurs" hors d'atteinte, malgré un pénalty de Liendl (1-3, 55e).
    Entré à la mi-temps, Carlos Vinícius a clos le score en fin de match (1-4, 88e).

  • Lille, leader de la Ligue 1, n'a pas pesé bien lourd face à l'Ajax Amsterdam, pourtant privé de son gardien Olana, suspendu, et de son buteur Haller, oublié d'inscription sur la liste des joueurs.
    Le LOSC a ouvert le score par Weah (1-0, 72e), qui bat le vétéran Maarten Stekelenburg, 38 ans, préféré aux jeunes gardiens inexpérimentés.
    En 3 minutes, les néerlandais renversent la rencontre avec un pénalty de Tadic (1-1, 87e) et un but de Brobbey (1-2, 89e).

  • En Espagne, Grenade a rapidement pris deux buts d'avance sur Naples, par des buts de Herrera (1-0, 19e) et Kenedy (2-0, 21e).
    Entré à la 64e, le napolitain Tiémoué Bakayoko n'a pu aider son équipe à inscrire ce fameux but à l'extérieur.

  • Pluie de buts à Anvers, entre le Royal Antwerp et les Glasgow Rangers.
    Les écossais ont ouvert le score en fin de première période, par Aribo (0-1, 39e), mais ce sont les belges qui ont rejoint la pause avec un avantage, grâce aux buts d'Avenatti (1-1, 45e) et Rafaelov sur pénalty (2-1, 45e+8).
    En seconde période, les "Rangers" égalisent sur un pénalty de Barisic (2-2, 59e), mais Anvers reprend l'avantage par Hongla (3-2, 67e).
    En fin de match, Kent (3-3, 83e) remet les deux équipes à égalité, avant que Barisic ne donne l'avantage aux visiteurs, toujours sur pénalty (3-4, 90e).
    Dieumerci Mbokani n'était pas sur la feuille de match d'Anvers.

  • En Italie à Rome, le Benfica Lisbonne a reçu Arsenal.
    Les deux buts du match ont été inscrits en 3 minutes par Pizzi sur pénalty (1-0, 55e) et Saka (1-1, 57e).
    Titulaire, Pierre-Emerick Aubameyang portait le brassard de capitaine et a été remplacé à la 77e.

  • Les autres matches :
      Young Boys Berne - Bayer Leverkusen : 4-3
      FC Krasnodar - Dinamo Zagreb : 2-3
      Maccabi Tel-Aviv - Shakhtar Donetsk : 0-2
      Molde - Hoffenheim : 3-3
      RB Salzbourg - Villarreal : 0-2

  • Les résutats et classements des groupes de la Ligue Europa.

    NATIONAL 2, REPRISE DU CHAMPIONNAT LE 13 MARS
    (18/02/2021)
    Le championnat est chamboulé

    La F.F.F. a annoncé aujourd'hui la reprise du championnat de National 2 pour le 13 mars, pour s'achever le 13 juin.

    En attendant, les équipes vont pouvoir reprendre l'entraînement, même après 18h, et les matches en retard vont pouvoir se jouer dès le 27 février et le 6 mars, pour les clubs éliminés de la Coupe de France.

    Arrêté à la 9ème journée, il restait encore 21 journées pour aller au terme de la compétition.
    Pour gagner des dates, le championnat actuel se terminera au soir de la 15ème journée, et les 16 clubs d'un groupe seront répartis en deux poules.
    - La poule d'accession pour les 8 premiers, où seul le premier sera promu en National.
    - La poule de relégation pour les 8 derniers, et les 3 derniers seront relégués en National 3.

    Bien évidemment, un protocole sanitaire strict devra être observé en raison de l’épidémie de la Covid-19, et les matches se joueront à huis clos.

    Retrouvez ici le classement actuel du Championnat de National 2

    LES EX-MONÉGASQUES EN LIGUE DES CHAMPIONS (2/4)
    (17/02/2021)

    Leurs performances lors de la deuxième journée des huitièmes de finale aller

    Ils sont encore 11 anciens joueurs de l'ASM en lice pour remporter la Ligue des Champions en fin de saison.
    Retrouvons le résultat de l'engagé du soir.

  • Le FC Séville a perdu à domicile face au Borussia Dortmund, 2-3.
    Les andalous ont vite pris l'avantage par Suso (1-0, 7e), mais les allemands ont atteint la pause avec deux buts d'avance, grâce à Dahoud (1-1, 19e) et un doublé de Håland (1-2, 27e et 1-3, 43e).
    En fin de match, les espagnols réduisent l'écart et augmentent leurs chances de qualification, grâce à De Jong (2-3, 84e).
    Le FC Séville était privé de Lucas Ocampos, blessé le 7 février dernier (grosse entorse à la cheville gauche).

  • Le FC Porto a bien débuté chaque période face à la Juventus Turin, avec des buts de Taremi (1-0, 2e) et Marega (2-0, 46e), contre un but en fin de rencontre de Chiesa (2-1, 82e).

  • Les premiers résultats :
      FC Barcelone - Paris Saint-Germain : 1-4
      RB Leipzig - Liverpool FC : 0-2
    La semaine prochaine les 4 autres rencontres :
      Atlético Madrid - Chelsea FC
      Lazio Rome - Bayern Munich
      Atalanta Bergame - Real Madrid
      Borussia Mönchengladbach - Manchester City

  • Les résutats et classements des groupes de la Ligue des Champions.

    LIGUE 1, MATCH EN RETARD DE LA 11ÈME JOURNÉE
    (17/02/2021)
    Le résultat du match en retard de la 11ème journée de Ligue 1

     3-2 

    À 21h00, le match en retard de la 11ème journée, entre Marseille (9e) et Nice (14e), prévu le 21 novembre et reporté pour cause de Covid dans les rangs des "Aiglons", s'est enfin joué, mais sans les recrues hivernales.
    Les phocéens ont vite pris l'avantage par Gonzalez (1-0, 14e), et doublé la mise par Khaoui (2-0, 42e).
    À la reprise, Gouiri réduit l'écart (2-1, 47e), pour quelques instants car Khaoui redonne deux buts d'avance à l'OM (3-1, 53e), écart à nouveau réduit en fin de rencontre par le but de Sellouki (3-2, 87e), qui aurait pu être nul, avec un coup-franc de Gouiri à l'ultime seconde du temps additionnel qui tape la base du poteau marseillais.
    Pour l'OM, Valère Germain est entré à la 68e.
    Pour l'OGCN, Rony Lopes a débuté, mais a dû sortir blessé à la 77e. Khéphren Thuram est entré à la 80e.

    Retrouvez les classements du Championnat de Ligue 1

    LES EX-MONÉGASQUES EN LIGUE DES CHAMPIONS (1/4)
    (16/02/2021)



    Leurs performances lors de la 1ère journée des huitièmes de finale aller

    Ils sont encore 11 anciens joueurs de l'ASM en lice pour remporter la Ligue des Champions en fin de saison.
    Retrouvons les résultats des 5 premiers engagés.

  • En Espagne, le FC Barcelone affrontait le Paris Saint-Germain, venu pour effacer la fameuse "remontada".
    Pour le PSG, le match partait mal avec un pénalty sifflé pour un croc-en-jambe involontaire de Kurzawa, et transformé par Messi (1-0, 27e sp).
    Les parisiens reviennent vite, avec un Kylian Mbappé des grands soirs (1-1, 32e).
    En seconde période, le PSG prend l'avantage par Mbappé (1-2, 65e) puis le large sur un coup-franc repris par Kean (1-3, 70e) et une superbe frappe enroulée de l'inévitable Mbappé (1-4, 85e).

    Titulaires, Layvin Kurzawa et Kylian Mbappé ont joué toute la rencontre, Abdou Diallo est resté sur le banc.

  • À Budapest en Hongrie, car les anglais ne sont pas les bienvenus en Allemagne, le RB Leipzig a offert deux cadeaux à Liverpool FC, à la reprise.
    Salah (0-1, 53e) et Mané (0-2, 58e) les ont acceptés pour mettre les "Reds" en très bonne voie de qualification pour les quarts de finale.
    L'allemand Benjamin Henrichs est resté sur le banc.
    L'anglais Fabio Henrique Tavares «Fabinho» est resté à Liverpool, blessé.

  • Demain, deux autres matches :
      FC Porto - Juventus Turin
      FC Séville - Borussia Dortmund
    La semaine prochaine les 4 autres rencontres :
      Atlético Madrid - Chelsea FC
      Lazio Rome - Bayern Munich
      Atalanta Bergame - Real Madrid
      Borussia Mönchengladbach - Manchester City

  • Les résutats et classements des groupes de la Ligue des Champions.

    LIGUE 1, 25ÈME JOURNÉE : LES RÉSULTATS
    (14/02/2021)
    Les résultats de la 25ème journée de Ligue 1

    Retrouvez les résultats de la Ligue 1 et les performances des anciens monégasques qui composent les effectifs des autres clubs.

     2-1 

    Samedi à 17h, le Paris S.G. (3e), prochain adversaire de l'ASM, a battu Nice (13e) avec des buts de Draxler (1-0, 22e) et Kean (2-1, 76e) contre un but de Lopes (1-1, 50e).
    Côté parisien, Layvin Kurzawa a été remplacé à la 78e, Abdou Diallo est resté sur le banc, Kylian Mbappé a joué toute la partie et a été averti à la 87e.
    Pour les "Aiglons", Khéphren Thuram n'a pas bougé du banc, Rony Lopes, double buteur en Coupe de France à Nîmes, a joué les 90 minutes.

     1-1 

    Samedi à 19h00, Reims (14e) s'en est bien sorti contre Lens (6e) avec un match nul.
    Dominés, les champenois ont ouvert le score par Zeneli (1-0, 13e) et n'ont tenu que grâce au manque de réalisme des artésiens, comme ce pénalty de Kakuta frappé au-dessus (45e).
    En seconde période, Sotoca, déjà auteur d'un doublé à l'aller, égalise (1-1, 61e) logiquement.
    Double buteur en Coupe de France à Nantes, Corentin Jean est entré à la 82e.

     1-2 

    Samedi à 21h, Lyon (2e) a encore perdu face à sa bête noire Montpellier (11e).
    Les lyonnais totalisent 3 défaites dans cette L1, dont les deux rencontres face aux héraultais.
    Ces derniers ont ouvert le score par Savanier (0-1, 20e) déjà auteur d'un doublé à l'aller, se sont faits égaliser avant la pause par Paqueta (1-1, 45e+2) et ont repris l'avantage par Wahi (1-2, 65e).
    Entré en fin de match (72e) pour au moins égaliser, Islam Slimani n'a pu trouver le chemin des filets en L1, comme il a pu le faire en Coupe de France cette semaine.

     2-2 

    Dimanche à 13h00, l'AS Monaco (4e) est passée tout proche de la défaite contre Lorient (17e), venu sans Paul Nardi ni Yoann Etienne.
    Les "Merlus" ont pris deux fois l'avantage par Moffi (0-1, 7e sur pénalty et 1-2, 62e), mais l'ASM a répondu par un doublé de Wissam Ben Yedder (1-1, 48e sp et 2-2, 90e+3).

     0-2 

    Dimanche à 15h00, Rennes (5e) a perdu une occasion de reprendre des points sur l'ASM en perdant à domicile face à Saint-Etienne (15e).
    Les joueurs de Claude Puel se sont imposés avec deux bits signés Bouanga (0-1, 27e) et Nordin (0-2, 71e).

     1-2 

    Le derby de l'Est entre Metz (7e) et Strasbourg (16e) a d'abord tourné en faveur des lorrains, sur un contre terminé par Delaine (1-0, 18e).
    Mais les alsaciens ont renversé la situation avec un doublé de Thomasson (1-1, 33e et 1-2, 84e).
    Le FCM a joué sans Kévin N'Doram (en reprise) ni Marc-Aurèle Caillard (banc). Pour le RCSA, Jean-Eudes Aholou a joué toute la partie.

     1-3 

    Le derby de l'embouchure de la Loire entre Angers (8e) et Nantes (18e) a rapidement pris la direction des bords de l'Erdre, pour la première d'Antoine Kombouaré, le 4ème coach de la saison après Gourcuff, Collot et Domenech.
    Simon (0-1, 4e) et un pénalty de Louza (0-2, 7e) ont vite mis les "Canaris" devant.
    A la demi-heure, Lafont stoppe le pénalty de Boufal (31e), mais la V.A.R. refait tirer le pénalty car le portier s'est avancé d'un pas.
    Thomas Mangani s'y colle et marque (1-2, 33e).
    En fin de partie, Nantes met fin au suspense par Bamba (1-3, 86e).
    L'angevin Thomas Mangani a joué toute la rencontre, pas les nantais Dennis Appiah (banc) ou Jean-Kévin Augustin (écarté).

     0-2 

    Très mauvaise opération dans la course au maintien pour Dijon (19e), battu à domicile par Nîmes (20e).
    Les gardois ont trouvé la faille dans le dernier quart d'heure par Ripart (0-1, 76e) et Eliasson (0-2, 87e).
    Les bourguignons n'ont pu revenir, terminant même à 10 après l'expulsion de Sammaritano (90e), entré à la 77e.
    Pour le DFCO, Jonathan Panzo est resté sur le banc, Arthur Zagré était écarté, Aboubakar Kamara a débuté et a été remplacé à la 62e.

     0-0 

    Dimanche à 17h00, Lille (1er) n'a pas profité des faux-pas de l'OL et de l'ASM, en faisant match nul contre Brest (12e).
    Pour les finistériens, Romain Faivre et Ronaël Pierre-Gabriel ont joué tout le match, Irvin Cardona est resté sur le banc.

     0-0 

    Dimanche à 21h00, Bordeaux (10e) a conservé sa longue invincibilité face à Marseille (9e), mais aurait dû l'emporter en jouant 30 minutes à 11 contre 9, après les rouges directs de Balerdi (55e) et Benedetto (59e).
    Les girondins inoffensifs ont joué avec Mehdi Zerkane, entré à la 38e.
    Pour l'OM, Valère Germain a été titularisé et remplacé à la 84e. Il a raté un duel face à Costil (55e), pour le tournant du match car sur le contre, Balerdi se faisait expulser.

    Au classement des buteurs, Mbappé (Paris S.G.) est seul en tête avec ses 16 buts.
    Il devance :
    - Wissam Ben Yedder (AS Monaco) et Depay (Lyon) avec 13 buts,
    - Dia (Reims) et Kevin Volland (AS Monaco) avec 12 buts,
    - Toko Ekambi (Lyon) avec 11 buts,
    - Ajorque (Strasbourg) et Kean (Paris S.G.) avec 10 buts,
    - Delort (Montpellier), Kadewere (Lyon), Kakuta (Lens), Laborde (Montpellier) et Yilmaz (Lille) avec 9 buts,
    - 1 joueur avec 8 buts,
    - 7 joueurs avec 7 buts,
    - 8 joueurs dont Cardona (Brest) avec 6 buts,
    - 11 joueurs dont Sofiane Diop (AS Monaco) et Faivre (Brest) avec 5 buts,
    - 22 joueurs dont Aleksandr Golovin & Guillermo Maripán (AS Monaco) avec 4 buts.
    - 34 joueurs Axel Disasi (AS Monaco) et Germain (Marseille) avec 3 buts,
    - 38 joueurs dont Benoît Badiashile, Stevan Jovetic & Gelson Martins (AS Monaco) et Aholou (Strasbourg), Lopes (Nice), Mangani (Angers) avec 2 buts.
    - 85 joueurs dont Ruben Aguilar, Cesc Fabregas, Willem Geubbels, Pietro Pellegri & Aurélien Tchouaméni (AS Monaco), Kurzawa (Paris S.G.), Pierre-Gabriel (Brest) et Thuram (Nice) avec 1 but.
    - 20 contre-son-camp ont été marqués par 19 joueurs. Lopes (Lyon) en compte 2.

    Retrouvez les classements du Championnat de Ligue 1

    LES RÉACTIONS DE MONACO - LORIENT (2-2)
    (14/02/2021)

    Niko Kovac
    «On a gagné un point. On n'a pas joué aussi bien que jusqu'à présent. Mais cela fait partie du processus. C'est bien de prendre un point dans ces conditions. Lorient a joué comme ces derniers temps, très compact. De notre côté, on n'a pas montré nos qualités habituelles. Le mix des deux fait ce nul.
    C'est difficile de savoir pourquoi on n'a pas été aussi bons que récemment. J'avais mis en lumière que Lorient venait de battre Paris et est sur une très bonne dynamique. Il fallait être à 100 % concentré sur ce match. D'autr, part, ce n'est pas facile de jouer à 13 heures, qui n'est pas un horaire de foot. Mais ce n'est pas une excuse. Mais bon, après 7 victoires en L1, un nul peut arriver. Ce point est d'ailleurs important. On a mis toutes nos forces pour égaliser. C'est un point qui peut être important en fin de saison.
    Ne jamais abandonner, ne jamais baisser les bras, c'est ce que je veux. Ce point reflète l'ADN de l'équipe. Mais on voit aussi pourquoi on n'est pas encore une équipe du Top 3. On prend trop de buts. Ce n'est pas un problème de gardiens. Certes, il y a toujours quelques petites erreurs mais aujourd'hui, ce n'est pas ça. Cette saison, j'ai l'impression qu'à chaque frappe, il y a un but. Je n'ai jamais vu ça. Cela me laisse un peu sans voix. Mais on continuera à travailler pour résoudre ce point.»
    (lequipe.fr & AFP)

    Christophe Pélissier
    «Se faire égaliser à la fin, comme ça sur le gong peut engendrer de la frustration mais pas de la déception. J'ai dit aux joueurs que c'était arrivé pour nous contre Dijon par exemple. Il faut donc prendre le positif : notre solidarité exemplaire, nos deux buts, et ce point pris. Ce pour quoi on aurait signé avant le match. Je suis satisfait de ce que montre le groupe depuis cinq matches, avec 11 points sur 15. C'est très bien dans l'optique du maintien.
    J'avais dit que Monaco était un rouleau compresseur. C'est le cas. Mais cette équipe a eu très peu d'occasions. Par rapport à l'aller, je n'ai pas senti de changements du côté de Monaco. C'est Lorient qui a changé. L'équipe a trouvé un équilibre. L'équipe est plus performante dans son ensemble et permet aux individualités de mieux ressortir.
    Terem Moffi est en train de montrer son véritable niveau. Je l'ai beaucoup suivi la saison dernière, il nous apporte beaucoup en termes de puissance et de qualité offensive.
    Mon 100e match en L1 ? Oui, c'est une fierté, surtout quand on sait d'où je viens. Je n'ai jamais été joueur professionnel, j'ai gravi les étages durant ma carrière, de la Division d'Honneur en montant régulièrement. Je suis très heureux et on s'y habitue.»
    (lequipe.fr & AFP)

    CHAMPIONNAT 25ÈME JOURNÉE, MONACO - LORIENT : 2-2
    (14/02/2021)

    Monaco s'en sort bien avec un nul

    L'AS Monaco a arraché le point du nul dans le temps additionnel, face à Lorient, grâce à un doublé de Wissam Ben Yedder (1-1, 48e sp et 2-2, 90e+3) qui répondait à un doublé de Moffi (0-1, 7e sp et 1-2, 62e).

    Mais que les monégasques ont été mauvais...

    Pour ce match, Niko Kovac a dû se passer d'Aleksandr Golovin qui a ressenti une douleur à une cuisse hier, et qui est le 21ème homme.
    Le coach monégasque aligne son équipe traditionnelle avec Lecomte, Caio, Badiashile, Maripán, Sidibé, Tchouaméni, Fofana, Diop, Diatta, Ben Yedder, Volland.
    Sur le banc, il y a Majecki, Aguilar, Ballo-Touré, Disasi, Matsima, Fabregas, Matazo, Jovetic, Pellegri.

    Pour Lorient, Christophe Pélissier fait confiance à son 5-4-1 du moment avec Dreyer, Hergault, Morel, Laporte, Gravillon, Mendes, Monconduit, Abergel, Wissa, Le Fée, Moffi.
    Bartouche, Mouyokolo, Boisgard, Lemoine, Delaplace, Chalobah, Laurienté, Hamel, Grbic vont sur le banc.

    L'AS Monaco prend la possession du ballon et fait tourner pour trouver la faille dans le bloc compact des "Merlus".
    Et est proche d'ouvrir le score sur un centre de Diatta à ras de terre pour les 6m où Laporte tacle vers son but, obligeant Dreyer à plonger le long de son poteau pour mettre en corner (3e).
    Lorient n'a pas le ballon, mais quand les bretons passent la ligne médiane avec, ça fait mal à la défense de l'ASM.
    Gravillon rentre dans le camp asémiste côté droit et lance Moffi dans le dos de la défense par une belle diagonale à ras de terre. Moffi est devant Sidibé, efface Lecomte qui le fauche. Pénalty et avertissement contre le portier monégasque (6e).
    Moffi le frappe en plein milieu à mi-hauteur, Lecomte ne s'est pas racheté, plongeant sur sa gauche (0-1, 7e).

    Monaco tente de revenir rapidement, mais Diop est contré dans la surface (8e).
    Lorient est proche du break, avec Moffi qui récupère un ballon aux 30m, accélère pour éviter l'axe monégasque et vient plein axe, croisant son tir des 18m à côté. Lecomte était pris à contre-pied (13e).

    Monaco a le ballon mais n'en fait rien, manquant de trop de chose : mouvement, vitesse, adresse dans les passes. Lorient est tranquille face à cette domination stérile.

    Ça s'excite un peu à la demi-heure.
    - Frappe puissante mais très loin du cadre de Tchouaméni (32e).
    - Frappe de Volland, contré dans la surface (33e). Le ballon reste asémiste, et Tchouaméni centre parfaitement pour la tête de Ben Yedder aux 6m, qui se tourne et ne cadre pas sa reprise... (33e).
    - Coup-franc à 20m un peu sur la gauche. Wissam Ben Yedder le frappe, le ballon évite le mur mais Dreyer le repousse devant lui, sur un de ses partenaires qui dégage (36e).

    Peu de satisfaction pour Niko Kovac qui remplace Krépin Diatta par Stevan Jovetic à la reprise (46e).
    Le monténégrin passe dans l'axe, Volland vient à droite, et il semble y a plus de mouvement dans ses premières secondes.
    - Centre de Caio dévié au premier poteau par Gravillon devant Volland. Corner.
    Sur celui-ci frappé de la droite, le ballon arrive sur la main de Mendes devant Badiashile, et l'arbitre siffle pénalty (46e).
    Wissam Ben Yedder le transforme en frappant fort sur la droite du gardien, parti du bon côté, à mi-hauteur (1-1, 48e).

    L'ASM n'a plus qu'un but à marquer pour passer devant, mais là est bien le problème.
    Le ballon reste dans les pieds des joueurs de Niko Kovac, mais c'est tout.
    L'entrée de Cesc Fabregas pour Tchouaméni (58e), pour apporter un peu d'intelligence dans le jeu et de précision dans les passes ne change rien.
    Bien au contraire, sur un tacle de Sidibé vers la ligne médiane, le ballon part en retrait plein axe aux 30m sur Moffi, plus prompt que Badiashile. L'attaquant entre dans la surface côté gauche et trompe Lecomte d'une frappe au premier poteau (1-2, 62e).

    Pour apporter égaliser, Kovac lance Fodé Ballo-Touré et Ruben Aguilar pour Sidibé et Diop (67e) puis Pietro Pellegri pour Caio (80e).
    Pour garder le résultat, Pélissier fait entrer Lemoine, Chalobah, Delaplace, Boisgard et Hamel pour Abergel, Monconduit (71e), Le Fée, Wissa (78e) et Mendes (84e).

    Pas une passe précise en attaque, pas un centre ajusté, pas un drible réussi, pas d'inspiration dans le jeu asémiste.
    L'AS Monaco se dirige vers une secondé défaite à domicile, quand dans le temps additionnel, Cesc Fabregas envoit un long ballon dans la surface. Badiashile dévie de la tête pour le premier poteau, où aux 6m Wissam Ben Yedder reprend du gauche et de volée, pour battre Dreyer et égaliser (2-2, 90e+3).

    En ce jour de Saint-Valentin, l'ASM n'a pas régalé les amoureux du beau jeu, mais arrache un point.
    Fin de la série de victoires pour l'ASM, mais la série d'invincibilité continue, avec ce 11ème match consécutif sans perdre.
    Pour la continuer, il faudra faire un résultat positif dimanche prochain face au Paris Saint-Germain, au Parc-des-Princes.

    Pour plus d'info sur la vingt-cinquième journée, rendez-vous dans la rubrique Championnat...

    Pour les stats de l'ASM, rendez-vous dans la rubrique Stats Championnat...

    PRÉSENTATION MONACO - LORIENT (J25)
    (13/02/2021)


    Pour la 25ème journée du championnat de Ligue 1 2020-21, l'AS Monaco FC (4e) reçoit le FC Lorient (17e).

    Les deux équipes se sont affrontée début janvier pour le compte de la 18ème journée, et l'ASM s'était imposée 5-2 en Bretagne.
    Depuis l'ASM compte 7 victoires de plus, et les "Merlus" se sont redressés depuis qu'ils ont été atteint du Covid-19, avec 1 défaite puis 4 victoires et 1 nul.

    Depuis le début de saison, l'ASM compte 12 rencontres au Louis-II, pour 8 victoires, 3 nuls et 1 défaite (28 buts marqués et 15 encaissés).
    Dans le même temps, le FCL s'est déplacé 11 fois (un match en retard à Nîmes), pour le bilan de 1 victoire, 3 nuls et 7 défaites (10 buts marqués et 22 encaissés) successivement à Saint-Etienne (2-0, J02), Brest (3-2, J04), Metz (3-1, J06), Reims (1-3, J07), Dijon (0-0, J09), Lille (4-0, J11), Angers (2-0, J13), Paris S.G. (2-0, J15), Nice (2-2, J17), Bordeaux (2-1, J19), Rennes (1-1, J23).

    Historiquement, les Monaco - Lorient sont largement en faveur des asémistes, avec 8 victoires, 2 nuls et 2 défaites (20 buts marqués et 8 encaissés).
    La dernière confrontation date du 22 janvier 2017, avec une victoire 4-0, qui mettait fin à deux défaites consécutives.

    Pour continuer la série de 8 victoires, et égaler le record de victoires toutes compétitions confondues du club (9), effectué 2 fois, du 10/01/1970 au 07/03/1971 (en Division 2 et en Coupe de France) et du 06/02/1960 au 10/04/1960 (en Division 1 et en Coupe de France), Niko Kovac devra battre Lorient.
    «Si j'étais agacé mercredi ? Je ne l'étais pas plus que lors de nos matches en Ligue 1. C'était la première fois que nous jouions avec cette équipe qui était très jeune, et dans ce schéma-là. Grenoble a été un bon adversaire. C'était un bon test pour nous, sur une pelouse pas facile, et nous revenons avec la qualification et sans blessé, c'est ce que je retiens avant tout.
    Lorient ? C'est évidemment un match compliqué. Nous avons vu les derniers résultats de Lorient qui a pris 10 points sur les 12 derniers possibles. Je me rappelle bien du match aller où nous avions gagné 5-2, mais nous avions bénéficié d'un carton rouge qui avait changé le match. Donc il faut faire très attention. C'était un match compliqué, je le répète. C'est une bonne équipe, on a constaté une belle amélioration dans leur jeu ces dernières semaines. Ils ont plus de confiance, et selon moi c'est une équipe à prendre très au sérieux.
    Si Lille et le PSG vont gaspiller de l'énergie avec l'Europe ? Non je ne pense pas que la coupe d'Europe puisse avoir un impact sur leurs performances. On a vu que Lille a performé durant la phase aller tout en ayant joué la Ligue Europa et ils sont aujourd'hui en tête du championnat. Je ne parle même pas du Paris Saint-Germain qui possède les meilleurs joueurs de Ligue 1 et même d'Europe. Je pense que le titre va se jouer entre ces trois équipes avec Lyon.
    10 points d'avance sur Rennes ? Pour le moment la situation est très confortable pour nous, avec ces dix points d'avance. Mais Rennes a un match en plus à jouer donc il ne faut pas s'emballer. On sait que le foot va très vite dans un sens comme dans l'autre. Donc rien n'est acquis. Nous devons rester focus sur nos performances, et tenter de rester dans cette position de quatrième. On ne peut pas se reposer sur cette avance. C'est mon boulot aussi de faire passer le message aux joueurs. On atteindra cet objectif qu'avec le travail.
    Stevan Jovetic ? Je suis d'accord qu'il a fait un très bon match à Grenoble, et pas seulement avec son but. C'était une occasion pour lui de nous montrer ses qualités, et effectivement il est une possibilité pour démarrer un match. Mais je suis actuellement très content des performances de Wissam et Kevin, même si j'aime ce que fait Jove'. C'est exactement ce que je veux, que des joueurs poussent pour pouvoir acquérir plus de temps de jeu. C'est important de développer nos joueurs et de pouvoir compter sur tout le monde. Je sais en tout cas que je peux lui faire confiance.
    La position d'Aleksandr Golovin ? J'ai demandé à Golo' quelle est sa position favorite et il m'a répondu que c'était le poste de numéro 10, mais qu'il aimait aussi évoluer sur les ailes. Et il m'a démontré encore contre Nîmes que c'était également un super milieu offensif et qu'il pouvait être très dangereux dans cette position sur une aile. C'est un joueur polyvalent, qui peut me permettre de faire des changements tactiques, même en plein match. Il fait du bon boulot sur le côté, donc je pense que ça n'aurait pas de sens de changer cela.
    On peut le revoir dans la peau d'un titulaire. Mais les performances sont importantes, c'est le critère numéro un. Pour moi et pour l'équipe, l'important ce n'est pas le nom. Sofiane n'avait pas un grand nom en début de saison, mais il s'est aguerri en Ligue 2 la saison dernière, et avec ses performances il a gagné sa place dans l'équipe. Donc oui on reverra Golo' s'il répète ces bonnes performances.
    Mon équipe peut progresser dans tous les secteurs du jeu. Mais je suis content de nos performances, à commencer par notre comportement à la perte du ballon, avec un pressing très haut. Si vous perdez la balle mais que vous gardez les yeux sur le ballon pour le récupérer rapidement, vous êtes en position de force. C'est ce que j'explique aux garçons. Si nous pressons tous ensemble, nous courrons moins pour récupérer le ballon, donc nous nous fatiguons moins et nous pouvons créer plus d'occasions de buts. Nos attaquants le font très bien, avec l'appui de nos milieux. Contre Nîmes c'était le cas, nous avons récupéré le ballon très haut et cela nous a réussi, avec des espaces qui se sont vite créés. Caio Henrique ? Quand il est arrivé, comme je l'ai déjà dit à plusieurs reprises, il lui fallait du temps car il n'avait pas joué depuis 6 mois. Il s'est ensuite blessé en match amical contre Nice. Il y a aussi la Covid qui est passée par là. Depuis il est bien revenu, au niveau physique notamment. Je pense qu'il peut encore progresser à ce niveau-là, nous travaillons avec lui sur ça. Pour le reste, il sait parfaitement quoi faire avec le ballon, on l'a vu avec sa passe décisive face à Nantes qui était délicieuse. Il est très intéressant, il est jeune, car il n'a encore que 23 ans, mais il est sur la bonne voie.
    La différence de buts ? Je préférerais avoir la meilleure attaque et la meilleure défense du championnat en même temps, c'est certain (sourire). C'est ce qu'on essaye de travailler, trouver le bon équilibre entre la solidité défensive et la force offensive, comme je l'ai déjà dit. On veut pratiquer ce football dynamique, agressif, mais pour avoir des résultats il faut aussi réduire le nombre d'erreurs. Il faut qu'on arrive encore à travailler sur la concentration. On ne peut pas tout changer d'un coup de baguette magique. Nous expliquons cela au quotidien à nos joueurs, cela prend du temps, mais j'espère que nous ferons mieux derrière, que nous serons plus compacts dans les mois à venir.
    La course au podium ? Je l'ai déjà dit, je ne regarde pas les trois équipes devant nous, car je connais trop la difficulté de la Ligue 1. On a vu que Paris a perdu contre Lorient, notre prochain adversaire, récemment. Il reste encore 14 matches, donc beaucoup de points à prendre mais aussi à perdre potentiellement. Concentrons-nous sur nos performances et continuons à creuser l'écart avec le 5e et le 6e. Mon objectif est vraiment de sécuriser cette 4e place.
    Krépin Diatta ? On est très heureux d'avoir Krépin parmi nous. Je suis content de ses premiers matches avec nous. Il a besoin d'un peu de temps pour s'adapter à ce nouveau championnat, à ce nouveau club, un petit peu comme Kevin à son arrivée. On va lui laisser le temps de s'adapter pour montrer l'étendue de ses qualités. C'est un joueur très intelligent, qui se bagarre bien sur le terrain, et qui représente le futur de l'AS Monaco.»
    (Site officiel ASM)

    Sur le flanc gauche de l'AS Monaco, Caio Henrique devrait retrouver sa place.
    «Je crois que mon adaptation est réussie, elle s'est faite petit à petit. Je me sens très bien dans cette équipe, dans la ville, dans ce championnat. Je suis content, j'aide mes coéquipiers du mieux que je peux et j'ai du temps de jeu. J'essaye de faire le maximum aussi bien à l'entraînement qu'en match. Cela semble payer pour le moment, il faut que ça continue ainsi.
    Mon rôle ? Avec la sélection brésilienne, je suis habitué à jouer dans cette position de piston gauche et cela me convient très bien. Nous avons réalisé de bons matches dernièrement, on a bien joué dans ce schéma de jeu. On doit améliorer encore pas mal de choses, mais il y a des signaux positifs. Quand je reçois la balle, je suis un peu plus haut sur le terrain et je dois apporter offensivement. J'ai un peu moins de charge défensive, car on s'organise bien. Il faut continuer comme ça.
    J'ai un rôle plus important sur mon côté. Quand nous attaquons, je suis utilisé comme piston et non en tant que latéral, je dois apporter le surnombre comme un ailier. Quand la balle passe par moi, je dois amener le danger sur mon couloir grâce à ma percussion.
    J'ai amélioré beaucoup de choses dans mon jeu. Comme je l'ai déjà dit, j'aime ce poste. C'est sûrement le vrai Caio Henrique, enfin celui que je veux montrer. Entre le fait d'enchaîner les matches, d'obtenir du temps de jeu et les victoires, je tente de rendre la confiance que l'on me donne. Enchaîner les minutes est quelque chose de très satisfaisant, il faut continuer de cette façon.
    L'équipe est sereine, nous savons que les derniers matches se sont bien passés. Nous devons aller de l'avant. Il reste 14 matches de Ligue 1, sans oublier les matches de Coupe. Nous ne pouvons pas nous projeter pour l'instant, on prend les matches les uns après les autres. On ne pense pas au record de victoires consécutives pour le moment. Le prochain objectif est de remporter le match de dimanche face à Lorient.»
    (Site officiel ASM)

    Contre les "Merlus", Niko Kovac est privé de Gelson Martins et Willem Geubbels, blessés.
    Fofana, qui revient de suspension, est de retour dans le groupe de 21 joueurs, comme Badiashile, Sidibé, Volland.
    Florentino Luís et Enzo Millot en sortent.

    Le coach des lorientais, Christophe Pélissier ne tarie pas d'éloges sur l'ASM.
    «Monaco est sur le point de battre le record européen de victoires consécutives. C’est une équipe que l’on avait bien annihilé sur la première période mais dès qu’elle avait mis la machine en route lors du match aller, c’est un sacré rouleau compresseur. Sur le plan offensif, elle possède plusieurs joueurs de caractéristiques différentes. Il y a beaucoup de complémentarités sur le terrain. C’est du très lourd. Philippe Hinschberger, l’entraîneur de Grenoble, a employé ces termes après son match de coupe cette semaine face aux monégasques. Ce sont des matches à jouer avec beaucoup d’appétit.
    Un match bonus ? Non, pour moi les matches bonus n’existent pas. Sur les quatre dernières rencontres, j’avais dit une chose qui s’est avérée vraie : le match le plus difficile pour nous, dans la préparation, était celui de Reims. Il a été très difficile à emporter. On aurait pu dire que, dès le début, que les rencontres face à Dijon et Reims étaient plus faciles. Ça n’a pas été le cas. Dans la position dans laquelle nous sommes actuellement, on ne peut pas mettre un match de côté. Sur chaque match, il y a un rapport de force et on se doit de montrer nos qualités. Qui aurait dit qu’on allait prendre trois points face au PSG et un point à Rennes alors qu’un mois avant, ils nous avaient dominés de la tête et des épaules. Ce sera un match très difficile dimanche.
    On prépare tous les matches dans ce même état d’esprit en se demandant comment nous allons poser des problèmes au futur adversaire. Le rapport de force va augmenter. Ce serait un danger de choisir nos matches. On doit tout faire pour les préparer au mieux et poser des problèmes à nos adversaires.
    Encore de la rotation ? Oui, obligatoirement. On va enchaîner de nouveau des matches tous les trois jours après celui de Lille. On l’a vu, le quatrième match face à Reims a été très compliqué sur le plan physique mais aussi mental. Tout le monde va avoir son mot à dire, et aider l’équipe pour qu’elle soit performante. Les joueurs le savent. Ce qui est bien, c’est qu’ils ont tous envie de jouer. Ce sont des choix du moment. Ce ne sont même pas de choix de performance car ils le sont tous. A l’heure actuelle, l’apport de ceux qui ne débutent pas le match est tout aussi important que ceux qui le débutent. Ça nous permet d’envoyer des forces différentes et de gagner des matches en fin de rencontre.
    » (Site officiel FCL).

    Le coach morbihanais a convoqué 20 joueurs. Paul Nardi et Yoann Etienne en sont écartés.
    Autres absents : Saunier, Fontaine, Ilori (blessés), Le Goff, Marveaux (reprise), Wadja et Diarra (choix).

    Retrouvez tous les faces à faces entre Monaco et Lorient.

    Voici les groupes retenus

    Pour Monaco : Lecomte, Majecki, Aguilar, Badiashile, Ballo-Touré, Caio, Disasi, Maripán, Matsima, Sidibé, Diatta, Diop, Fabregas, Fofana, Golovin, Matazo, Tchouaméni, Ben Yedder, Jovetic, Pellegri, Volland.

    Pour Lorient : Dreyer, Bartouche, Mendes, Morel, Hergault, Laporte, Gravillon, Mouyokolo, Abergel, Monconduit, Boisgard, Lemoine, Delaplace, Le Fée, Chalobah, Laurienté, Hamel, Wissa, Grbic, Moffi.

    Pour plus d'info sur la présentation des équipes, cliquez ici...

    LES RÉACTIONS DE GRENOBLE - MONACO (0-1)
    (10/02/2021)

    Niko Kovac
    «Satisfait de cette qualification ? Oui, notre ambition était de remporter ce match et d’offrir du temps de jeu à certains joueurs. C’est une bonne satisfaction de remporter cette première rencontre de Coupe de France aujourd’hui, tout en offrant du temps de jeu à tout le monde, avec de bonnes prestations des jeunes joueurs.
    C’était bien, on ne pouvait pas attendre quelque chose d’extraordinaire de leur part étant donné le temps de jeu dont ils disposent jusqu’à maintenent. Pietro Pellegri a commencé son premier match depuis trois ans, il était en jambes. Eliot Matazo a fait un bon match, c’est un jeune joueur talentueux. On le verra peut être un peu plus en Ligue 1 l’année prochaine. Nous n’avons pas de blessés et nous avons gagné, c’est bien.
    Cesc Fabregas ? J’ai parlé avec lui après sa blessure. C’était planifié, il se sent bien, c’était un bon test pour lui. Cela lui a permis d'engranger du temps de jeu afin de revenir en forme pour la suite du championnat.
    Ce que j'ai aimé ? Ce n’est pas la question la plus évidente à laquelle répondre. Ce n’était pas le meilleur match de mes joueurs aujourd’hui. Il y a eu quelques satisfactions comme Jove’ qui a réalisé un très bon match, en trouvant le chemin des filets. On ne peut pas tirer des enseignements sur cette rencontre. On passe désormais au prochain match, dès ce dimanche face à Lorient.
    Ce que je n'ai pas aimé ? C’était la première fois que les joueurs jouaient dans ce système, cela ne pouvait pas être top. La plupart n’ont joué que très peu ensemble, ce sont des jeunes joueurs. Ce n’était pas un match facile, c’était une bonne expérience pour eux. Des choses travaillées à l’entraînement ont été retranscrites cet après-midi, c’est un bon point. Mais on a aussi vu certains détails qui m’ont moins plus. On va surtout retenir le positif, et cette qualification.
    Grenoble ? Vous avez vu le résultat, c’était un match serré. Ils ont joué ensemble durant 90 minutes. Ils nous ont mis en danger, avec deux tirs qui sont passés près de nos cages. J’ai souhaité de la réussite à Philippe Hinschberger pour la fin de la saison, en espérant le revoir la saison prochaine. Il ont montré de belles vertus collectives, et ont été très appliqués. Grenoble a montré de belles choses.»
    (Site officiel ASM)

    Philippe Hinschberger
    «On a joué du très lourd, une équipe de Monaco de grande classe qui a des qualités de puissance et de technique. Je me suis d’ailleurs excusé auprès de Niko Kovac pour l’état de la pelouse. On pourrait s’inspirer de beaucoup de choses de cette équipe. En première mi-temps, on n’a jamais pu respirer avec leur pressing. Le but est un remake de celui encaissé contre Guingamp et ça me gêne, même si Esteban Salles a sorti beaucoup de parades aussi dans le match. On a deux situations en seconde période, une d’Achille à vingt minutes de la fin où on aurait quand même beaucoup souffert ensuite et surtout celle de Jérôme Mombris à trois minutes de la fin qui aurait pu les faire douter. Place désormais au match contre Amiens pour tenter de conserver notre 3e place.» (Site officiel GF38)

    Esteban Salles
    «La logique est respectée mais on aurait pu faire un petit coup avec la dernière occasion de Jéjé (Mombris), ça aurait été le coup parfait de Coupe de France. On a quand même vu la différence de niveau, notamment dans les courses qu’ils mettent. On a a peut-être été trop timides en première mi-temps mais on ne savait pas trop entre un coup aller les chercher, les attendre et le but sur un contre nous a refroidis. Maintenant, il faut être focus sur Amiens et avoir les crocs dès samedi.» (Site officiel GF38)

    32ÈME COUPE DE FRANCE, GRENOBLE - MONACO : 0-1
    (10/02/2021)



    Monaco qualifié pour les 16èmes de finale

    L'AS Monaco a remporté une 8ème victoire conséctive, en l'emportant logiquemt sur le terrain du Grenoble Foot 38, grâce à un but de Stevan Jovetic (0-1, 36e).

    Pour l'entrée en lice de l'AS Monaco dans cette seconde compétition française, Niko Kovac aligne ses habituels remplaçants.
    Majecki dans les buts, Ballo-Touré et Aguilar sur les côtés, Disasi et Matsima dans l'axe, Fabregas et Matazo à la récupération, Millot et Diop sur les ailes pour alimenter Jovetic et Pellegri en pointe.
    Le banc est donc bien garni avec Lecomte, Caio, Maripán, Diatta, Golovin, Luís, Tchouaméni, Ben Yedder. Geubbels est finalement forfait pour un coup reçu lors du dernier entraînement.

    Pour le GF38, Philippe Hinschberger fait confiance à Salles, Mombris, Nestor, Straalman, Abou Demba, Perez, Belmonte, Michel, Diallo, Ravet, Anani.
    Sur le banc, on retrouve Bourdelle, Néry, Sylvestre-Brac, Abdallah, Pickel, Benet, Djitté, Semedo, Henen. Cissé est en tribune.

    La maîtrise du ballon est monégasque, et ça tourne pour trouver une faille dans le bloc grenoblois.
    - Lancé dans la profondeur par Diop, Pellegri devance la sortie de Salles en taclant, mais le gardien détourne avant d'être percuté par l'italien (10e).
    - Centre de la gauche d'Enzo Millot pour Diop, trop juste de la tête qui prolonge pour le second poteau, où le natif de Grenoble, Ruben Aguilar, met en retrait pour la frappe de Cesc Fabregas, trop croisée et écrasée (13e).
    - Corner de Jovetic qui a du mal à arriver jusqu'au 6m où il est repoussé sur lui. Nouveau centre du monténégrin, pour le second poteau où Millot reprend de volée, du plat du pied, mais Salles repousse au poteau (22e).
    - Tir trop écrasé de Jovetic des 20m. À côté (22e).

    Grenoble n'arrive que très rarement dans la surface monégasque.
    Le premier ballon "chaud" pour Radoslaw Majecki est sur un coup-franc rentrant de Ravet, botté depuis la côté gauche de la surface (27e).

    Monaco continue sa domination.
    - Suite à un coup-franc, un long ballon est mis dans la surface où Straalman rate son dégagement de la tête et met le ballon en cloche. Jovetic place une tête des 10m, sans réelle puissance que Salles capte (29e).
    - Accélération de Jovetic côté gauche, qui revient dans l'axe, et décale sur la droite pour Aguilar qui centre fort devant le but. Diop dans l'axe et Pellegri au second poteau sont trop courts pour reprendre (34e).
    - Contre monégasque avec Diop dans le rond central qui lance Jovetic un peu sur la gauche qui revient dans l'axe et frappe des 18m. Le ballon est à ras de terre, passe entre les jambes de Straalman, pour loger au ras du montant droit de Salles, battu (0-1, 36e).

    L'AS Monaco prend logiquement l'avantage dans cette rencontre, et tente de creuser l'écart.
    - Coup-franc des 25m de Jovetic, ralenti par le mu. Salles sort vite de son but pour capter avant que deux monégasques ne s'emparent du cuir (39r).
    - Centre de Pellegri pour Aguilar, contré aux 6m dans l'axe. Le ballon est repoussé à l'entrée de la surface sur Jovetic qui feinte la frappe du droit, crochète et écrasé sa frappe du gauche, qui est trop croisée (40e).
    - Avant la pause, centre de Michel rentré dans la surface côté gauche, dévié par Ballo-Touré devant Diallo qui allait reprendre au second poteau (45e).

    Pour la reprise, on reprend les 22 mêmes joueurs et l'ASM à l'attaque, sur un terrain labouré par le rugby.
    - Nestor reprend Pietro Pellegri dans la surface, bien servi par Jovetic (46e).
    - Jovetic pour Millot côté gauche qui déborde et centre fort. Trop sur Salles qui capte devant Pellegri (50e).

    Monaco gère, Grenoble n'est pas dangereux, jusqu'au ballon mis dans la profondeur pour Anani, qui tire de l'extérieur du pointu à l'entrée de la surface, pour devancer la sortie de Majecki. De peu à côté (61e).

    Les premiers changements ont lieu avec 3 changements au GF38 avec Semedo, Djitté et Pickel pour Ravet, Anani et Belmonte. Pour l'ASM c'est Krépin Diatta qui prend la place de Diop (63e).
    Monaco pousse à nouveau, avec une frappe en force de Stevan Jovetic des 20m. Salles claque en corner (66e).
    Ceux-ci se succèdent, sans réussite, malgré un joli une-deux entre Millot et Fabregas dans la surface qui aurait mérité mieux qu'un nouveau corner.

    Nouveaux remplacements avec Néry et Benet pour Michel (68e) et Abou-Demba (71e), puis Florentino Luís, Aurélien Tchouaméni et Aleksandr Golovin pour Matazo, Fabregas et Millot (74e).
    Monaco gère toujours, Grenoble ne fonce pas vers l'avant pour égaliser, et le chrono tourne.
    - Diatta lancé dans la profondeur s'excentre sur la gauche et bute sur Salles. Le hors-jeu est signalé (79e).
    Après la sortie de Pellegri pour Caio Henrique (80e), le score aurait pu évoluer dans les deux sens.
    - Débordement d'Aguilar côté droit, qui centre au premier poteau pour Golovin qui tente une "Madjer". Salles repousse et capte au-dessus de Luís (87e).
    - Djitté contrôle dos au but à 30m, et se défait du marquage de Matsima pour servir dans la profondeur Mombris qui tire à l'entrée de la surface côté gauche. C'est à ras de terre, croisé et de peu à côté du but de Radoslaw Majecki (89e).
    - Tir de Krépin Diatta dans la surface côté droit, dévié par Nestor et repoussé du pied par le portier isérois (90e).
    - Récupération de Tchouaméni le long de la touche sur la ligne médiane. Il lance Jovetic qui remonte le terrain et cherche Golovin au second poteau. Sa passe est contrée, mais le ballon lui revient pour une frappe. Salles détourne en corner (90e+3).

    L'AS Monaco remporte la rencontre, et met fin à l'invincibilité du Grenoble Foot 38 à domicile cette saison.
    Ce match est aussi la première fois que l'ASM se qualifie face à Grenoble en Coupe de France, après deux éliminations lors des deux précédentes confrontations en 1964 et 2009.

    Niko Kovac et ses joueurs seront au prochain tour, qui se jouera les 6 ou 7 mars.
    Le tirage au sort des 16èmes de finale de la Coupe de France au lieu dimanche 21 février en fin de journée.

    Mais avant cela, il faudra continuer la série en Ligue 1, en commençant par Lorient au Louis-II, dès dimanche à 13h.

    Retrouvez la feuille de match GF38 - ASM
    Les résultats de la Coupe de France 2020-21.

    COUPE DE FRANCE : 32ÈME DE FINALE, PRÉSENTATION GRENOBLE - MONACO
    (09/02/2021)



    Pour l'entrée en lice de l'AS Monaco dans cette Coupe de France 2021, les monégasques se rendent chez un club de Ligue 2, le Grenoble Foot 38.

    Les isérois sont 3èmes de L2, avec 44 points en 24 journées (13 victoires, 5 nuls et 6 défaites), avec 33 buts marqués et 20 encaissés.
    Ils ne sont qu'à 2 et 4 longueurs de Toulouse et Troyes, actuellement en position de montée en Ligue 1.

    Dans leur Stade des Alpes, le GF38 est invaincu cette saison, avec 9 victoires et 2 nuls (24 buts inscrits pour seulement 7 pris).

    Mais l'AS Monaco est dans une série de 7 victoires consécutives, et voudra la continuer en Isère.

    Pour parvenir à ce niveau de la compétition, le Grenoble est allé chercher la qualification en Auvergne, chez le Clermont Foot 63, aux tirs-au-but (1-1, 2-4 t.a.b.) car depuis cette année, il n'y a plus de prolongation avec la finale.

    Historiquement, l'AS Monaco à Grenoble, ce n'est pas ça.
    En championnat, c'est 2 victoires monégasques, 2 nuls, 4 défaites (4 buts marqués et 8 encaissés), et la dernière victoire date du 17 mars 1963 (0-2).

    En coupes, il y a 3 confrontations entre les deux équipes.
    L'AS Monaco s'est imposée lors de la première, en Coupe Drago (consolante de la Coupe de France), lors des 16èmes de finale en 1963-64 (0-2).
    En Coupe de France, les deux autres fois, les monégasques se sont inclinés.
    - Sur terrain neutre en 32èmes de finale en 1968-69, 4-3 a.p..
    - En quart de finale de la Coupe 2008-09, 2-0.

    Pour contre-balancer ce mauvais bilan, Niko Kovac veut l'emporter, car il aime les coupes.
    «La Coupe de France est une autre compétition mais j’aime ce genre de match car dans le passé en Allemagne je suis allé trois fois en finale et j’en ai gagné deux. C’est une compétition à laquelle je tiens. C’est aussi une bonne opportunité de faire un peu tourner l’équipe et pour les joueurs qui jouent un peu moins de me montrer leurs qualités. Je l’ai déjà dit dans le passé, on a la chance d’avoir une très bonne équipe et de la qualité sur le banc. On veut donner l’opportunité à tout le monde de jouer. C’est quelque chose de normal. On a la chance d’avoir de grands professionnels qui travaillent bien la semaine.
    Un regret de ne pas affronter de clubs amateurs ? Nous savons que nous vivons un moment très spécial avec la pandémie. J’aime le format habituel de la Coupe de France, cette opportunité offerte aux clubs amateurs de pouvoir jouer contre les clubs professionnels. Mais on doit s’adapter et se concentrer sur ce match de Grenoble qui sera un adversaire coriace pour ces 32es de finale.
    La meilleure attaque de L1 en 2021 ? Quand je suis arrivé, j’avais dit que je voulais jouer un football agressif, attractif, et marquer beaucoup de buts. Donc je suis content de voir que l’on marque beaucoup et que l’on est très prolifique sur coups de pied arrêtés. Maintenant j’aimerais qu’on puisse réduire le nombre de buts que l’on concède sur des petites erreurs techniques, qui font qu’aujourd’hui nous ne sommes pas exactement au même niveau que les trois équipes devant nous. C’est là que la différence se fait. Si l’on veut continuer à lutter, il va falloir faire attention à ce paramètre.
    Ce n’est pas facile de trouver le bon équilibre entre une bonne défense et une attaque prolifique. Peut-être que lorsque l’on se concentre trop pour bien défendre, on peut mettre moins d’allant devant. Nos adversaires sont souvent proches de leurs buts, donc c’est pour ça que nous voulons presser très haut, mais il faut faire attention. C’est le football moderne, les meilleures équipes du monde jouent de cette façon, ils pressent très haut pour récupérer tôt le ballon. Nos jeunes joueurs sont en train d’apprendre cette façon de jouer.
    Ma relation avec mon frère Robert ? Quand vous avez un frère à vos côtés tout le temps, vous avez 100% confiance et c’est ce dont nous avons besoin. Nous sommes frères mais nous sommes aussi coaches et parfois nous ne sommes pas d’accord. Nous débattons souvent et parfois on change notre manière de penser, même si c’est moi qui garde le dernier mot. Mais je n’ai jamais eu de problème à reconnaître que j’avais tort. Robert numéro un ? Je lui demande, mais pour l’instant il me répond qu’il est très content d’être dans ce rôle-là (sourire).
    Le changement avec Djibril Sidibé cette défense à trois ? Je me souviens que face à Lens nous étions menés après quelques secondes et j’ai changé à la mi-temps en mettant Djibril derrière. Depuis ce moment, nous jouons à trois derrière lorsque nous avons le ballon. Je suis content de ses performances actuellement, il a un rôle important avec Guillermo, même si Ruben a fait également du très bon boulot en début de saison. Quand je suis arrivé ici, j’avais certaines idées. Mais Djibril était blessé à cette époque. Aujourd’hui nous avons vraiment un super bon banc et je me sers de ça pour garder l’équipe compétitive et maintenir une certaine pression pour que tout le monde donne le maximum.
    Si je fais tourner l'équipe à Grenoble ? C’est Radoslaw Majecki qui sera dans le but pour le match de demain. Pendant que Benjamin Lecomte était blessé, c’est Vito Mannone qui a joué. Radoslaw n’a débuté que contre Nantes pour l’instant, lors de la 3e journée. Je le vois travailler à l’entraînement, et il mérite de débuter et d’avoir sa chance. On verra demain ce qu’il se passe. Mais il n’y a pas de hiérarchie au poste de numéro 2.
    Les autres ? Djibril ne jouait pas au début de saison parce que Ruben avait enchaîné les très bonnes performances, mais il a continué à travailler et à se montrer très professionnel. Tout comme Guillermo ne jouait pas parce qu’Axel était très bon, et aujourd’hui c’est l’inverse. Demain certains auront l’opportunité de jouer, et j’espère qu’ils saisiront cette chance.
    Dans quel schéma ? Il n’ y a pas de raison de changer un système qui marche. Nous n’avons pas le temps de changer nos plans. Mais j’ai encore 24 heures devant moi et une bonne nuit pour réfléchir à la composition de départ (sourire).»
    (Site officiel AS Monaco)

    Le coach croate devrait faire confiance au natif de Grenoble, formé au GF38, Ruben Aguilar.
    «Je ferai le maximum si le coach fait appel à moi, comme il l’a déjà fait en Ligue 1. Je prends chaque minute que l’on me donne, tout comme mes coéquipiers. L’équipe titulaire aura tout à prouver demain, et montrer de quoi elle est capable.
    Frustré ? Non, cela fait partie du métier, il faut continuer à travailler dur. Guillermo a saisi sa chance et a montré en janvier ce dont il était capable, il a même mis quatre buts en cinq matches. Nous connaissons une bonne période en ce moment, les victoires s’enchaînent. C’est bénéfique pour le Club, l’équipe et le coach, et si cela marche en ce moment c’est que sa méthode fonctionne. Si l’on fait appel à moi, je me donnerai 100%, il faut continuer d’avancer. Je suis aussi venu ici à Monaco pour passer un palier et connaître la Coupe d’Europe.
    Je peux jouer un cran plus haut, cela ressemble au poste de piston auquel j’ai évolué face à Montpellier. C’est un poste qui change en termes de replacement défensif, je dois aider les deux milieux. J’ai l’habitude d’évoluer en tant que latéral droit. Je travaille pour remplir un peu plus mon bagage afin de pouvoir évoluer à un autre poste et pour pouvoir progresser. Peu importe ma position, je me donnerai à fond aussi bien en tant que latéral que piston.
    Un regret de ne pas affronter les clubs amateurs ? C’est triste pour eux effectivement, qui existent aussi grâce à cette Coupe. J’ai vécu des tours de Coupe de France difficiles à cause de supporters qui étaient proches de la pelouse. Nous avons cette chance de pouvoir la faire, il faut aller le plus loin possible. Un gros match nous attend à Grenoble. Je me rappelle d’un match difficile avec Montpellier à Pontarlier où nous avions concédé un penalty et un carton rouge, c’est la magie de la Coupe.
    Grenoble ? C’est là où habite ma famille, c’est un retour chez moi. Mais je reviens uniquement avec l’intention de me qualifier et de repartir. J’ai un peu de frustration à cause de la pandémie, car je ne pourrai pas retrouver les supporters de Grenoble. J’aurais pu avoir tous mes proches au stade également. Faire un gros match demain est le plus important.
    Le niveau offensif actuel ? J’ai tout de suite vu qu’on avait une qualité offensive indéniable. Il fallait juste un peu de temps afin de trouver le bon schéma, les joueurs adéquats, comprendre les idées du staff et du coach. Nous sommes très forts devant avec notamment Wissam et Kevin, mais nous avons également des jeunes joueurs qui performent. J’espère que nous finirons la saison dans la même forme qu’actuellement, on se sent bien. Il faut continuer et ne pas se reposer sur nos lauriers.
    Les coups de pied arrêtés ? On les a toujours travaillés depuis le début de la saison. Cela nous réussit bien. Guillermo est une force en plus dans la surface adverse, il l’a montré le mois dernier en marquant quatre buts. Il a un très bon jeu de tête. C’est Robert, l’adjoint et frère du coach qui s’occupe de cet aspect de jeu. Il ne parle pas trop non plus, mais il sait ce qu’il à faire. Il observe beaucoup pour améliorer les choses, les tactiques passent par lui.
    La Ligue des champions ? On parle surtout d’une qualification européenne entre nous, c’est ça le terme. L’objectif est de surfer sur cette bonne vague, on ne parle pas vraiment de Ligue des Champions. On vit au jour le jour, match après match. On continue de travailler dur, on fera les comptes en fin de saison. Pourquoi pas une belle surprise à la fin.
    La Coupe de France ? C’est une compétition fabuleuse, il ne faut pas calculer et gagner. Il n’y pas de match aller-retour, il faut donner le maximum.
    Mon secret ? J’aime courir, j’ai eu cette chance dès le plus jeune âge d’avoir cette aptitude. Peut-être que cela vient des randonnées avec mon père (sourire). Je ne calcule pas mes efforts, face à Montpellier j’ai demandé à sortir car j’étais lessivé, j’ai tout donné. Je ne sais pas si c’est un don de la nature. Je travaille dur au quotidien, on réalise un travail formidable avec le préparateur physique. Les joueurs ont progressé de ce côté-là grâce au staff, c’est certain.
    Huit victoires consécutives ? C’est une autre compétition, mais tout joueur doit être dans l’optique de vouloir tout gagner. Cela nous tient à coeur de réaliser cette huitième victoire, même si on ne parle pas de la Ligue 1. Demain, on ne parlera que de la Coupe de France. Grenoble est une équipe qui va être compliquée à jouer, le GF38 est invaincu à domicile cette année. Ils sont troisièmes de Ligue 2. Il faudra être le plus performant possible pour espérer passer.»
    (Site officiel AS Monaco)

    Niko Kovac fait donc souffler quelques joueurs (Benoît Badiashile, Djibril Sidibé et Kevin Volland), en plus de Youssouf Fofana, suspendu.
    Ces absences profitent à Florentino Luís, Enzo Millot et Willem Geubbels, de retour dans le groupe de 20 joueurs convoqués.

    Côté isérois, Philippe Hinschberger va faire aussi un peu tourner son équipe, mais pour se qualifier, les monégasques devront se montrer sous un bon jour.
    «Monaco, aujourd’hui ce n’est pas injouable mais c’est très très dur surtout en ce moment. On sait que on sera à la peine demain mais on veut quand même faire notre match et ne pas être des faire-valoir.
    La Coupe de France est différente cette saison dans son format et ce n’est pas le même parfum. Mais on en profite pour jouer une Ligue 1.
    Ça permet de se jauger même si l’équipe de Monaco changera probablement de celle qui joue en championnat.
    On ne peut pas bafouer la Coupe mais on ne peut pas bafouer notre match d’Amiens samedi. On a une politique avec pas mal de rotations sur tous les matches notamment ceux qui sont allés chercher la qualif' à Clermont au tour précédent dans des conditions difficiles.»
    (Site officiel GF38)

    Le coach du GF38 doit se passer de Monfray et Tapoko, suspendus, et de Jordy Gaspar, en reprise.
    Maubleu et Goteni sont aussi absents du groupe de 21 joueurs convoqués.

    Retrouvez tous les faces à faces entre Monaco et Grenoble.

    Voici les groupes retenus :

    Pour Monaco : Lecomte, Majecki, Aguilar, Ballo-Touré, Caio, Disasi, Maripán, Matsima, Diatta, Diop, Fabregas, Golovin, Luís, Matazo, Millot, Tchouaméni, Ben Yedder, Geubbels, Jovetic, Pellegri.

    Pour Grenoble : Bourdelle, Salles, Straalman, Abou Demba, Nestor, Néry, Mombris, Sylvestre-Brac, Abdallah, Perez, Pickel, Michel, Benet, Belmonte, Cissé, Djitté, Semedo, Henen, Anani, Ravet, Diallo.

    Pour plus d'info sur la présentation des équipes, cliquez ici...
    Pour voir le tirage complet, rendez-vous dans la rubrique Coupe de France....

    LIGUE 1, 24ÈME JOURNÉE : LES RÉSULTATS
    (07/02/2021)
    Les résultats de la 24ème journée de Ligue 1

    Retrouvez les résultats de cette journée de Ligue 1 et les performances des anciens monégasques qui composent les effectifs des autres clubs.

     1-0 

    Samedi à 17h00, Lorient (18e), le prochain adversaire de l'ASM, a continué sa bonne série en cours en battant Reims (12e) sur un but d'Abergel (1-0, 53e).
    Paul Nardi n'était pas dans le groupe convoqué, Yoann Etienne est resté sur le banc.

     3-0 

    Samedi à 19h00, Lyon (2e) a facilement battu Strasbourg (15e), bien aidé par le double avertissement synonyme d'expulsion pour Thomasson (15e).
    En supériorité numérique, les lyonnais ont trouvé la faille par Depay (1-0, 20e), Toko Ekambi (2-0, 30e) et encore Depay sur coup-franc (3-0, 68e).
    Le lyonnais Islam Slimani est entré à la 71e, peu après la sortie de l'alsacien Jean-Eudes Aholou, sorti à la 67e.

     0-0 

    Samedi à 21h, les poursuivants de l'ASM se sont neutralisés, avec un score vierge entre Lens (7e) et Rennes (5e).
    Le lensois Corentin Jean est resté sur le banc des remplaçants.

     2-1 

    Dimanche à 13h00, Brest (13e) a renversé Bordeaux (10e) en fin de partie.
    Les girondins, sans Mehdi Zerkane blessé, ont ouvert le score par Hwang (0-1, 56e), contre le cours du jeu.
    En fin de partie, Mounié égalise (1-1, 80e) et Romain Faivre donne la victoire au SB29 (2-1, 85e).
    Pour les finistériens, Irvin Cardona a été remplacé à la 81e, Romain Faivre a joué tout le match, Ronaël Pierre-Gabriel est resté sur le banc.

     3-4 

    Dimanche à 15h00, la lanterne rouge Nîmes (20e) a vendu chèrement sa peau face à l'AS Monaco (4e) qui avait rapidement pris deux buts d'avance, inscrits par Aleksandr Golovin (0-1, 3e et 0-2, 12e).
    Mais Deaux (1-2, 23e) et Ferhat (2-2, 32e) ont remis les deux équipes à égalité, jusqu'à l'heure de jeu et un nouveau but du tsar Aleksandr Golovin (2-3, 62e) sur un coup-franc direct, qui sert ensuite Kevin Volland (2-4, 77e).
    En fin de partie, l'ASM se fait encore peur, avec le coup-franc d'Eliassion qui trouve la lucarne (3-4, 81e), mais cette fois, les gardois rateront le ballon du 4-4 à la dernière minute.

     1-0 

    Saint-Etienne (16e) s'est donné un bol d'air en battant Metz (6e), 1-0.
    Les joueurs de Claude Puel l'ont emporté sur un csc de Boye (1-0, 14e).
    Les lorrains étaient sans Kévin N'Doram (reprise) ni Marc-Aurèle Caillard (banc).

     3-0 

    Nice (14e) a retrouvé le goût de la victoire face à Angers (8e), avec un csc de Doumbia (1-0, 10e), et deux buts de Maolida (2-0, 17e) et Gouiri (3-0, 83e).
    L'angevin Thomas Mangani (90 minutes) a croisé sur le terrain les niçois Khéphren Thuram (entré à la 77e) et Rony Lopes (sorti à la 65e).

     4-2 

    Fin de la série de défaites à domicile pour Montpellier (11e) contre Dijon (19e).
    Les bourguignons ont mené par Coulibaly (0-1, 5e), mais se sont faits surprendre à la reprise par des buts de Laborde (1-1, 48e et 2-1, 56e), Savanier (3-1, 61e), avant de terminer à 10 avec le rouge de Coulibaly (69e).
    Dans les dernières minutes, Konaté sur pénalty (3-2, 88e) et Skuletic (4-2, 90e+1) font évoluer le score.
    Pour le DFCO, Jonathan Panzo est resté sur le banc, Arthur Zagré était écarté, Aboubakar Kamara est toujours en septaine.

     0-2 

    Dimanche à 17h00, le choc des extrêmes entre Nantes (17e) et Lille (1er) a tourné en faveur des nordistes, qui avaient vite pris l'avantage par un but de David (0-1, 9e).
    Malmenés en seconde période, les "Dogues" tiennent bon et se mettent à l'abri sur un nouveau but de David (0-2, 83e).
    Dennis Appiah (banc) et Jean-Kévin Augustin (écarté) n'ont pas participé à la rencontre.

     0-2 

    Dimanche à 21h00, Marseille (9e) a vite été mené face au Paris S.G. (3e), avec deux buts de Mbappé (0-1, 9e) et Icardi (0-2, 24e) dans la première demi-heure.
    Pour l'OM, titulaire, Valère Germain a été remplacé à la 56e. Payet a été expulsé à la 90e.
    Pour le PSG, par de Abdou Diallo sur la feuille de match. Layvin Kurzawa et Kylian Mbappé ont joué toute la rencontre.

    Au classement des buteurs, Mbappé (Paris S.G.) est seul en tête avec ses 16 buts.
    Il devance :
    - Depay (Lyon) avec 13 buts,
    - Dia (Reims) et Kevin Volland (AS Monaco) avec 12 buts,
    - Wissam Ben Yedder (AS Monaco) et Toko Ekambi (Lyon) avec 11 buts,
    - Ajorque (Strasbourg) avec 10 buts,
    - Delort (Montpellier), Kadewere (Lyon), Kakuta (Lens), Kean (Paris S.G.), Laborde (Montpellier) et Yilmaz (Lille) avec 9 buts,
    - 6 joueurs avec 7 buts,
    - 10 joueurs dont Cardona (Brest) avec 6 buts,
    - 7 joueurs dont Sofiane Diop (AS Monaco) et Faivre (Brest) avec 5 buts,
    - 23 joueurs dont Aleksandr Golovin & Guillermo Maripán (AS Monaco) avec 4 buts.
    - 30 joueurs Axel Disasi (AS Monaco) et Germain (Marseille) avec 3 buts,
    - 43 joueurs dont Benoît Badiashile, Stevan Jovetic & Gelson Martins (AS Monaco) et Aholou (Strasbourg), avec 2 buts.
    - 86 joueurs dont Ruben Aguilar, Cesc Fabregas, Willem Geubbels, Pietro Pellegri & Aurélien Tchouaméni (AS Monaco), Kurzawa (Paris S.G.), Lopes & Thuram (Nice), Mangani (Angers) et Pierre-Gabriel (Brest) avec 1 but.
    - 20 contre-son-camp ont été marqués par 19 joueurs. Lopes (Lyon) en compte 2.

    Retrouvez les classements du Championnat de Ligue 1

    ANCIENS JOUEURS : VINCENT MURATORI REVIENT SUR SA CARRIÈRE
    (07/02/2021)
    Il vient de s'engager en N2 au RC Grasse

    Âgé de 33 ans, Vincent Muratori vient de s'engager au RC Grasse, adversaire de la réserve de l'AS Monaco en National 2.

    Pour ce retour sur la Côte d'Azur, le défenseur formé à l'AS Monaco est revenu sur sa nouvelle aventure et sur sa carrière dans une longue interview accordé à Actufoot, dont voici la retranscription.

    « Vincent, quelles sont les raisons qui te poussent aujourd'hui à t'engager avec le Racing Club de Grasse ?
    Les raisons sont multiples. Déjà les circonstances font que la saison dernière s'est achevée en mars à cause du Covid. Derrière, l'AS Nancy m'a proposé un contrat d'un an, mais pour moi le club ça n'allait pas. Plein de choses n'allaient pas, le président voulait vendre depuis des années... Je ne me sentais pas de rester là-bas juste un an, sans perspective particulière. Et je ne voulais pas mal terminer avec Nancy alors que cela faisait huit ans que je jouais au club et qu'on a fait de belles choses durant cette période. Du coup je cherchais un nouveau projet, mais avec la crise sanitaire ça a compliqué les choses. Début octobre je n'avais toujours rien et comme je suis revenu sur la Côte d'Azur, j'ai demandé aux dirigeants du RC Grasse si je pouvais m'entraîner avec l'équipe afin de garder le rythme. Si on s'arrête trop longtemps, cela devient très compliqué de revenir, surtout à mon âge.

    On imagine que le deuxième confinement intervenu en novembre n'a pas favorisé ta situation... Qu'est-ce qui t'a poussé finalement à t'engager avec le Racing ?
    Il y a eu des contacts, mais rien d'intéressant. Le projet de Grasse m'a plu, le discours des dirigeants et du staff, les entraînements ici avec les joueurs, je me sentais bien. Cela s'est fait naturellement et je suis très content d'adhérer à ce projet pour moi c'est une nouvelle aventure une nouvelle étape dans ma carrière. Je redescends d'un cran, mais l'ambition de retrouver les divisions supérieures avec ce club[...].

    Même s'il te reste encore quelques belles années, penses-tu à ta reconversion aujourd'hui ? Se fera-t-elle dans le football, voire au RCG ?
    Je suis encore concentré sur ma carrière de joueur, mais on sait tous qu'il faut penser à préparer son avenir, à se projeter. Il y a déjà plusieurs années que j'y pense, Quand j'étais à Nancy j'ai suivi un cursus pour gérer un club sportif, après j'ai eu plusieurs rôles au sein de l'ASNL qui m'ont un peu mis le pied à l'étrier, du coup rester dans le milieu du foot dans un rôle de management ça m'intéresse.

    Quel regard portes-tu aujourd'hui sur ta carrière professionnelle entamée en 2007 à Monaco, puis poursuivie à Nancy de 2012 à 2020 ?
    J'ai un sentiment de fierté, car rien n'a été facile. J'ai connu beaucoup de blessures et je pense que beaucoup auraient baissé les bras. Quand je suis parti de Monaco cela faisait trois ans que j'enchainais les blessures musculaires, que j'avais beaucoup de mal physiquement à tenir le coup. J'ai su avec Nancy me relancer physiquement et j'ai enchaîné les saisons à plus de trente matches, chose que je n'avais pas fait avec Monaco. Il y a eu des saisons compliquées avec Nancy, j'ai connu beaucoup de coaches, beaucoup d'instabilité. Mais toutes ces épreuves je suis content de les avoir passées. Ce sont des choses à vivre, des choses qui vous enrichissent.

    Durant ces années monégasques et nancéiennes, un moment t'a-t-il marqué en particulier ?
    Il y en a deux. Le premier c'est la finale de la Coupe de France 2010 avec Monaco. Même si nous avons perdu contre le PSG, cela reste un grand moment. J'étais remplaçant ce jour-là, mais j'en garde un grand souvenir malgré la déception.

    Ce fameux match lors duquel Anderson Luis De Carvalho «Nenê» et Juan Pablo Pino avaient failli en venir aux mains à la mi-temps ?
    Oui c'est bien celui-là. On se dit que des choses comme ça ne peuvent pas arriver, encore moins en finale de la Coupe de France, mais c'est arrivé (il sourit). On parle là de deux super joueurs, des talents incroyables qui nous avaient permis d'atteindre la finale. Les deux aussi avaient un égo particulier et tout est parti d'un coup-franc en première période il me semble. C'est dommage car cela nous a un peu sortis du match.

    Quel est le deuxième moment fort auquel tu penses ?
    Forcément c'est le titre de champion de Ligue 2 remporté avec Nancy en 2016.
    C'était vraiment un super moment, la consécration d'une saison parfaite et beaucoup de partage avec les supporters.

    Malheureusement vous avez fait l'ascenseur lors de la saison suivante, non sans avoir disputé une demi-finale de Coupe de la Ligue contre l'AS Monaco au Stade Louis-II...
    Nous n'étions pas passés loin de l'exploit. Nous avions perdu seulement 1-0 sur un but gag contre le futur champion de France, qui plus est demi-finaliste de la Ligue des Champions cette saison-là. Nous n'avions pas mis le bus et même si nous avions été dominés, nous n'avions pas à rougir. Ce match reste un bon souvenir malgré tout. Par mon attachement à la Principauté, mais aussi par le fait d'affronter des joueurs comme Bernardo Silva, que j'avais chargé dans ce match. C'est un tel talent ! Un joueur qui ressent le football comme très peu le ressentent. Après, Kylian Mbappé était aussi venu sur mon côté... Il allait déjà très vite ! Pour le championnat par contre, c'est une vraie déception. Nous avions les moyens de faire mieux cette saison-là, nous aurions dû nous maintenir.

    Parmi les joueurs avec qui tu as évolué, lesquels t'ont fait la plus forte impression ?
    À Nancy je dirais Clément Lenglet. Je l'ai vu arriver dans l'équipe quand il est sorti du centre de formation, nous avons joué ensemble dans l'axe de la défense et je l'ai vu évoluer. Nous parlions beaucoup, je lui donnais des conseils et voir où il est aujourd'hui c'est magnifique. Je suis très content pour lui. On est toujours en contact, c'est quelqu'un de très humble qui a beaucoup de valeurs. C'est aussi pour ça qu'il en est là. Après il y a Jérémy Menez, un extraterrestre quand nous étions à Monaco. Un des seuls joueurs qui pouvait faire basculer le match. Jérémy avait la capacité de faire les choses tout seul. On avait aussi Camel Meriem qui embellissait toutes les situations, mais Jérémy c'était un joueur hors du commun. Je me souviens d'un entraînement où il avait mal au pied droit et avait décidé de ne jouer que du gauche. Et même du mauvais pied, il restait le meilleur ! Enfin il y a un gars qui m'a aussi beaucoup marqué à mes débuts à Monaco: Lucas Bernardi. C'était le patron, il commandait, il nous rassurait, il donnait le tempo, il gérait le match.

    Et concernant les coaches avec lesquels as-tu eu les meilleures relations ?
    On apprend de chaque entraîneur. Chacun a ses méthodes, ses discours, ses façons d'aborder les matches. On se reconnaît plus dans certaines méthodes, mais on apprend avec tout le monde. Si je dois en citer, je vais dire Ricardo pour sa sérénité et parce que c'est lui qui m'a fait débuter, mais je retiens aussi la précision de Guy Lacombe. Tout ce qu'il nous disait avant un match, cela se passait. Il avait une analyse des matches et du football de très, très haut niveau. J'ai aussi ressenti cela avec Jean Fernandez, ce n'est pas pour rien que les deux sont liés dans leurs parcours. On sentait une similitude dans la méthode de travail. Enfin, je retiens Pablo Correa car c'est un vrai meneur d'hommes. Il a une histoire avec Nancy, il était joueur, il est passé entraîneur... Il avait cette capacité à motiver les joueurs. Avec le bon discours, il savait dire les choses. Ses causeries d'avant-match restent mémorables.

    On a parlé des bons moments, mais parlons maintenant d'un évènement plus difficile de ta carrière, la relégation en Ligue 2 de l'AS Monaco en 2011...
    Oui cela reste une blessure. Nous sommes descendus avec un nombre de points qui normalement te permet de te maintenir. Il y avait eu pas mal d'arrivées au début de cette saison, mais la mayonnaise n'a jamais pris. Comme on était en difficulté, Laurent Banide a remplacé Guy Lacombe, puis d'autres joueurs sont arrivés au mercato d'hiver avec le même résultat... Au final on a pris une grande claque.

    La saison suivante, tu as vécu un virage décisif de l'AS Monaco avec l'arrivée de Dmitri Rybolovlev à la présidence du club. Quels souvenirs en gardes-tu ?
    C'était un peu spécial, un peu bizarre. On était beaucoup de jeunes cette saison-là dans l'équipe avec Valentin Eysseric, Nampalys Mendy, Layvin Kurzawa ou encore Valère Germain. Cela ne se passait pas bien, car la réalité de la Ligue 2 c'est jouer des matches compliqués chaque week-end et le club n'était pas prêt à rentrer dans ce combat. Nous étions lanterne rouge et c'est après ce début de saison catastrophique que les nouveaux dirigeants sont arrivés. Des dirigeants anormaux, ils ont recruté dix joueurs le dernier jour du mercato d'hiver, c'était impressionnant ! Et puis il y a eu la rencontre avec Dmitri Rybolovlev à La Turbie. Une réunion avait été organisée et quelques joueurs étaient arrivés en retard. Nous avons tous été repris de volée. Une mise en garde sévère. Ils nous avaient fait comprendre que nous étions surveillés de très près et qu'ils avaient les moyens de savoir si nous ne respections pas les règles. Dans la foulée, ils avaient annoncé des primes d'objectifs très élevées, ce qui a mis tout le monde au pas. La dynamique du club a changé en trois minutes. C'était un peu rocambolesque au début, mais franchement ils ont beaucoup apporté au club. Ils l'ont sauvé et lui ont permis de tutoyer le sommets à nouveau. Ils ont pris un club dernier de Ligue 2, cinq ans plus tard ils étaient champions de France et demi-finalistes de la Ligue des Champions.

    Regrettes-tu d'avoir quitté l'AS Monaco juste avant l'arrivée de Claudio Ranieri ?
    Oui je suis parti juste avant et je regrette surtout de ne pas avoir pu faire mes preuves avec les nouveaux dirigeants sur cette fin de saison 2011-2012. Je m'étais fracturé la clavicule à Metz à la fin du mois de février, alors que j'étais titulaire et que Marco Simone m'avait confié le brassard. J'avais de très bonnes relations avec lui, et comme j'étais en fin de contrat il m'avait confirmé qu'il me ferait prolonger si lui-même continuait l'aventure. On connaît la suite. Claudio Ranieri l'a remplacé, mais entre-temps je suis parti à Nancy. On n'avait pas vraiment de rapport avec les dirigeants à l'époque. Comme ils ne m'avaient quasiment pas vu jouer et que beaucoup de joueurs transitaient à ce moment-là, j'ai fait le choix de partir. Mais j'aurais vraiment aimer vivre cette remontée en Ligue 1.

    En fait tu l'avais retrouvé un an plus tôt en rejoignant l'AS Nancy...
    Oui, c'était un bon challenge et il y avait plein d'anciens monégasques dans cette équipe, Sébastien Puygrenier, Djamel Bakar, Yohan Mollo... Nous sommes arrivés ensemble de Monaco avec Thomas Mangani, du coup l'adaptation a été facilitée.

    Pensais-tu rester aussi longtemps à Nancy ?
    Non je ne pensais pas que l'aventure allait durer huit ans. En arrivant, en bon sudiste j'ai eu un choc thermique. Le ciel est bas et gris, il n'y a pas de lumière... Mais ensuite j'ai pris le temps de découvrir la région. Nancy est aussi une très belle ville et j'y suis resté car je m'y sentais bien. J'avais des responsabilités dans un club familial, cela me convenait parfaitement. Je suis quelqu'un de fidèle, je n'ai jamais cherché à partir pour partir, deux clubs en treize ans c'est très bien.

    Depuis ton départ, continues-tu de suivre l'AS Nancy ?
    Oui, comme j'ai toujours suivi de près le parcours de Monaco. J'y ai laissé beaucoup d'amis, j'ai encore certains joueurs au téléphone au moins une fois par semaine, je suis derrière eux.

    Pour remonter encore plus loin, as-tu gardé le contact avec le club SC Orange ?
    Non, avec le SCO le lien s'est vite rompu car beaucoup de dirigeants ont changé peu de temps après mon départ et ce n'était plus vraiment le même club. En revanche, j'ai gardé des liens forts avec l'AS Camaret, le club où j'ai débuté. Ils ont fait un stade à mon nom là-bas, quel honneur ! J'essaie toutes les années de leur rendre visite, j'ai de la famille au club, le lien est naturel. Cela ne veut pas dire que si les dirigeants du SCO m'appellent un jour je n'irai pas, bien au contraire. Mais je suis plutôt réservé, j'aime la discrétion, donc je ne me vois pas faire le premier pas et aller les voir en disant : “Salut c'est Vincent, ancien de club, je suis joueur professionnel”.

    Ne pas avoir connu d'expérience à l'étranger cela reste un regret ?
    Quand Nancy m'a proposé de prolonger, j'ai aussi refusé car je souhaitais connaître cela. Ce projet me disait bien. Ce n'est juste pas tombé au bon moment. J'ai eu plusieurs contacts, un a bien failli se concrétiser, mais finalement à cause du covid c'est tombé à l'eau. Cela veut dire que mon histoire devait s'écrire ici.

    Pour terminer cet entretien, peux-tu nous dire en quoi le football a changé à tes yeux entre aujourd'hui et la période de tes débuts ?
    Si je dois mettre en lumière une tendance, c'est que le jeu prend toujours plus de vitesse. On se souvient du jeu à la nantaise, fait de redoublements de passes. Trente après le Barça jouait aussi comme ça, mais beaucoup plus vite. Les clubs sont aussi beaucoup mieux équipés. Quand j'ai commencé les GPS n'existaient pas. Aujourd'hui tout le monde les utilise. Idem pour la vidéo. Avant c'était juste pour la causerie, on parlait de l'adversaire, de temps en temps on faisait un focus sur notre jeu, mais aujourd'hui c'est très individualisé, un joueur peut carrément analyser toutes ses actions d'un match et en faire de même pour ses adversaires directs potentiels avant le match suivant. Les moyens techniques ont évolué au plus haut niveau mais pas seulement. Un club comme Grasse bénéficie aussi de ces outils aujourd'hui et utilise par exemple un logiciel comme My Coach Pro, comme Monaco ou l'OL.

    Nous avons cherché Vincent Muratori sur les réseaux sociaux, sans rien trouver... N'est-ce pas en cela que le football a aussi beaucoup changé depuis quinze ans ?
    (Il sourit) Oui c'est vrai, je n'ai pas de réseau social. J'ai toujours préféré me détacher de cette chose-là pour ne pas me laisser perturber par les critiques que l'on retrouve beaucoup sur le web. C'était pour moi une manière de me protéger. Je comprends qu'aujourd'hui cela entre aussi dans la valorisation des joueurs, mais j'ai fait ce choix car ma priorité a toujours été le terrain.
    »

    LES RÉACTIONS DE NÎMES - MONACO (3-4)
    (07/02/2021)

    Niko Kovac
    «Cela n'a pas été un match moins compliqué que prévu. Tout le monde nous voyait gagner, mais je savais que nous affronterions un adversaire difficile, qui joue pour sa survie. À 0-2, on a péché. On a peut-être pensé que cela était arrivé. On a peut-être baissé de rythme avant de réagir en seconde mi-temps. On devra s'améliorer à l'avenir défensivement et concéder moins de buts.
    Golovin est un joueur fantastique. Pour sa première titularisation (depuis le mois d'août, NDLR), il inscrit trois buts. C'est un joueur de classe mondiale. Il délivre des balles décisives délicieuses. Je connais sa qualité de passes. C'est aussi pour cela que je lui ai demandé de tirer le coup franc qui nous donne le troisième but.»
    (lequipe.fr & AFP)

    Pascal Plancque
    «Il y a plusieurs regrets dans ce match. On a notamment montré trop de fébrilité en entame de match en encaissant deux buts, mais derrière, cela nous a paradoxalement peut-être libérés et on a montré des ressources mentales et techniques. En tous les cas, encaisser deux buts en moins d'un quart d'heure, cela nous a mis un coup sur la casquette, mais on s'est ensuite lâché. On a joué. On peut être fier de notre comportement même si, et c'est énorme, on encaisse encore quatre buts.
    On est dans une situation d'urgence et moi, la notion de revers encourageant, je n'y crois pas. Je suis déçu de ne pas avoir pris un point avec la dernière tête de Lamine (Fomba). Il aurait été le héros du match. Aujourd'hui, on montre de bonnes choses mais on ne prend aucun point. On doit faire mieux en termes d'efficacité. Maintenant, sur le plan mental, il faut être capable de répéter ce match et de rivaliser en intensité et dans l'engagement avec l'adversaire, non plus une mi-temps, mais durant tout un match. Il y a des signes d'encouragement. Il faudra aller à Dijon avec un coeur gros comme ça. On va s'accrocher.»
    (lequipe.fr & AFP)

    Kevin Volland
    «On savait avant le match que ce déplacement n'allait pas être facile, le coach nous avait prévenus. On a eu des opportunités, on savait comment Nîmes jouait. Effectivement, ça n'a pas été facile. Marquer ce troisième but nous aurait simplifié la tâche en fin de première période. Les nîmois sont montés en puissance au fil du match, ils ont joué avec beaucoup d'intensité et d'énergie.
    Aleksandr Golovin ? Golo' est un joueur fantastique, ses trois buts et sa passe décisive en atteste. C'est clairement l'homme du match aujourd'hui. Ce n'est pas facile de jouer un match entier en revenant de blessure, comme il l'a fait. Le coach et le staff gèrent au mieux son retour pour qu'ils puissent jouer 90 minutes d'ici peu. Il avance pas à pas, il a joué 80 minutes de très haut niveau aujourd'hui, on compte sur lui.
    C'est un bon gars Golo', on parle beaucoup ensemble sur et en dehors du terrain, on se comprend. On envisageait la suite du match ensemble, on était sur le même côté. Cela n'a pas été un match facile, mais on a réussi à trouver l'ouverture.
    Le petit passage à vide après le 2-0 ? C'est vrai que Nîmes n'a pas abandonné après avoir concédé les deux buts, ils ont continué avec beaucoup de courage durant les 90 minutes. Ce n'est jamais évident de venir jouer ici, ils ont joué avec leurs armes. On a peut être mis un peu moins d'agressivité après les deux buts. On va avant tout retenir la victoire aujourd'hui effectivement.»
    (Site officiel AS Monaco)

    CHAMPIONNAT 24ÈME JOURNÉE, NÎMES - MONACO : 3-4
    (07/02/2021)

    Et de 7 pour l'AS Monaco, mais dans la souffrance

    L'AS Monaco a remporté un 7ème succès consécutif en Ligue 1, en allant s'imposer 4-3 à Nîmes, grâce au tsar Aleksandr Golovin auteur d'un triplé (0-1 - 3e, 0-2 - 12e, 2-3 - 62e) et d'une offrande pour Kevin Volland (2-4, 77e).
    Mais les monégasques se sont faits peur, laissant la 2ème plus mauvaise attaque du championnat trouver 3 fois le chemin des filets par Deaux (1-2, 23e), Ferhat (2-2, 32e) et Eliasson (3-4, 81e). Et ça aurait pu être pire...

    Pour la rencontre, avec un match tous les 3 jours, Niko Kovac fait un peu tourner son effectif, avec les titularisations de Aleksandr Golovin et Fodé Ballo-Touré.
    L'ASM débutera avec Lecomte, Ballo-Touré, Badiashile, Maripán, Sidibé, Tchouaméni, Fofana, Diop, Golovin, Volland, Ben Yedder.
    Caio et Diatta accompagnent Majecki, Aguilar, Disasi, Matsima, Fabregas, Jovetic et Pellegri sur le banc. Eliot Matazo est le 21ème homme.

    Pour sa première à la tête du NO, Pascal Plancque fait confiance à Reynet, Meling, Miguel, Briançon, Alakouch, Cubas, Deaux, Benrahou, Ripart, Ferhat, Koné.
    Majouga va en tribune, Nazih, Paquiez, Burner, Ueda, Fomba, Eliasson, Duljevic, Roux sont sur le banc des remplaçants.

    Et les monégasques prennent rapidement les devants, sur leur prémière occasion.
    Côté droit, Ballo-Touré et Diop font un une-deux qui permet à l'ancien lillois de centrer en retrait. Au niveau du point de pénalty, Aleksandr Golovin se couche pour reprendre de volée et du plat du pied gauche, ne laissant aucune chance à Reynet (0-1, 3e).

    Face à la plus mauvaise défense de Ligue 1, l'ASM continue d'appuyer.
    - Centre-tir enroulé de Badiashile, aux 20m, sur un ballon mis en retrait par Ballo-Touré. À côté (10e).
    - Nouveau centre de Fodé Ballo-Touré côté gauche, trop haut pour Volland dans l'axe, à la lutte avec Meling. Au second poteau, Aleksandr Golovin est seul, peut contrôler, se placer et frapper en force de demi-volée, logeant le cuir sous la barre et dans la lucarne opposée (0-2, 12e).

    Début de match parfait de l'AS Monaco et de son milieu russe, qui adresse un long ballon dans la profondeur pour un 3 contre 1. Volland laisse passer, puis Diop laisse à Ben Yedder dans son dos, qui ajuste Reynet du plat du pied pour le 0-3. Et bien non, ce but est justement refusé pour hors-jeu de l'international français, le seul des 3 à l'être... (17e).

    Et curieusement, ce but refusé réveille les "Crocos", qui se mettent à mordre un peu plus dans le ballon, et deviennent dangereux.
    - Tir de Ripart écrasé et trop croisé, des 25m (20e).
    - Côté gauche, Ferhat déborde et transperce la défense jusqu'à la ligne de sortie de but, et met en retrait au point de pénalty pour Deaux, étrangement esseulé, qui reprend et marque (1-2, 23e).
    - Koné est servi dans le dos de la défense côté droit, crochète dnas la surface et ne frappe pas du gauche, préfèrant chercher un partenaire dans l'axe. La défense asémiste dégage (27e).
    - Badiashile se fait prendre la balle aux 20m par Deaux, qui décale sur la droite pour Ripart. Sa frappe croisée est repoussée par le poteau opposé, sur Ferhat au second poteau qui a tout le loisir de contrôler avant de battre Lecomte en force (2-2, 32e).

    En 10 minutes, l'AS Monaco a perdu ses deux buts d'avance face à la 2ème plus mauvaise attaque du championnat...
    Et ce n'est pas fini !
    - Coup-franc côté droit, dévié par le paquet. Le ballon arrive au second poteau sur Ferhat, qui est contré aux 6m. Corner (39e).
    Joué à deux, le centre est dévié au premier poteau par le haut du crâne de Ripart, pour l'axe et Miguel, seul aux 6m, qui reprend. Au-dessus ! (40e).
    - Réponse de l'ASM, avec Sidibé pour Golovin dans le dos côté droit, qui centre parfaitement dans l'axe où Sofiane Diop se reprend aux 6m, mais met le ballon sur Reynet (41e).
    - Centre de Benrahou de la droite, 10 cm trop haut pour la tête de Ferhat. Sidibé peut dégager (44e).

    Pour la reprise, Diop est remplacé par Krépin Diatta (46e), puis ce sont Ben Yedder et Fofana qui cèdent leurs places à Stevan Jovetic et Cesc Fabregas (56e).
    Les nîmois attendent le contre dans leur camp, les monégasques font tourner mais sans se montrer tranchants.
    - Coup-franc pour Monaco côté gauche à 30m. Aleksandr Golovin le frappe, rentrant. Le cuir est trop haut pour le paquet de joueurs, Reynet reste dans son but et constate les dégâts, car le ballon retombe à l'intérieur de son petit-filet gauche, derrière le poteau (2-3, 62e).

    L'AS Monaco a repris l'avantage, et Niko Kovac continue de faire tourner son effectif, avec Ballo-Touré qui est remplacé par Caio Henrique (64e).
    À Nîmes, c'est Koné qui est remplacé par Roux (66e).
    - Corner de Golovin de la droite, tête décroisée et piquée de Badiashile, qui passe à côté (67e).
    - Après les entrées de Fomba et Eliasson aux places de Cubas et Ripart (72e), Volland réclame un pénalty qu'il n'obtiendra pas. Il a été retenu par le bras dans la surface (74e).
    - Volée de Diatta aux 25m. Dans les nuages (75e).
    - Les nîmois font tourner le ballon de derrière pour relancer, mais Golovin intercepte et lance dans la profondeur Kevin Volland, qui rentre dans la surface et trompe la sortie de Reynet d'un ballon piqué (2-4, 77e).

    Monaco reprend le large au tableau d'affichage, avec le 12ème but de l'allemand, et le 50ème des monégasques cette saison.

    Et une fois encore, Nîmes va se relancer...
    - Coup-franc aux 20m un peu sur la droite. Eliasson enroule parfaitement son ballon et trouve la lucarne gauche de Lecomte, resté impassible sur la ligne, à 3m du cuir (3-4, 81e).

    Pour revenir à égalité, Duljevic remplace Benrahou, pour garder le score Ruben Aguilar supplée l'homme du match, Aleksandr Golovin (86e).
    Et dans les dernières secondes du match, Nîmes à la balle d'égalisation, sur un centre d'Eliasson pour la tête de Fomba aux 6m, qui ne cadre pas (90e).

    Les gardois n'ont su arracher le nul, les monégasques peuvent lever les bras pour une 7ème victoire consécutive, acquise dans la difficulté, permettant de creuser l'écart sur les poursuivants, accrochés.

    Prochain match dès mercredi, en 32ème de finale de la Coupe de France à Grenoble.
    Puis dimanche à 13h, les asémistes recevront une autre équipe en forme du moment, Lorient (17e), qui reste sur 3 victoires et un nul.

    Pour plus d'info sur la vingt-quatrième journée, rendez-vous dans la rubrique Championnat...

    Pour les stats de l'ASM, rendez-vous dans la rubrique Stats Championnat...

    PRÉSENTATION NÎMES - MONACO (J24)
    (06/02/2021)


    Pour la 24ème journée de Ligue 1, l'AS Monaco FC (4e) se rend chez le Nîmes Olympique (20e).

    Lanterne rouge, les gardois ne réussissent pas grand chose depuis le début de saison, au contraire des monégasques.
    Le NO est le négatif quasi parfait de l'ASM, avec 15 défaites en 22 matches pour l'un, 14 victoire pour l'autre.
    Nîmes est la 2ème plus mauvaise attaque de L1, Monaco est la 3ème meilleure.

    Sur les 8 dernières rencontres, Monaco a remporté 7 victoires et fait 1 nul (21 buts marqués et 9 encaissés).
    Dans le même temps, les nîmois ont joué 7 matches (Nîmes - Lorient a été reporté) pour le bilan de 1 victoire, 1 nul et 5 défaites (6 buts marqués, 18 encaissés).

    À l'extérieur, l'AS Monaco a gagné 6 matches et perdu 5.
    À domicile, Nîmes n'a gagné qu'un match, celui de la première journée contre Brest (4-0, J01). Sur les 9 autres rencontres, il n'y a qu'un point pris face à Lens (1-1, J05) et 8 défaites contre Rennes (2-4, J03), Paris S.G. (0-4, J07), Metz (0-1, J09), Angers (1-5, J10), Marseille (0-2, J13), Nice (0-2, J15), Dijon (1-3, J17), Lille (0-1, J19).
    Et les monégasques ne seraient pas contre une 8ème défaite consécutive aux Costières, pour mettre fin à la série de 2 défaites consécutives, dont celle 3-1 la saison passée à 9 contre 11.
    Historiquement, le Gard n'aime par l'ASM avec seulement 8 victoires pour 5 nuls et 18 défaites (35 buts marqués et 64 encaissés).

    Quelques heures après le limogeage du coach adverse, Niko Kovac se méfie d'un éventuel choc psychologique.
    «Un changement de coach peut changer à court terme la mentalité de l'équipe. J'ai été triste d'apprendre cette nouvelle, tous les entraîneurs sont dans le même bateau. C'est une nouvelle opportunité pour les joueurs. Nous devons être concentrés et focus sur ce match avec une préparation optimale. On doit se donner à 100% dimanche, comme à chaque match. Nîmes est une équipe bien préparée et très forte mentalement.
    Pourquoi cette stratégie défensive à trois joueurs quand l'équipe a le ballon ? Quand je suis arrivé là, j'ai dit que j'avais besoin de temps pour mettre en oeuvre certaines choses. Il fallait faire changer certaines mentalités et les ambitions. Des automatismes se créent, nous travaillons jour après jour, semaine après semaine, match après match pour ce faire. L'équipe progresse, nous avons besoin de franchir un nouveau palier, on doit aller de l'avant. Quand j'étais à Francfort, on jouait comme ça à trois derrière, ça nous donnait quelque chose en plus. Djibril est capable de jouer dans cette défense à trois, il amène de l'assurance. Ce n'est pas facile de jouer contre nous en ce moment, nous sommes en forme. Nous sommes moins prévisibles, on crée des espaces et des opportunités. C'est bénéfique pour nous.
    Il fallait renforcer notre défense et exploiter les qualités offensives de Caio Henrique. Cela permet aux joueurs d'avoir une base solide à trois derrière lorsque nous sommes en phase offensive, garder une structure derrière. C'est plus clair dans leur esprit désormais. Quand vous jouez à quatre joueurs derrière, il y a toujours besoin d'être attentif à la couverture. C'est plus clair avec trois défenseurs, Caio peut amener son talent offensif. C'est plus facile pour les joueurs globalement, ils comprennent mieux.
    Les milieux sont très importants dans notre jeu. Cela dépend des situations. Le milieu est le coeur de notre équipe, ils font la transition entre notre défense et l'attaque. Quand on a le ballon, ils sont responsables de l'organisation. Ils sont très importants dans notre système. Ils doivent encore progresser, notamment dans l'utilisation du ballon. On doit être organisés, c'est important d'avoir ces deux joueurs parmi nous. Leur rôle défensif est primordial.
    Notre ambition est d'aller le plus vite vers l'avant pour récupérer le ballon le plus haut possible. Si vous pressez directement après la perte de balle, vous courez moins après le cuir. Vous économisez de l'énergie. Il faut le récupérer le plus rapidement possible pour passer en phase offensive. Ce 4-4-2 est très clair pour tous nos joueurs, ils savent ce qu'ils ont à faire. Il faut s'adapter à l'adversaire, cela dépend de son système. Notre manière de jouer est plus simple à appréhender pour les joueurs. Cela marche très bien en ce moment.
    Mon arrivée à Monaco identique à celle de Francfort ? La situation n'était pas facile à Francfort, c'est sûr. L'équipe se battait pour éviter la relégation. C'est vrai que l'on peut les comparer. Ces deux dernières saisons, l'AS Monaco n'était pas au rang attendu. Maintenant, nous essayons de créer quelque chose de nouveau. C'est un long processus, cela ne se produit pas en claquant des doigts. Nous allons tous dans la même direction avec Oleg Petrov et Paul Mitchell, nous voulons être performants. C'est quelque chose d'important pour moi de constater ça, je suis sûr que Monaco remontera le pente.
    Des changements pour les prochains matches ? Youssouf Fofana est suspendu pour le match de Coupe. Je vais effectuer des changements, étant donné que nous avons cinq matches en deux semaines, les rencontres s'enchaînent tous les trois jours. Les joueurs sont en repos aujourd'hui. Nous avons besoin de fraîcheur mentale et physique. Je suis très content de l'équipe, d'Aurélien et de Youssouf. Ce n'est pas facile car le niveau actuel est très bon, je suis satisfait des prestations de mes joueurs. Nous avons un banc exceptionnel, nous ne perdons pas en qualité lorsque nous procédons à des changements. Je peux offrir des opportunités à d'autres joueurs, j'espère qu'ils pourront faire de même que les titulaires actuels. Je prendrai des décisions.
    Eliot Matazo ? C'est un joueur talentueux, très jeune et professionnel. Il n'a pas beaucoup joué mais il travaille dur à l'entraînement. Il n'a que 18 ans, il a tout de même trois ans de différence avec Aurélien. Il faut lui laisser du temps, je souhaiterais lui donner du temps de jeu mais les dernières rencontres sont très serrées. Il a besoin de temps pour acquérir de l'expérience, mais il fait partie des premiers choix à ce poste. Il est rempli de qualités, je souhaite le lancer dans des conditions optimales.
    Cesc Fabregas, un 6 ou un 10 ? Cela dépend des situations, si nous avons besoin de quelqu'un qui connecte la défense et l'attaque ou pas. Il est capable d'évoluer en tant que milieu offensif. On connaît ses qualités, je n'ai pas besoin de revenir dessus, je suis content de l'avoir, c'est important pour nous. L'équipe a bien performé en son absence. C'est un joueur qui peut beaucoup nous apporter mais je ne dis pas qu'il ne peut pas débuter le prochain match. Je ne considère pas les joueurs sur le banc comme des remplaçants mais plutôt comme des joueurs qui peuvent faire la différence. Ils sont capables de finir un match et de faire la différence, comme l'a fait Cesc face à Paris.
    L'évolution de Youssouf Fofana ? C'est un jeune joueur, il peut donc s'améliorer dans tous les compartiments du jeu. Mais on voit d'énormes améliorations depuis ses premiers matches. C'est quelqu'un qui a besoin d'apprendre en termes de discipline, en tant que numéro 6 vous devez être le patron du jeu. C'est lui qui fait le lien entre la défense et l'attaque, il doit être rigoureux. Il a beaucoup joué, je lui ai accordé ma confiance. J'essaye de changer sa mentalité pour qu'il continue sa progression. Avec la balle, il peut faire encore un peu mieux, mais il n'a que 22 ans encore une fois. Sans ballon, il a réalisé de beaux progrès.
    Axel Disasi ? Je lui parle beaucoup car c'est un garçon très intelligent. Ce n'est pas facile pour lui car l'équipe fonctionne très bien et elle marque beaucoup. C'est le football. Quand sa chance arrivera, il devra être au top. Il a fait quelques erreurs, ça arrive. Il n'a que 23 ans, nous connaissons ses qualités, il a peut-être perdu un peu de confiance. Nous avons besoin de tous les joueurs pour performer. Si Benoît ne peut pas jouer, je vais avoir besoin de lui.»
    (Site officiel ASM).

    Suspendu mercredi prochain à Grenoble en Coupe de France, Youssouf Fofana devrait jouer toute la rencontre à Nîmes demain, avec son compère Aurélien Tchouaméni.
    «Du plaisir au milieu ? C'est le même plaisir qu'en début de saison, même s'il y avait un temps d'adaptation à respecter évidemment. Mais maintenant qu'on est rodés, forcément ça va bien. On sent également dans les jambes qu'on est mieux physiquement aussi, malgré la répétition des matches. On a le même volume de jeu avec Aurélien, à peu près le même gabarit également, donc on alterne le boulot au milieu de terrain.
    Mais il n'y a pas que nous deux au milieu de terrain. Florentino Luís et Eliot Matazo travaillent autant que nous à l'entraînement, donc il ne faut pas réduire le milieu de terrain de l'AS Monaco à notre duo avec Aurélien.
    La série de victoires ? On avait déjà fait une petite série au mois de novembre, mais là on montre qu'on est en confiance ces derniers temps. Six victoires, ça nous permet de nous épanouir durant la semaine et de nous concentrer sur le travail et sur nous. Pourvu que ça continue.
    L'objectif ? Personnellement en tant que joueur, le plus important est de continuer sur cette série, je le répète. Le coach ne veut pas qu'on parle de podium, et il ne veut pas trop qu'on en parle entre nous avec les joueurs (sourire).
    Un cap passé ? Athlétiquement je sens que j'ai beaucoup évolué oui. En arrivant à Monaco il y a un an, je vous avoue que j'étais concentré sur l'aspect technique avec les joueurs qui allaient être autour de moi. Mais aujourd'hui c'est vrai que je me suis bien développé athlétiquement et le coach nous a bien fait comprendre avec Aurélien qu'il fallait qu'on se concentre sur le travail au milieu. D'avoir un gros abattage. Ça s'est fait step by step. J'ai essayé d'atteindre un niveau en-dessous duquel je ne veux plus descendre.
    Collectivement, à l'entraînement on ressent aussi qu'on est plus forts physiquement. On avait du mal à rentrer dedans au début, mais en fin de match, hormis à Rennes, je n'ai pas souvenir que l'on ait été moins bien dans les dernières minutes et que l'on ait concédé des points. Si parfois on n'est pas encore à 100%, ce n'est pas physique, c'est une histoire de concentration selon moi.
    Mon petit passage sur le banc en début de saison ? Après le rouge à Metz et la suspension, je crois que je perds un peu ma place effectivement. C'est dur dans ces cas-là, mais cela a agit comme un déclic, pour comprendre ce que le coach voulait de moi. Si vous vous fâchez avec votre patron, c'est dur ensuite de travailler avec lui (sourire). C'était donc à moi de faire les efforts nécessaires. Et puis vu ce qu'il nous donne, on essaye de lui donner en retour.
    L'évolution tactique ? Quand on a le ballon, on a cinq joueurs devant nous. J'ai envie de dire que c'est presque détente, car on a juste besoin de leur donner le ballon dans de bonnes conditions. A la construction on doit être cinq et ils sont cinq devant pour attaquer, donc l'espace est plutôt bien réparti dans l'équipe, qui est beaucoup plus équilibrée.
    Il fallait y aller étape par étape. En début de saison, le coach a pris le temps d'évaluer tous les joueurs et de créer une tactique autour de ce collectif. On a bien compris désormais ce vers quoi il veut nous mener. On ne calcule pas les efforts.
    Mon premier but ? C'est ce que j'essaye de faire, mais je n'y arrive pas (sourire). Il y a deux têtes pensantes devant pour attaquer et marquer des buts. Moi je suis plus à la retombée et à la récupération du ballon. Il n'y pas de compétition avec Aurélien sur ce point, on a toujours eu envie de mettre ce premier but mais ce n'est pas une obsession. Même si ça commence à faire plus d'un an pour moi.
    J'ai commencé un peu à travailler mes frappes à l'entraînement, parce qu'ils ont vu qu'il y avait un peu boulot et que j'étais parfois en bonne position. Le but est d'avoir le geste juste. Le jour où je marquerai, je reviendrai vous voir (sourire).
    Je pense que les matches ne se ressemblent pas. A Lorient c'était un match d'hommes, car le terrain était difficile et on revenait de vacances. On a peut-être fait une erreur qui amène un but, mais je pense qu'on était solides malgré tout. A 21 et 22 ans, on est obligés de faire des erreurs, c'est normal, cela fait partie de l'apprentissage.
    Nîmes ? L'équipe de Nîmes est une équipe qui ne lâche rien. Ils sont dans une mauvaise posture, mais il ne faut pas les prendre à la légère. Avec le changement de coach, ils voudront certainement montrer une réaction. Il va falloir être très concentrés.»
    (Site officiel ASM).

    Niko Kovac doit encore se passer de Gelson Martins, blessé, qui ne rejouera pas aux Costières où il avait été expulsé il y a un an.
    Mannone, Luís, Millot et Geubbels sont écartés du groupe de 21 joueurs retenus, où Chrislain Matsima refait son apparition, peut-être pour suppléer Benoît Badiashile, sorti blessé contre Nice, mais également convoqué.

    A Nîmes, on ne retrouvera pas Jérôme Arpinon, mis à pied vendredi et remplacé par Pascal Plancque.
    Recrue du mercato, en provenant du Cercle Bruges, la filiale belge de l'ASM, le japonais Ueda est dans le groupe de 20 convoqués, au contraire des blessés Landre, Sarr et Martinez.

    Retrouvez tous les faces à faces entre Monaco et Nîmes.

    Voici les groupes retenus

    Pour Monaco : Lecomte, Majecki, Aguilar, Badiashile, Ballo-Touré, Caio, Disasi, Maripán, Matsima, Sidibé, Diatta, Diop, Fabregas, Fofana, Golovin, Matazo, Tchouaméni, Ben Yedder, Jovetic, Pellegri, Volland.

    Pour Nîmes : Reynet, Nazih, Briançon, Meling, Paquiez, Alakouch, Miguel, Burner, Ueda, Fomba, Cubas, Deaux, Eliasson, Ferhat, Ripart, Benrahou, Duljevic, Koné, Roux, Majouga.

    Pour plus d'info sur la présentation des équipes, cliquez ici...

    LES RÉACTIONS DE MONACO - NICE (2-1)
    (03/02/2021)

    Niko Kovac
    «Notre ambition était claire. On a gagné le 100e derby. On a mérité cette victoire. On a poussé et on est resté calmes dans ce match très physique. Nice n'a fait que deux frappes cadrées. je félicite mes joueurs.
    Il faut gagner ces matches serrés. En fin de match, on était bien organisé. Je n'ai pas eu trop de crainte. Je suis là pour pousser mes joueurs en fin de match. Je le fais pour les encourager. Actuellement, on joue bien. On progresse. Je suis aussi là pour progresser. Je suis content de la façon dont on joue.
    Les attentes sont très élevées à Monaco. J'en suis conscient. Mais Monaco a terminé 17e et 9e les dernières saisons. On a peu changé l'équipe. On la reconstruit. Devant, les équipes sont construites depuis quelques années et sont très fortes. Elles ont une longueur d'avance. Si en fin de Championnat, on est en embuscade, on tentera le coup. Il y aura des échéances très rapprochées, je ferai certainement des changements.»
    (lequipe.fr & AFP)

    Adrian Ursea
    «La deuxième mi-temps donne des signes encourageants. La première aussi. Mais en face, on avait une très bonne équipe de Monaco. L'équipe avait envie de poser le jeu, d'attaquer et de défendre ensemble. On a des regrets mais Monaco a eu pas mal d'occasions, a mis beaucoup d'intensité. Elle défend dans un système et attaque dans un autre. Elle est bien huilée. On a pourtant réussi à la mettre en difficulté. C'est rare ces derniers temps.
    Cela me donne confiance pour la suite. Il faut s'appuyer de ce qu'on a fait ce soir pour remonter au classement. À nous de retrouver de la constance.
    La charnière ? C'est très intéressant. Ils ont répondu du tac au tac contre Volland et Ben Yedder. Ce système à quatre est rassurant. On ne va pas hésiter. Devant, Amine et Kasper étaient un peu trop isolés. Ce n'était pas facile. Kasper aurait dû avoir un peu plus de soutien. C'est un axe de travail.
    L'échec est toujours formateur. On espère que les erreurs ne se reproduiront plus. C'est la faute de la jeunesse. Mais on veut les éviter. On sait que nos supporteurs sont là. On est à leur écoute. On sent qu'ils nous poussent. À nous de rendre la pareille avec des résultats satisfaisants.»
    (lequipe.fr & AFP)

    Wissam Ben Yedder
    «Cette victoire nous fait du bien. On reste sur une très bonne série. Après, mon nombre de buts face à Nice (11), je n'y prête pas particulièrement attention. L'important est de gagner ces derbies. Après, on se focalise sur nous et pas sur le classement. Les derbies sont des matches qu'il faut gagner.
    Un but sur coup franc ? Depuis Toulouse, je crois que je n'avais plus marqué de cette façon. Je l'ai bien senti après cette belle combinaison. Je suis très fier car c'est en plus le but de la victoire. J'ai l'habitude de plus marquer dans la surface et d'être à l'affût sur les deuxièmes ballons. Ce but est important. Il nous permet de remporter ce centième derby.
    Une petite bataille entre moi et Volland pour le classement des buteurs ? Peu importe entre nous qui finira meilleur buteur du club. L'important, c'est l'équipe et de marquer le maximum de buts tous ensemble. C'est d'ailleurs Kevin qui me décale le petit ballon sur le coup franc. La prochaine fois, ce sera peut-être moi.
    Sixième victoire d'affilée ? Les autres gagnent aussi devant. La série actuelle est belle. Il y a encore des matches difficiles à gagner. La vérité des séries est de les prolonger. On peut enchaîner car il y a un effectif solide avec des talents qui montent en puissance. Le coach fait tourner. Moi, en tant que capitaine, j'essaye d'aider les plus jeunes. Il faut penser à l'équipe. Quand je sors, je sais qu'il y en aura qui feront le job.
    Un groupe pour aller encore plus loin ? Je pense surtout qu'on a un très bon groupe. Les jeunes montrent leur talent. Il faut être prudent. On doit rester vigilent le prochain match contre Nîmes. Tout le monde est là pour donner le maximum.»
    (lequipe.fr)

    LIGUE 1, 23ÈME JOURNÉE : LES RÉSULTATS
    (03/02/2021)
    Les résultats de la 23ème journée de Ligue 1

    Retrouvez les résultats de la Ligue 1 et les performances des anciens monégasques qui composent les effectifs des autres clubs.

     0-3 

    Mercredi à 19h00, Bordeaux (10e) a tenu une mi-temps face à Lille (1er), avant d'encaisser 3 buts de Yazici (0-1, 54e), Weah (0-2, 66e) et David (0-3, 89e).
    Le bordealais Mehdi Zerkane était forfait.

     1-1 

    Mauvaise opération pour Rennes (5e), qui perd du terrain sur les premières places, avec son nul contre Lorient (18e).
    Terrier a ouvert le score (1-0, 14e), Boisgard a égalisé (1-1, 83e) en fin de partie.
    Chez les "Merlus", pas de Paul Nardi, qui a eu le Covid-19, ni de Yoann Etienne resté sur le banc.

     1-1 

    Nul également entre Metz (6e) et Montpellier (11e), Laborde (1-1, 70e) répondant à Sarr (1-0, 47e).
    Chez les lorrains, pas de Kévin N'Doram (en reprise) ni de Marc-Aurèle Caillard (banc).

     0-0 

    Encore un nuln mais sans but malgré des occasions entre Reims (12e) et Angers (8e).
    Capitaine angevin, Thomas Mangani a été remplacé à la 72e.

     2-2 

    En bas de tableau, Strasbourg (15e) a mené de deux buts face à Brest (14e), grâce à Thomasson (1-0, 8e) et Jean-Eudes Aholou (2-0, 70e), titulaire et remplacé à la 89e, qui profite de la passivité de la défense et du gardien finistérien.
    Le SB29 est revenu en fin de partie, après la sortie de Ronaël Pierre-Gabriel (80e) et les entrées d'Irvin Cardona (62e) et Romain Faivre (68e).
    Charbonnier (2-1, 83e) et Le Douaron (2-2, 90e+4) ont été les buteurs bretons.

     0-1 

    Mercredi à 21h00, Dijon (19e) a été battu par Lyon (2e) sur un but de Paqueta (0-1, 22e).
    Pour le DFCO, Jonathan Panzo est resté sur le banc. Arthur Zagré est toujours écarté, la recrue de dernière minute Aboubakar Kamara est en confinement après son arrivée d'Angleterre, prêté par Fulham.
    Pour l'OL, Islam Slimani est entré à la 75e.

     3-0 

    Le Paris S.G. (3e) s'est facilement imposé contre le prochain adversaire de l'ASM, Nîmes (20e), avec un but de Di Maria (1-0, 18e) lancé par un... défenseur gardois, un de Sarabia (2-0, 36e) et un dernier de Mbappé (3-0, 68e).
    Pour le PSG, Layvin Kurzawa est entré à la 88e, Kylian Mbappé est sorti à la 88e, Abdou Diallo était absent après son Covid-19.

     2-1 

    L'AS Monaco (4e) tient le rythme des 3 premiers, avec une victoire sur Nice (13e) pour le 100ème derby en L1, avec un doublé de Wissam Ben Yedder, le premier sur pénalty (1-0, 28e) et le second sur coup-franc (2-1, 51e).
    Lees-Melou avait égalisé à la reprise (1-1, 47e).
    Chez les "Aiglons", Khéphren Thuram est resté sur le banc, Rony Lopes est entré à la 73e.

     2-2 

    Lens (7e) a été mené de deux buts à la pause par Marseille (9e), dirigé par Nasser Larguet, le directeur du centre de formation qui assure l'intérim, après la démission / mise à pied d'André Villas-Boas.
    Les buteurs de l'OM sont Thauvin (0-1, 37e) et Milik (0-2, 45e+2).
    En seconde période, Sotoca (1-2, 46e) et Medina (2-2, 61e) leur ont répondu.
    L'artésien Corentin Jean est entré à la 81e, et averti à la 90e+3. Le phocéen Valère Germain a joué toute la partie.

     1-1 

    En bas de classement, pas de vainqueur entre Saint-Etienne (16e) de Claude Puel et Nantes (17e).
    Kolo Muani (0-1, 36e) et Camara (1-1, 57e) ont trouvé le chemin des filets.
    Le match s'est joué sans les "Canaris" Dennis Appiah (banc) et Jean-Kévin Augustin (écarté).

    Au classement des buteurs, Mbappé (Paris S.G.) est seul en tête avec ses 15 buts.
    Il devance :
    - Dia (Reims) avec 12 buts.
    - Wissam Ben Yedder & Kevin Volland (AS Monaco), Depay (Lyon) avec 11 buts,
    - Ajorque (Strasbourg), Toko Ekambi (Lyon) avec 10 buts,
    - Delort (Montpellier), Kadewere (Lyon), Kakuta (Lens), Kean (Paris S.G.) et Yilmaz (Lille) avec 9 buts,
    - 5 joueurs avec 7 buts,
    - 9 joueurs dont Cardona (Brest) avec 6 buts,
    - 8 joueurs dont Sofiane Diop (AS Monaco) avec 5 buts,
    - 21 joueurs dont Guillermo Maripán (AS Monaco) et Faivre (Brest) avec 4 buts.
    - 32 joueurs Axel Disasi (AS Monaco) et Germain (Marseille) avec 3 buts,
    - 40 joueurs dont Benoît Badiashile, Stevan Jovetic & Gelson Martins (AS Monaco) et Aholou (Strasbourg), avec 2 buts.
    - 90 joueurs dont Ruben Aguilar, Cesc Fabregas, Willem Geubbels, Aleksandr Golovin, Pietro Pellegri & Aurélien Tchouaméni (AS Monaco), Kurzawa (Paris S.G.), Lopes & Thuram (Nice), Mangani (Angers) et Pierre-Gabriel (Brest) avec 1 but.
    - 18 contre-son-camp ont été marqués par 17 joueurs. Lopes (Lyon) en compte 2.

    Retrouvez les classements du Championnat de Ligue 1

    CHAMPIONNAT 23ÈME JOURNÉE, MONACO - NICE : 2-1
    (03/02/2021)

    Et de 6 pour Monaco !

    L'AS Monaco a remporté une 6ème victoire consécutive, en venant à bout logiquement de Nice 2-1, avec un doublé de Wissam Ben Yedder sur deux balles arrêtées, un pénalty (1-0, 28e) et un coup-franc (2-1, 51e), les niçois ayant égalisé à la reprise par Lees-Melou (1-1, 47e).

    Pour la rencontre, Niko Kovac aligne l'équipe qui a débuté à Nantes : Lecomte, Caio, Badiashile, Maripán, Sidibé, Tchouaméni, Fofana, Diop, Diatta, Volland, Ben Yedder.
    Mannone, Aguilar, Ballo-Touré, Disasi, Fabregas, Golovin, Matazo, Jovetic, Pellegri se retouvent donc sur le banc.

    Pour Nice, Adrian Ursea démarre avec Benitez, Kamara, Todibo, Saliba, Lotomba, Schneiderlin, Lees-Melou, Gouiri, Claude-Maurice, Ndoye, Dolberg.
    Cardinale, Bambu, Daniliuc, Pelmard, Nsoki, Thuram, Reine-Adélaïde, Lopes, Maolida sont sur le banc, Trouillet est en tribune.

    L'OGCN démarre avec la possession du ballon, et vient jouer dans le camp monégasque.
    Cela dure 5 minutes, jusqu'à ce que Caio donne pour Ben Yedder qui lance Diop dans la surface côté gauche, qui centre en retait pour Volland, qui se jette pour remiser pour Wissam Ben Yedder qui frappe des 16m. C'est un peu écrasé et Benitez capte en deux temps (6e).
    Monaco joue plus haut, garde plus le ballon et surtout le récupère plus vite et bien plus haut.
    - Interception de Ben Yedder, qui se retrouve dos au but aux 20m, et met en retrait sur Tchouaméni qui pique son ballon pour le second poteau où Volland remise dans l'axe. Wissam Ben Yedder contrôle juste devant Benitez et s'excentre, et tente de marquer d'une talonnade devant Todibo, mais ne cadre pas, de peu (15e).

    Quand Nice à le ballon, ça tourne beaucoup, mais dans son camp, donc sans danger pour Lecomte et sa défense.

    Transversale de Fofana pour Caio dans le dos de Ndoye, qui contrôle avant de se faire faucher. Pénalty indiscutable (26e).
    Wissam Ben Yedder se présente face à Benitez qu'il bat d'une frappe à ras de terre un peu sur la gauche du gardien, parti du mauvais côté (1-0, 28e).

    Nice espère sur une balle arrêtée frappée par Claude-Maurice, pour le second poteau, mais la tête de Todibo est très loin du cadre (33e).
    Avant la pause, l'ASM tente de doubler la mise.
    - Caio lancé en profondeur, rentre dans la surface et centre. Il y a beaucoup de monde dans l'axe, et c'est repoussé en corner (41e).
    - Coup-franc aux 20m dans l'axe pour Sofiane Diop. C'est fort, enroulé et à ras de terre. Benitez se détend sur sa gauche et repousse. Diatta n'est pas loin de reprendre acrobatiquement (43e).

    Au retour des vestiaires, trois changements. Pour l'ASM, Badiashile, touché dans un choc avant la mi-temps, doit céder sa place à Axel Disasi.
    À Nice, ce sont Reine-Adélaïde et Maolida qui remplacent Claude-Maurice et Ndoye (46e).
    Et le choix est payant, car sur son premier balon côté droit, Maoilda profite d'une glissade de Caio pour adresser une lourde frappe sur le montant gauche de Lecomte. Le ballon reste en jeu et revient au second sur Lees-Melou qui n'a qu'à cadrer (1-1, 47e).

    Tout est à refaire pour l'ASM, qui va rapidement reprendre l'avantage.
    Coup-franc à 27m dans l'axe. Sidibé est au ballon et décale sur la droite pour Volland qui stoppe la ballon pour la lourde frappe droit devant de Wissam Ben Yedder qui transperce un mur qui se disloque et vient se loger au fond des filets de Benitez, battu (2-1, 51e).

    L'ASM continue de gérer son avance, mais laisse quelques espaces aux niçois, comme sur ce ballon repoussé aux 25m sur Reine-Adélaïde, qui a le temps de contrôler, pousser le ballon et frapper. C'est enroulé, à ras de terre et Benjamin Lecomte se détend pour dégager en corner (58e).

    Les entrées se succèdent avec Pelmard pour Lotomba (60e), Aleksandr Golovin pour Ben Yedder (64e), Ruben Aguilar pour Diatta (69e), Rony Lopes pour Lees-Melou (73e), Daniliuc pour Todibo (75e), mais le score et la physionomie ne changent pas.
    Youssouf Fofana pour Aguilar dans le dos de la défense côté droit, qui contrôle et remet en retrait pour Aleksandr Golovin. Sa frappe trompe Benitez mais vient s'écraser sur sa barre (79e).

    Derniers remplacements du match, avec les entrées de Fodé Ballo-Touré et Stevan Jovetic pour Diop et Volland (83e), qui se montrent.
    - Coup-franc de Golovin, tête de Disasi qui remet sur Aguilar qui reprend de volée. Benitez sauve sur sa ligne (86e).
    - Jovetic décale Ballo-Touré côté gauche qui centre pour le point de pénalty à destination d'Aguilar, devancé par Kamara qui met en corner (87e).
    - Centre de Ballo-Touré, lancé côté gauche, pour Stevan Jovetic qui vient couper aux 6m. Benitez garde bien son premier poteau (90e+1).

    Nice perd la rencontre et aussi Reine-Adélaïde, victime d'une luxation de la rotule dans les ultimes secondes du match.

    Pour l'AS Monaco, c'est une victoire pour la 100ème confrontation en L1 entre les deux équipes, un 8ème match sans défaite, 6ème victoire consécutive qui permet de maintenir l'écart avec les trois équipes sur le podium (qui ont toutes gagner ce soir) et d'augmenter l'écart sur les poursuivants qui ont été tenus en échec.

    Nouvelle victoire attendue dimanche, chez la lanterne rouge Nîmes.

    Pour plus d'info sur la vingt-troisième journée, rendez-vous dans la rubrique Championnat...

    Pour les stats de l'ASM, rendez-vous dans la rubrique Stats Championnat...

    PRÉSENTATION MONACO - NICE (J23)
    (02/02/2021)


    Pour la 23ème journée du championnat de Ligue 1 2020-21, l'AS Monaco FC (4e) reçoit l'OGC Nice (13e).

    Ce derby de la Côte d'Azur semble déséquilibré au regard du classement et de la forme actuelle.
    L'AS Monaco reste sur 7 rencontres sans défaite, avec 5 victoires consécutives, quand l'OGC Nice n'a, pendant cette même période, remporté qu'une rencontre, concédé 2 nuls et perdu 4 fois.

    Historiquement aussi, l'ASM a un très bon bilan face à son voisin, avec 23 victoires, 17 nuls et 10 défaites (77 buts marqués et 50 encaissés).
    Sur les 5 dernières confrontations au Louis-II, c'est 3 victoires et 2 nuls.

    Pour en revenir à cette saison, si Monaco est souvent maître sur sa pelouse, avec 7 victoires, 3 nuls et 1 défaite, Nice est très performant à l'extérieur avec 18 points pris, contre seulement 8 à domicile.
    En 10 déplacements (celui à Marseille de la 11ème journée est programmé au 17 février), les "Aiglons" ont le bilan de 5 victoires, 3 nuls et 2 défaites (13 buts marqués et 7 encaissés) successivement à Strasbourg (0-2, J02), Montpellier (3-1, J03), Bordeaux (0-0, J05), Saint-Etienne (1-3, J07), Angers (0-3, J09), Reims (0-0, J13), Nîmes (0-2, J15), Brest (2-0, J18), Metz (1-1, J19), Lens (0-1, J21).

    Niko Kovac devra donc se méfier des niçois, mais souhaite continuer sur la lancée.
    «Nous sommes contents de nos derniers résultats, mais vous le savez, tout va très vite dans le football. Nous ne devons pas penser au passé, nous devons nous concentrer sur le futur et les prochaines échéances pour le Club. C’est un nouveau match. Nous repartons de zéro.
    Quand je suis arrivé, je vous ai annoncé que l’on ferait le point dans six mois afin de voir où nous nous situions. Maintenant les joueurs comprennent de mieux en mieux ce que je leur demande, ils abordent mieux certaines situations. Nous avons besoin de temps pour nous améliorer, c’est un long processus. Aujourd’hui, il y a des automatismes, les mouvements viennent plus naturellement. Les joueurs méritent ces résultats car ils travaillent dur à l’entraînement.
    Vous parvenez à atteindre vos objectifs seulement grâce au travail. Je veux faire progresser les jeunes joueurs mais aussi les plus expérimentés. Nous sommes sur la bonne voie mais il y a encore des matches à venir. La situation peut très vite changer, nous devons rester focus et positifs. Il ne faut pas tomber dans la facilité.
    Le football a beaucoup évolué ces dernières années. Si vous voulez développer un football offensif, vous avez besoin d’être préparés physiquement. Sans ça, vous ne pouvez pas jouer comme vous le souhaitez. De nos jours, il y a différentes caractéristiques physiques établies pour suivre les joueurs. On a réalisé une bonne préparation physique et je n’ai rien à redire sur l’état d’esprit.
    Les coaches adverses soulignent notre bonne endurance c’est vrai, c’est quelque chose de positif. A mon arrivée, je voulais changer les mentalités et apporter de l’agressivité dans le jeu de mon équipe. On travaille bien, on a une bonne équipe, les joueurs sont concentrés dans leur travail. Ils comprennent mieux ma vision des choses. Si vous arrivez à allier l’aspect tactique et les capacités physiques, vous pouvez réaliser de belles choses.
    L’OGC Nice ? C’est un derby, c’est un match spécial. Tout ce qui s’est passé récemment est à oublier, ce n’est pas un match comme les autres. Si vous regardez le classement, Nice a gagné 18 points à l’extérieur sur les 26 qu’elle possède, c’est une équipe qui a de sérieux arguments pour performer à l’extérieur. Je ne m’attends pas à un match facile, nous devons donner le maximum. Nous devons continuer notre progression et faire plaisir à nos supporters. Notre but est de gagner évidemment, et continuer d’aller de l’avant. Je pense que ça va être un bon match des deux côtés.
    Aleksandr Golovin titulaire ? Nous sommes à deux jours après notre dernier match, nous verrons la situation physique de l’effectif. Golo a l’opportunité de commencer demain mais c’est encore trop tôt pour décider, nous avons un entraînement cet après-midi. Je dois en parler au staff ainsi qu’aux joueurs, on verra.
    Monaco en course pour la Ligue des Champions ? Tout va très vite dans le football. Si nous revenons deux ans en arrière, on n’aurait pas pensé que l’AS Monaco se retrouve aujourd’hui à cette place. Ce serait un miracle de figurer sur le podium. Nous savons ce qu’il nous reste à faire. Nous devons rester sur cette bonne voie, garder et même élargir l’écart avec les équipes derrière. Il y a des équipes performantes aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Il nous reste 16 matches, nous sommes focus sur demain. Les trois équipes devant sont très bien structurées, cela va être compliqué d’aller les chercher. Nous devons rester calmes. On fera le point en fin de saison.
    Le relâchement en fin de match à Nantes ? Parfois le coach est content lorsque son équipe gagne, mais après le match je n’étais pas complètement satisfait. Concéder un but n’est peut être pas une mauvaise chose au final, cela m’a permis de parler avec les garçons. C’est un prétexte pour les sensibiliser sur la concentration à avoir durant un match. C’est un bel argument pour rester focus 90 minutes et pas seulement 75 comme dimanche dernier. Nous avons pris des mauvaises décisions, avec quelques erreurs. On va poursuivre notre apprentissage. Il faut préserver ce sens du sacrifice grâce au travail et rester concentrés jusqu’à la dernière question.
    Sans supporter, une différence entre à domicile ou à l’extérieur ? On a toujours cette sensation de jouer à domicile et à l’extérieur. Pour les matches à domicile, vous êtes dans vos vestiaires, dans votre environnement. L’absence des spectateurs est le plus gros changement. Malheureusement, le stade est vide à domicile comme à l’extérieur. C’est un peu particulier, à l’extérieur vous avez tout de même un déplacement à faire. Nice est un adversaire compliqué, c’est une équipe qui travaille bien, nous devons donner le maximum pour remporter la bataille.»
    (Site officiel ASM)

    Seul arrivée de l'hiver, Krépin Diatta a été présenté cet après-midi.
    «J’aimerais d’abord remercier Oleg Petrov, Paul Mitchell et Niko Kovac pour leur confiance. Je suis un joueur de côté, qui aime provoquer, qui aime apporter sur le plan offensif mais aussi travailler défensivement, au service de l’équipe.
    Je ne pense pas qu’on puisse me comparer à Sadio Mané. Mais Sadio est un grand frère pour moi. Nous sommes très proches, il m’inspire beaucoup et je prends exemple sur lui. J’ai envie d’écrire ma propre histoire. Je pense que c’est un exemple pour tous les jeunes joueurs sénégalais évidemment. C’est un modèle pour nous.
    Deux cartons en deux matches ? (Sourire) D’habitude je ne suis pas un joueur qui prend beaucoup de cartons, mais je suis un joueur engagé qui donne tout sur le terrain. C’est le foot, je vais faire en sorte de faire attention par la suite et de ne plus être sanctionné.
    La consurrence ? Elle est partout. Quand je suis arrivé à Bruges, j’étais également dans cette situation. Ce que je dois faire c’est travailler au quotidien pour montrer mes qualités. Je pense que c’est un aspect positif, à vrai dire je préfère qu’il y ait davantage de concurrence. J’aime les challenges.
    Mes objectifs ? Je pense que chaque joueur a des objectifs personnels. Mais j’aimerais m’inscrire dans les objectifs du club, car j’arrive en cours de saison à l’AS Monaco. Je suis un joueur offensif donc c’est normal que je pense à vouloir marquer et faire des passes décisives. Mais je veux avant tout aider l’équipe pour aller le plus haut possible.
    Monaco est un grand club. Aujourd’hui on est à trois points du PSG, mais je pense qu’il faut vraiment qu’on continue à travailler discrètement de notre côté. Je sais que je suis arrivé dans un club ambitieux, qui veut revenir dans l’élite du football français. Mais il faut continuer à travailler avec humilité, avant de viser le top.
    L'accueil au sein du groupe ? Il y a des joueurs que je regardais devant la télé il y a 5-6 ans. C’est une bonne chose d’avoir ce genre de joueurs à mes côtés. Je suis arrivé dans un vestiaire où tout le monde est ouvert, j’ai vraiment l’impression d’être là depuis des années. Je pense que j’ai de la chance d’être ici, aux côtés de grands joueurs et de joueurs talentueux.
    Les entraînements ? J’ai connu ça à Bruges. Tout est fait pour travailler dur au quotidien. L’AS Monaco est un club qui veut viser plus haut, donc c’est assez logique que les séances d’entraînement soient aussi intenses. J’aime ça.»
    (Site officiel ASM)

    Niko Kovac est toujours privé de Gelson Martins, mais récupère Ruben Aguilar de suspension, et Cesc Fabregas.
    Majecki, remplaçant à Nantes, sort du groupe au profit de Mannone.
    Chrislain Matsima, Florentino Luís ne sont pas dans les 20 retenus.

    Le coach des "Aiglons", Adrian Ursea doit se passer de Dante, Atal et Danilo (blessés).
    Schneiderlin et Rony Lopes sortent de l'infirmerie et sont dans le groupe de 21 joueurs retenus, comme Khéphren Thuram et les deux recrues hivernales Tolibo et Saliba.

    Retrouvez tous les faces à faces entre Monaco et Nice.

    Voici les groupes retenus

    Pour Monaco : Lecomte, Mannone, Aguilar, Badiashile, Ballo-Touré, Caio, Disasi, Maripán, Sidibé, Diatta, Diop, Fabregas, Fofana, Golovin, Matazo, Tchouaméni, Ben Yedder, Jovetic, Pellegri, Volland.

    Pour Nice : Benitez, Cardinale, Bambu, Daniliuc, Lotomba, Pelmard, Nsoki, Kamara, Saliba, Todibo, Schneiderlin, Trouillet, Thuram, Lees-Melou, Claude-Maurice, Reine-Adélaïde, Gouiri, Dolberg, Lopes, Ndoye, Maolida.

    Pour plus d'info sur la présentation des équipes, cliquez ici...

    FERMETURE DU MERCATO HIVERNAL
    (02/02/2021)
    Il est fermé depuis 0h.

    Le mercato hivernal, ouvert depuis le mardi 1er janvier à 0h, a clos ses portes à minuit.

    Durant ce mois de transferts peu actif en raison des difficultés financières des clubs, liées à la crise sanitaire mondiale, l'AS Monaco a été comme les autres, peu présente.

    Le club s'est d'abord appliqué à réduire son nombre de joueurs à disposition de Niko Kovac.
    Si Samuel Grandsir et Youssef Aït Bennasser n'ont pas trouvé preneur, l'ASM a prêté deux déceptions de cette première partie de saison, Strahinja Pavlovic et Henry Onyekuru.

    Le premier a été prêté sans option d'achat à la filiale belge du Cercle Bruges, et a marqué pour son premier match.
    Le second est retourné pour la troisième fois à Galatasaray Istanbul, sous la forme d'un prêt avec option d'achat. L'air turc semble lui faire du bien, il a inscrit un doublé, et les deux seuls buts de son équipe, pour sa première apparition.

    Au rayon des arrivées, Krépin Diatta a quitté la Belgique et le FC Bruges, leader du championnat, pour l'ASM avec un transfert sec.

    Les transferts, les bruits, la durée des contrats

    Pour accéder aux news des mois précédents, cliquez ici...